Evalaness

Evalaness... Un nouveau monde magique...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée à Tabador [PV Allena]

Aller en bas 
AuteurMessage
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Mar 5 Juin - 14:36

Trois heures s’étaient écoulées depuis leur départ de la plage Laguna. A présent, ils se trouvaient dans cette capitale humaine à taille conséquente. Ce n’était pas la première fois qu’Olórin venait dans cette citée et s’était d’ailleurs bien pour cela qu’il connaissait avec précision le temps pour s’y rendre mais également le lieu où se trouvait l’auberge. D’ailleurs, ils devaient maintenant s’y rendre car la nuit était déjà bien tombée et que la température baissait en conséquence. De plus, il ne faisait jamais vraiment bon s’attarder dans les rues la nuit car toute sorte d’individus y rodaient et certains prenaient les voyageurs comme cibles. L’ocariniste décida donc d’avertir celle qui faisait désormais route avec lui.

- « Nous voici enfin arrivés à Tabador, la capitale de Mylior. La nuit ne va pas vraiment nous permettre de nous attarder sur l’architecture donc je pense que le mieux serait de nous rendre tout de suite à l’auberge et de prendre une chambre pour la nuit. Si vous avez faim nous pourrons également commander de la nourriture. En tout cas, mieux vaut ne pas trop nous attarder dehors car je sais que bons nombres de bandits guettent la venue de voyageurs pour les dépouiller. » lui dit-il avec sérieux.

Puis, se retournant vers elle, il lui fit un petit sourire et termina son idée.

- « Bien sûr, ils ne pourraient rien contre nous mais autant éviter de nous faire trop remarquer dès notre arrivée. »

Il savait en effet qu’il faudrait que ces hommes soient bien suicidaire pour tenter de s’en prendre à eux car il connaissait ses propres pouvoirs et avait aisément constaté tout le potentiel que détenait Allena. D’une certaine façon, son intervention était un compliment à son égard. Quoi qu’il en soit, ils se mirent à nouveau en route pour atteindre l’auberge, ce qui fut fait en quelques minutes. L’endroit était éclairé et visiblement respectable. D’ailleurs, deux gardes étaient en faction à l’extérieur de la bâtisse pour assurer la sécurité des voyageurs qui venaient s’y reposer et s’y restaurer avant de reprendre leur route. A l’entrée, Olórin glissa quelques mots aux deux gardes afin qu’ils les laissent passer.

- « Bonsoir messieurs. Nous sommes des voyageurs fatigués et nous souhaiterions nous reposer ici. Pouvez-vous nous laisser passer ? » demanda-t-il très poliment mais avec un regard affirmé comme pour leur montrer qu’il n’abaisserait pas sa garde même dans ce lieu.

Après avoir reçu une réponse affirmative, il se dirigea vers le comptoir et demanda s’il restait des chambres de libre. Le réceptionniste lui dit alors qu’il n’en restait qu’une avec deux lits de une place chacun. Lui et Allena allaient donc devoir dormir dans la même chambre sous peine de devoir dormir dehors. Cela semblait pourtant précoce et peut-être un peu gênant mais il semblait qu’ils n’avaient pas le choix. Enfin, il devait avant tout demander son avis à la principale intéressée et il ne put alors masquer une certaine gêne dans sa voix.

- « Il n’y a pas d’autres auberges en ville donc que faisons-nous ? Dormir à la belle étoile serait quelque peu risqué mais je peux très bien comprendre que dormir dans la même pièce puisse paraître quelque peu gênant. Toutefois, si cela pour vous rassurer je vous assure que je me tiendrai tranquille. Enfin, la décision vous revient. » lui dit-il avec un léger sourire.

Une telle proximité serait certainement troublante pour lui mais dormir à la belle étoile serait s’exposer à faire des relais pour veiller à ne pas se faire attaquer. Et puis d’une certaine façon, dormir non loin d’une femme ne serait pas quelque chose qui lui déplairait vraiment car cela lui rappellerait d’une certaine façon ces nuits où il dormait dans la même chambre que sa sœur. Bien sûr, la situation serait très différente dans le cas présent. Quoi qu’il en soit, la réponse revenait à Allena désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Jeu 7 Juin - 0:41

Trois heures, trois longues heures étaient maintenant passées. Des heures à marcher en compagnie d’Olórin tout comme à voler dans le ciel entre les nuages. En fait, ces derniers moments lui faisaient extrêmement du bien. De un, ça lui vidait l’esprit de tout ce qui avait pu se passer dans la journée et de deux, tous les sentiments troublants qu’elle avait ressenti plus tôt s’étaient envolés. Allena volait sous les nuages lorsqu’elle vit son compagnon approcher de la ville qui était leur destination. D’une acrobatie bien orchestrée, l’ange plongea vers le sol et atterrit non loin d’Olórin. Alors qu’il avançait vers les portes de la cité, Allena le suivit tout en faisant disparaître ses ailes noires. Olórin venait justement de l’avertir qu’ils feraient mieux de rester « discrets ». Elle voyait bien qu’il ne craignait pas pour tous les deux, mais quand même… Elle réussit donc à faire disparaître ses précieuses ailes de la vue des malotrus et elle ressemblait maintenant à une humaine toute crachée.

Donc alors qu’ils s’aventuraient dans la ville de Tabador, Allena observait les lieux. Certes, le soleil était couché et la lune bien levée, mais l’ange était habituée à cette noirceur, ça lui rappelait lorsqu’elle volait dans sa cité natale, la nuit… Un coup de nostalgie passa, mais l’ange le balaya d’une main sans y penser. Elle se rendit soudain compte que son compagnon venait de se tourner vers elle pour lui dire que les éventuels voleurs ou brigands ne pourraient rien contre eux, mais qu’il était quand même préférable de faire attention. Allena sourit à cette phrase et se rappela leur aventure de la plage. Hé bien oui. Qui pourrait bien rivaliser contre le vent, ce puissant pouvoir destructeur, aussi destructeur que les trois autres éléments?

L’ange ne dit rien du tout, ne sachant que dire. Certes, elle approuvait son compagnon, mais préféra se taire et le suivre. Il connaissait le chemin après tout. Enfin, il semblait… car en fait, il ne connaissait pas du tout la cité. Finalement, le couple formé de l’ange et de l’elfe atteignit l’endroit désiré, l’auberge. Oui. Il faisait noir et c’était le moment idéal pour se trouver un endroit où dormir. Allena examina un peu les lieux, le trouvant fort acceptable. Enfin, elle n’avait jamais mis les pieds dans une ville humaine, mais ça ressemblait un peu à sa ville, là-haut. L’ange regarda peu les deux gardes à l’entrée de l’auberge. Elle était plutôt fascinée par l’architecture qu’elle n’avait pu observer en entrant dans la cité, que par les humains qu’elle pouvait voir par millier. Alors pendant qu’ Olórin négociait leur entrée, Allena allait jeter un œil par une fenêtre.

Finalement, les gardes acceptèrent de leur céder le passage et les deux personnes purent entrer dans la bâtisse. L’auberge était accueillante et quand même assez remplie par cette heure tardive. Cela surprit Allena. Il y en avait encore qui fêtait en cette heure? D’un haussement d’épaules, signifiant qu’elle ne trouverait probablement jamais la réponse à sa question, elle rejoignit Olórin au comptoir qui demandait justement s’il y avait des chambres libres où dormir. Il s’avérait que oui. Quand Olórin se tourna vers elle, elle remarqua immédiatement son air quelque peu gêné et en sourit. Avant même qu’il ne lui dise quoi que ce soit, elle devina ce qu’il allait lui annoncer. Le laissant parler, elle ne fit que sourire encore plus. Hé bien. Il semblerait que le sujet « amour » qu’ils avaient osé aborder plus tôt les avait tous les deux… mis mal-à-l’aise.


-Je n’y vois aucun inconvénient, affirma l’ange en le regardant sans sourire. Bien sûr, l’idée d’aller dormir sur le toit me plaît, mais je vais me contenter d’un lit chaud et douillet… pour une fois. Enfin, bref. J’ai pleinement confiance en vous, Olórin, prenons cette dernière chambre avant que quelqu’un d’autre ne vienne nous la voler.

L’ange s’approcha du comptoir, dit au réceptionniste qu’ils prendraient la chambre et prit la clé qu’il lui tendit en l’informant bien que la chambre était la numéro 7. Elle le remercia d’un sourire ainsi que d’une inclinaison de la tête et se retourna vers Olórin en faisant cliqueter la clé dorée.

-Il me semble que vous payez la chambre. Je crois que le monsieur n’attend que cela.

Allena sourit, telle une enfant, et s’en fut vers les escaliers, le numéro de chambre dans la tête ainsi que la clé dans la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Jeu 7 Juin - 3:05

Il était clair que la situation faisait sourire Allena notamment car elle devait clairement voir la gêne qu’il ressentait à l’idée de dormir dans la même chambre qu’une femme. Il est vrai que ceci le mettrait clairement mal à l’aise car il n’avait encore jamais dormi avec une personne de sexe opposé autre que sœur ou sa mère. Et puis, à cette époque, il était encore bien jeune… Enfin, il n’avait pas le choix car s’était bien là l’unique chambre encore disponible de toute l’auberge et puis parce qu’elle lui répondit qu’elle ne voyait aucun inconvénient à partager cette chambre avec lui. Visiblement, il croyait bien être le seul à être mal à l’aise et cette impression ne faisait que se renforcer en voyant l’enthousiasme dont elle faisait preuve.
Finalement, la voir ainsi ne le gênait pas du tout car elle semblait heureuse de la situation. Peut-être brisait-il là sa solitude ? Quoi qu’il en soit, il se pressa de payer cette fameuse chambre numéro 7 et suivit celle qui lui semblait alors être retombée en enfance non sans avoir remarqué auparavant le regard du réceptionniste qui semblait en dire long. D’ailleurs l’ocariniste ne manqua pas de régir et était visiblement plus gêné que remonté contre cet homme.


- « Ne me regardez pas ainsi, je ne suis pas homme à abuser d’une telle situation. Bonne soirée monsieur ! » s’exclama-t-il.

Tous deux étaient à présent devant la porte de la chambre 7 et y entrèrent sans le moindre problème. La pièce, éclairée par plusieurs bougies, n’était pas bien grande mais suffisante pour que deux personnes puissent y passer confortablement la nuit. Les lits étaient parallèlement situés contre les murs de la longueur de la pièce et les draps ainsi que les couvertures étaient visiblement propres. Au milieu se trouvait une petite table basse en bois et contre l’un des murs on pouvait trouver une sorte de meuble où l’on pouvait y ranger des armes. Assurément, cette auberge était bien adaptée aux voyageurs qui s’arrêtaient dans cette ville. Puis, pour tenter d’être moins gêné, Olórin prit la parole.

- « Pour le lit disons que je prends celui qui se trouve le plus près de la porte comme cela je pourrai mieux entendre des bruits de pas suspects. Je sais que ce lieu est réputé pour sa tranquillité mais je préfère être trop prudent que pas assez. En ce qui concerne l’heure du réveil disons que nous ne sommes pas vraiment pressé par le temps donc si vous êtes d’accord le premier levé réveillera l’autre. »

Il fit ensuite quelques pas en direction de son lit et posa ses quelques affaires dessus. A présent, il ne lui restait plus qu’à se coucher mais il n’était pas le seul à prendre la décision. Il porta donc son regard sur Allena dont la beauté était troublante avec cette lumière tamisée grâce aux bougies. Décidément, l’atmosphère était vraiment particulière et aurait pu mettre n’importe qui mal à l’aise dans la même situation. Toutefois, il ne voulait pas qu’elle croit qu’il ne souhaitait plus de sa présence. Ceci aurait d’ailleurs était faux car il ne pouvait s’empêcher de ressentir que la présence de l’ange était apaisante comme le fut autrefois celle de sa sœur. Il lui parla d’ailleurs de cela après s’être assis sur le lit. Son regard ne pouvait alors qu’être teinté d’une tristesse en lien avec ces êtres aimés qu’il avait perdu à jamais.

- « Il y a encore sept ans de cela, je dormais dans la même chambre que mon frère et ma sœur. Encore que mon frère travaillait très souvent la nuit donc s’était auprès de ma sœur Arwen que je m’endormais et sa présence contribuait beaucoup à apaiser les cauchemars que je faisais chaque nuit. »

Aussi étonnant que cela puisse paraître, par rapport à la gêne qu’il avait ressenti au départ, un petit sourire de remerciement se dessina sur son visage comme pour lui dire que sa présence serait apaisante. Il décida d’ailleurs de le lui dire pour effacer quelque peu son attitude qui aurait pu être blessante.

- « Je crois que votre présence en ce lieu est plus qu’apaisante Allena. » dit-il simplement sans en dire davantage même s’il l’aurait voulu.

Olórin commença alors à ôter sa veste relativement chaude pour ne laisser place qu’à une légère chemise blanche qui se trouvait en dessous et qu’il décida de garder pour le moment. Il enleva ensuite ses bottes et sa ceinture pour se mettre à l’aise sans toutefois se découvrir. Quant à son ocarina, il le détacha de sa ceinture et le déposa sur l’oreiller de manière à toujours le garder non loin de lui au cas où quelque chose de fâcheux se déroulerait. Etant presque prêt à dormir, il en avait presque oublié le fait que la jeune femme souhaitait peut-être elle aussi se mettre à l’aise pour la nuit. Il le lui demanda et, à nouveau, sa gêne put se faire entendre dans sa voix.

- « Je pense que le moment est venu de nous coucher à moins que vous n’ayez pas sommeil. En tout cas, je vais me retourner pour ne pas vous gêner si vous vous préparer pour dormir. » dit-il en commençant à se retourner tout en toussotant.

Situation troublante, elle n’en restait pas moins banale et il ne restait plus qu’à voir comment Allena vivait tout cela. En tout cas, si tous deux poursuivaient leur route ensemble alors la situation de ce soir ne serait qu’un prélude à une succession d’autres nuits de ce type. Cette nuit là serait donc importante pour voir comment tous deux réagiraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Jeu 7 Juin - 3:48

La chambre numéro 7. Que voilà un joli numéro. Oui, Allena était retournée en enfance. En fait, ça lui prenait comme ça, parfois, une petite bulle de retour en arrière, quand tout était beau, clair et net, que la vie n’était rien d’autre que le vol et les autres enfants. Mais maintenant que sa bulle était passée, l’ange regardait la porte sans savoir si elle devait la pousser. Elle dormirait ce soir, dans cette chambre, près d’un… elfe, qu’elle venait à peine de rencontrer et qu’elle appréciait déjà beaucoup. Finalement, ce fut Olórin qui ouvrit la porte et qui entra en premier. Allena le suivit pas très longtemps ensuite et referma la porte derrière elle. Ils s’arrêtèrent tous les deux à l’entrée pour observer la pièce. Celle-ci était chaleureuse et plutôt confortable. Les lits semblaient confortables et moelleux et Allena n’avait plus qu’une envie: s’y reposer. Des bougies brûlaient ici et là, créant une atmosphère de confort. Olórin l’informa qu’il prendrait le lit près de la porte, au cas où il y aurait des bruits de pas suspect. L’ange hocha la tête, mais ne put s’empêcher un petit sourire en coin.

-Si quelqu’un vient au milieu de la nuit et que nous dormons tous les deux profondément, comment vous réveillerez-vous? lâcha-t-elle avec un rire légèrement moqueur.

C’était peut-être son pire défaut. Son sarcasme. Mais Allena ne pouvait s’en empêcher. Ça faisait partie d’elle. Enfin bref.

Olórin ajouta aussi que le premier qui se réveillerait, réveillerait l’autre. L’ange accepta tout en allant tester son lit pour voir s’il était plus confortable qu’il en avait l’air. Effectivement, il l’était. Un grand sourire imprégna ses lèvres et elle ferma les yeux. Soudainement, deux grandes ailes noires firent leur apparition dans un claquement de plumes. D’ailleurs, l’une d’elles s’envola et se posa sur la table basse au milieu de la chambre. L’ange finit par ouvrir les yeux et soupira, exaspérée.


-Les plumes, c’est aussi pire que les cheveux. Ça tombe partout sans qu’on puisse rien y faire. Heureusement qu’ils repoussent…

Allena sourit, puis leva les yeux sur Olórin. Elle le dévisagea un instant, constatant à quel point les elfes pouvaient être beau. Les reflets bleus de ses cheveux blancs ressortaient un peu plus à la lumière de la pièce et elle ne put détacher son regard de ces yeux marron qui brillaient grâce aux bougies.

Finalement, elle détourna le regard lorsqu’il s’assit sur son lit et raconta quelque chose à propos de lui… de lui et de son passé. Ainsi donc il avait une sœur et un frère. Une sœur prénommée Arwen et qui l’apaisait la nuit lorsqu’il faisait un cauchemar. Allena en sourit, attendrie. Elle fut cependant surprise de le voir sourire comme si… comme s’il voulait le remercier… Hein? Remercier pourquoi? Elle finit par le savoir. L’ange en resta figée, puis finalement, eut un sourire timide et baissa les yeux. Apaisante… elle? Allena aurait plutôt dit turbulente… parfois. Ne sachant que répondre, elle préféra garder le ciel. Certes, elle aurait voulu lui dire qu’elle aimait bien être avec lui, mais ça la gênerait encore plus qu’elle ne l’était déjà. Donc, le silence prit place alors qu’ Olórin commençait à enlever sa veste. Il ôta d’ailleurs ses bottes et sa ceinture. Allena tourna les yeux, par respect. Il n’enlevait pas tout, heureusement, sinon Allena serait déjà rouge pivoine…

Elle finit par le regarder à nouveau lorsqu’il s’adressa à elle avec une nouvelle voix gênée. L’ange cligna des yeux et sourit, embarrassée. Eh… oui. Dormir. Elle ne dormirait certainement pas comme ça, vêtue de ses vêtements de voyage. Olórin se retourna et Allena le remercia. Elle se dépêcha à enlever ses bottes et sa ceinture à laquelle pendaient quelques bourses. Elle détacha finalement les lacets de son corset noirs et garda son haut blanc sans manche. Elle déposa le tout près de son lit, par terre et dit à Olórin qu’il pouvait se retourner, qu’elle avait terminé. Allena s’était levée et regardait maintenant son compagnon. Ses ailes noirs faisaient ressortir toute la blancheur et la splendeur du corps d'Allena. Sa peau luisait à la lumière des bougies et son haut blanc constrastait avec ses ailes repliées dans son dos. Soudainement gênée, elle dit:


-Hé bien alors, je crois que nous pouvons nous dire bonne nuit.

Elle se passa une main dans les cheveux et sourit. Ils ne s’en sortaient pas trop mal pour une première soirée. Restait plus qu’à voir le déroulement du reste de la nuit et si tout allait bien, ils pourraient reprendre leur chemin demain…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Dim 10 Juin - 23:12

Lorsqu’il lui dit qu’il préférait dormir dans le lit près de la porte pour mieux entendre des bruits de pas suspects, elle lui répondit avec un rire légèrement moqueur. Or, il lui avait parlé tout à fait sérieusement et ce qu’il avait dit était très important pour lui car cela provenait directement de son passé. Il allait donc lui répondre d’une voix dès plus sérieuses et teintée d’une forte tristesse. Il ne cherchait pas à mettre sa partenaire mal à l’aise mais il voulait lui dire que ce qu’il avait dit était absolument véridique.

- « Je peux vous assurer qu’il n’y a aucune chance pour que je m’endorme profondément car se serait alors bien la première fois en plus de sept ans. En effet, quand on doit vivre et dormir sur les routes, il serait suicidaire de se trouver dans un profond sommeil. Ainsi, je ne dors toujours qu’à moitié afin de me prévenir de toute attaque et puis de toute façon s’il m’arrivait à m’assoupir un peu trop alors un cauchemar viendrait me réveiller instantanément. Quoi qu’il en soit, reposez-vous bien et ne vous en faîtes par pour votre sécurité. » dit-il en joignant ses mains et en la regardant de manière relativement triste et fatiguée.

Il la vit ensuite déployer ses ailes noires et l’écouta parler non sans sourire quelque peu. En tout cas, il devait bien reconnaître qu’Allena possédait un charme certain.

- « Pour moi, ces ailes donnent du charme aux anges encore que vous n’avez pas besoin de cela pour en avoir. » dit-il avec conviction.

Depuis plusieurs instants, il était loin d’être avare en compliments à l’égard de celle qui était devenue sa partenaire. Peut-être que cela venait du fait que sa présence l’apaisait et qu’elle lui rappelait ainsi sa sœur mais s’arrêter à cela aurait été trop réducteur. Non, tout simplement, sa Allena était une personne à connaître et c’était ce qu’il faisait en ce moment même.
Puis, quand elle commença elle aussi à se déshabiller, il se retourna pour ne pas être impoli. Avait-il été tenté de la regarder discrètement ? Non, car faire cela n’était pas du tout son genre, toutefois, lorsqu’il reposa à nouveau son regard sur elle, il s’attarda quelque peu sur sa peau nue et ressentit cette douceur propre aux femmes se dégager d’elle. Sa présence était définitivement apaisante car elle était celle d’une femme et c’était peut-être sur ce point que cet ange lui rappelait sa sœur défunte. En tout cas, ne pouvant pas lui confier tout cela, il se contenta simplement d’une formule d’usage quoi qu’un peu plus protectrice qu’une formule ordinaire.


- « Je pense également qu’il est temps de se coucher. Faîtes de beaux rêves Allena et profitez de la chaleur de ce lieu. » dit-il avec une voix douce et un regard protecteur.

Il souffla alors sur la dernière bougie et plongea la pièce dans l’obscurité. Peu à peu, la lumière passant par la fenêtre viendrait briser ces ténèbres mais encore fallait-il que leurs yeux s’habituent à cette obscurité, ce qui signifierait alors qu’ils ne parviendraient pas à trouver le sommeil.
Ce sommeil, Olórin ne pouvait le trouver et pourtant, à demi-conscient, il sombra dans un terrible cauchemar au cours duquel il se revit fuyant Azuria sous les ordres de son frère et de sa sœur afin qu’il conduise le plus de gens possibles sur le continent. Il revit encore et encore le visage de sa sœur et de son frère qui lui souriaient malgré tout. D’ailleurs il savait aujourd’hui qu’ils souriaient tout en sachant qu’ils ne survivraient pas à cette vague titanesque. Ainsi, ils avaient sacrifié leur vie pour laisser quelques instants d’avance à leur petit frère et à la population. Ceci avait incontestablement permis de sauver ceux qui le furent mais l’ocariniste ne pouvait pas s’empêcher de trouver ce sort injuste et il se maudirait toujours d’être en vie alors qu’eux non. Il se réveilla donc subitement et se redressa tout aussi rapidement. Après plusieurs secondes, il se rendit compte qu’il était dans la réalité, dans cette chambre en compagnie de la jeune femme qui semblait dormir paisiblement. D’ailleurs dormait-elle vraiment ? En effet, il se souvenait avoir crié le prénom d’Arwen et de Lenwë dans son cauchemar mais il ignorait si cela ne s’était pas également produit dans la réalité.
En tout cas, l’ocariniste était en sueur et il ôta sa chemise qui était donc devenue gênante. Là, ne pouvant se résoudre à se recoucher de nouveau de peur de faire à nouveau ce cauchemar qu’il faisait de manière répétée depuis ce jour funeste, il se leva et s’approcha du lit où dormait la jeune femme. Là, il put entendre son souffle constant qui était donc différent du sien qui était encore très saccadé. Voyant que les draps n’étaient plus tout à fait sur elle, il prit soin de les remonter jusqu’à ses épaules afin qu’elle ne prenne pas froid. La regardant grâce à la lumière de la Lune qui traversait la fenêtre, il ne put s’empêcher de penser à elle et de mettre cela en lien avec son cauchemar.


* Si vous faîtes route avec moi est-ce que je serai vous protéger ? Je n’en suis pas sûr moi-même à vrai dire… Peut-être devriez-vous trouver quelqu’un d’autre car moi je ne suis que celui dont la force fut insuffisante pour sauver ceux qu’il aime… * pensa-t-il alors qu’une larme venait de tomber sur les draps.

Toujours torse nu, il se dirigea ensuite vers la fenêtre, il décida alors de passer le reste de la nuit à observer la Lune faute de pouvoir trouver un peu de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Lun 11 Juin - 4:48

Allena ne s’attendait pas à ce qu’Olórin prenne son sarcasme de cette façon. Enfin, elle ne pensait jamais à ce que pouvait ressentir telle ou telle personne lorsqu’elle disait quelque chose et maintenant qu’elle voyait la réaction de son compagnon, elle s’en voulut. L’ange baissa la tête, désolée. Elle l’écouta, comme s’il la sermonnait. Il était si sérieux. Non, elle n’avait pas voulu. Mais c’était dans sa nature et pour ça, on ne pouvait lui en vouloir. Elle sembla alors si vulnérable ainsi, quasiment soumise…

Olórin lui affirma qu’il ne pouvait s’endormir profondément. Il avait vécu ainsi pendant si longtemps que c’était impossible pour lui de trouver un sommeil comme Allena faisait à chaque nuit. L’elfe dormait donc d’une oreille. Il pourrait se réveiller en cas d’éventuelles attaques et la protéger au besoin. Il lui dit aussi qu’elle pourrait dormir en paix. La jeune femme leva la tête vers son compagnon, le fixa un moment, puis hocha la tête, signifiant qu’elle avait compris.

Les joues de l’ange rosirent un peu lorsqu’il vint la complimenter sur son charme. Ses ailes lui donnèrent un quelconque charme? Mais elle n’en avait pas besoin. C’était une façon de lui dire qu’elle en avait déjà…


-Merci… souffla-t-elle en levant un regard timide sur lui.

Elle ne se lasserait pas de l’entendre la complimenter.
Allena finit alors de se déshabiller et elle retenu la douceur et le sentiment protecteur émanant d’Olórin. Que devait-elle comprendre là-dedans? L’ange ne pouvait pas savoir qu’elle lui faisait penser à sa sœur, l’ange ne savait donc pas qu’il pouvait… la prendre pour elle, peut-être? Enfin. La jeune femme s’assit sur son lit, déplia et replia ses ailes en les secouant un peu afin de les dégourdir avant de les faire disparaître pour la nuit. Autant dormir comme une humaine si elle voulait se faire passer pour l’une d’entre elle. Elle souffla un bonne nuit à son compagnon de chambre, puis se glissa sous les couvertures. Olórin éteignit les bougies, Allena garda les yeux un instant ouverts. Elle s’habitua à la noirceur, légèrement teintée de la lumière de la lune provenant de dehors. Serait-elle capable de dormir après toute l’agitation de la journée?

Finalement, Allena finit par s’endormir. Elle fit un rêve étrange, sans qu’il soit un cauchemar. Elle y vit tout d’abord sa mère, qui lui souriait. Elle était assise sur un banc de parc dans la cité des anges. Il n’était pas rare que les êtres tels qu’elle allaient s’y reposer. Allena lui sourit, mais elle disparu bientôt. Elle s’ennuyait tellement d’elle que ce fut un déchirement que de la voir s’évanouir à nouveau. Alors, ce fut un homme qui apparut. Cet homme, l’ange ne le connaissait pas. Mais il faisait partie de ses souvenirs, sinon, pourquoi y rêverait-elle? L’homme ne souriait pas. Il dévisageait Allena qui le regardait, tout en recherchant à reconnaître ce visage. Mais alors qu’elle allait trouver la réponse, un doux froissement de tissus contre sa peau vint la réveiller. Pas brutalement, juste… doucement. Allena n’ouvrit pas tout de suite les yeux. Elle sentait ce bourdonnement dans sa tête. Ce bourdonnement particulier qui l’informait qu’elle pouvait encore s’endormir et rêver longtemps. Mais quelque chose –son intuition sûrement- l’intima à rester éveillée.

Allena se retourna juste à temps pour recevoir une larme contre sa joue. Olórin venait de se retourner vers la fenêtre, mais il avait eu le temps d’être triste et de pleurer. Que lui arriva-t-il? Et quelle heure était-il d’ailleurs? Elle voyait bien que la lune était pleine et haute. Il devait être pas loin de une heure du matin.

La jeune femme observa la silhouette d’ Olórin se détacher dans l’obscurité. Il était torse nu. Ça se voyait parfaitement… et aucune femme ne pouvait y rester indifférente. Se redressant, Allena ne voulait pas passer pour une « espionne ». L’ange passa ses pieds hors du lit et se dirigea à son tour vers la fenêtre. Elle vint s’appuyer contre le cadre et posa ses yeux à l’extérieur, cherchant ce que pouvait bien regarder l’elfe.


-La lune est belle, cette nuit,
fit-elle pour couper le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Mar 12 Juin - 15:31

A présent, Olórin se tenait devant la fenêtre de la petite chambre. La lune offrait un éclairage conséquent qui venait se poser sur son torse nu et son visage. Son regard qui était d’abord parti à la recherche de personnes qui pourraient encore se trouver dehors à cette heure tardive finit par venir se poser sur le rebord de la fenêtre tandis que ses pensées se tournèrent une nouvelle fois vers son frère et sa sœur.

* Excusez-moi d’avoir été si faible. Quoi qu’il en soit j’espère ne plus avoir à attendre trop longtemps avant de vous rejoindre. * dit-il avec un regard effacé mais en souriant à l’idée de les retrouver.

Il repensa ensuite à ces neuf années en compagnie de Lenwë et d’Arwen à Azuria. Tous trois y avaient été appelés suite à la mort de leurs parents. Leur père, qui était humain, avait été l’un des protecteurs de cette cité avant de partir pour la cité elfique de sa femme. Les habitants de la cité voulurent honorer la mémoire de cet homme qui s’était tant investi pour eux et c’est pour cela qu’ils offrirent du travail à ses enfants. Bien sûr, le travail était effectué par son frère et sa sœur qui était bien plus âgés que lui mais il essayait de se rendre utile même s’il ne voulait pas développer ses pouvoirs en lien avec le vent alors que ceux de son frère et de sa sœur étaient en lien avec l’eau. En tout cas, ces années avaient été heureuses malgré la douleur de la perte de ses parents. Arwen avait joué le rôle d’une mère pour lui et Lenwë celui d’un père. Ils avaient ainsi mis leur vie de côté pour leur petit frère et pour leur cité.
Pour retourner à cette époque heureuse il aurait donné beaucoup de choses mais il savait que cela était impossible et savoir qu’il avait perdu ces êtres tant aimés était une torture incessante. Il n’avait donc plus qu’à accomplir sa mission et y trouver la mort pour enfin les rejoindre. D’ailleurs mourir ne lui faisait pas vraiment peur puisqu’il savait qu’il retrouverait enfin ceux qui comptent tant pour lui. Là, devant eux, il pourra enfin s’excuser de sa faiblesse passée.
Plongé dans ses pensées, l’ocariniste n’avait même pas remarqué qu’Allena était réveillée. En effet, elle était désormais à côté de lui et se tenait à peu de choses près comme lui. Elle voulait vraisemblablement briser le silence et s’était pour cela qu’elle lui dit que la nuit était belle. Il lui répondit alors presque aussitôt.


- « Belle mais si froide pourtant … » dit-il avec mélancolie.

Il se dirigea ensuite vers son lit et récupéra sa chemise ainsi que sa veste avant de retourner auprès de la jeune femme. Là, il déposa sa veste chaude sur son dos afin qu’elle n’ait pas froid.

- « Désolé, j’ai l’habitude de vivre seul et je néglige parfois ceux qui m’entourent. » dit-il tout en remettant sa chemise, encore humide, sans en attacher les boutons.

S’il était attentionné avec elle ce n’était pas tant parce qu’elle lui rappelait un peu sa sœur mais surtout car ce soir, il avait presque besoin de parler, ce qui chasserait peut-être ne serait-ce que partiellement ses pensées. Toutefois, il ne voulait pas vraiment parler de lui et il décida de s’attarder sur Allena.

- « J’imagine que je vous ai réveillé… Dans ce cas, je ferai bien attention à être moins bruyant mais si vous tenez à m’offrir votre compagnie alors je m’emploierai à une chose : vous connaître mieux. » ajouta-t-il en la regardant tandis qu’un petit sourire se dessina sur son visage.

Olórin était sincère avec elle, il voulait vraiment la connaître davantage mais quelles seraient les bonnes questions à lui poser pour cela ? Et serait-ce quelques questions au cours d’une nuit qui lui permettraient de la connaître mieux ? Peut-être, il allait probablement le savoir d’ici peu.

- « Qu’attendez-vous de moi Allena ? Depuis plus de sept ans je vis seul et aujourd’hui nous faisons route ensemble car le vent nous a conduit l’un à l’autre. Toutefois, hormis ce fait, j’ignore encore ce que vous pouvez attendre de ce voyage. J’ignore même ce que vous aimez ou non dans la vie. Peut-être que, si vous êtes d’accord, cette nuit m’offrira l’occasion de combler mes lacunes à votre égard. »

La nuit serait-elle donc plus longue ou plus courte que prévue ? L’ocariniste pensait très fortement que seule Allena pouvait décider de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Ven 15 Juin - 1:35

La mélancolie perça la voix d’Olórin qu’Allena posa ses yeux bleus sur lui. À quoi pensait-il donc? La lune le rappelait tant de chose que ça? L’ange le regarda se lever et l’observa revenir près d’elle. Elle lui sourit lorsqu’il déposa sa veste sur ses épaules. Il faisait plutôt frais ici. Allena leva les yeux vers le ciel et regarda avec mélancolie les nuages qui voguaient lentement dans cette immensité noirâtre. Sa vie… son ancienne vie lui manquait, même si ça ne lui faisait que quelques jours qu’elle avait quitté la cité. Et sa mère… sa mère si douce et gentille avec elle, si protectrice, si bonne. L’ange baissa les yeux sur Olórin qui venait de s’excuser de ne pas avoir fait attention. Elle ne devait pas penser à ça, sinon, elle ne serait pas surprise de voir son compagnon s’inquiéter pour elle.

-Ce n’est rien. Je ne dormais pas profondément de toute façon… En plus, le rêve que je faisais était plutôt bizarre…

Elle repensa à sa mère, puis à l’homme inconnu qu’elle avait vu… Elle ne voyait vraiment pas de qui il pourrait s’agir… à moins… à moins que ce ne soit son père. À quoi ressemblait-il? Mais déjà, les images de son rêve s’effaçaient, assez que pour ne reconnaître qu’un visage flou… Allena soupira. Elle reporta ensuite son attention sur Olórin qui lui apprit qu’il désirait plus la connaître. La jeune femme sourit, tout en fermant les yeux. Elle laissa sa tête aller contre le cadre de la fenêtre et ramena la veste bien sur ses épaules. Restant muette, elle attendit la suite, sachant que l’elfe n’avait pas terminé. Justement, il lui posa quelques questions. Allena ouvrit les yeux, tout en posant ses pupilles sur le paysage sombre de l’extérieur.

-Je vais tenter de vous répondre avec le plus de sincérité possible, répondit-elle d’une voix douce et basse.

Ils étaient peut-être seuls dans cette chambre, mais il restait quand même qu’à côté, dans la pièce voisine, quelqu’un dormait peut-être. Allena préférait parler plus bas. De toute façon, elle savait qu’il la comprenait.


-Je n’attends rien de vous. Le vent a fait en sorte que nous nous sommes rencontrés et nous savons en partie pourquoi. De mon côté, je voyage avec vous, car j’ai le pressentiment que nous devons voyager ensemble. Des liens particuliers peuvent se former entre nous, c’est tout à fait comprenable, et je n’en attends rien de moins. Seulement, je vois ce voyage comme une partie de ma vie que je dois pleinement profiter. S’il advenait que nous nous séparions, c’est parce que le destin en a voulu ainsi.

Au tour des autres questions maintenant.

-Vous voulez me connaître? Bien, mais en retour, vous devrez répondre à quelques-unes de mes questions. Allena sourit, tout en posant ses yeux bleus sur son compagnon. Son expression passa de la douceur à la passion. J’aime voler. Voler, c’est ma vie. Je ne sais plus si je vous l’ai déjà mentionné, mais j’ai commencé à voler depuis que j’ai su comment mes ailes fonctionnaient. Je suis fière d’être une ange et de pouvoir virevolter dans le vent tout en pouvant le maîtriser. Sinon, je n’ai jamais aimé la guerre, même si j’étais curieuse de voir quels méfaits étaient accomplis sur ce bas monde. Je sais que je suis prête à tout pour sauver quelqu’un qui m’est cher… Allena fixa intensément Olórin, signifiant que s’il lui arrivait quelque chose, elle ferait tout pour l’aider. Et je m’ennui énormément de ma mère. C’est la seule personne que j’ai su vraiment aimé. Elle a toujours été là pour moi et, il y a quelques jours, j’ai décidé de la quitter pour vivre ma vie. J’ai bien peur de lui avoir brisé le cœur…

Les yeux remplis de tristesse, l’ange s’assit lentement par terre, juste devant la fenêtre. Pourquoi fallait-il qu’elle soit nostalgique à ce point? Était-ce une caractéristique des humains… ou des anges? Ah! Finalement, après quelques secondes de silence, elle leva les yeux sur l’elfe et posa ses questions :

-Je vous retourne les questions. Qu’est-ce qui vous passionne dans la vie? Et aussi… attendez-vous particulièrement quelque chose de ma part?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Sam 16 Juin - 2:40

Allena se trouvait maintenant à ses côtés et observait la lune avec sa veste sur ses épaules. D’ailleurs, elle avait souri quand il la lui avait déposé. Toutefois, il voyait également qu’elle aussi laissait vagabonder son esprit sur autre chose qui avait peut-être un rapport avec ce rêve dont elle parlait. Sur ce point, il ne dit rien mais peut-être en reparleraient-il un peu plus tard. De plus, elle était désormais en train de répondre à ses questions avec une voix basse pour ne pas déranger ceux qui, contrairement à eux et en toute logique, devaient déjà dormir.
Tout d’abord, elle lui avoua qu’elle n’attendait rien de lui mais que voyager ensemble était un signe du destin et que des liens particuliers pouvaient se former entre eux. A cet instant, il savait qu’elle disait vrai et il partageait son avis même s’il ne pouvait accepter d’être trop proche d’elle de part ses engagements. Quoi qu’il en soit, il la laissa poursuivre sans l’interrompre et en l’écoutant avec une grande attention.
Elle répondit donc à toutes ses questions avec la seule condition qu’il réponde aux siennes à son tour. Bien que n’aimant pas parler de lui il trouva qu’il lui devrait au moins cela et il fit un petit signe de tête pour lui dire qu’il accepterait. Elle lui parla donc tour à tour de sa passion pour ses vols mais aussi de son affection pour sa mère qui lui manquait. Elle lui avait même directement adressé un message lui indiquant qu’elle l’aiderait s’il se trouvait en difficulté. A ce moment, il avait soutenu son regard sans dire un mot et alors qu’il allait réagir à ses propos, elle lui demanda ce qui le passionnait dans la vie et s’il attendait quelque chose de particulier venant d’elle.
Il aurait évidemment dû s’attendre à cette question et il décida qu’il y répondrait même s’il n’était pas vraiment à l’aise sur ce type de sujet. En tout cas, en lui répondant, il tentera également de réagir à ce qu’elle lui avait dit il y a quelques instants.


- « Merci d’avoir répondu avec sincérité Allena et je vais en faire de même car après tout vous vous posez des questions sur moi et c’est bien normal. Je ne vous promets pas de tout vous dire mais je ferai ne sorte de vous confier une petite partie de ma vie. » dit-il en guise d’introduction.

Tout en regardant vers l’extérieur, il commença à lui répondre et même se cela pouvait le rebuter, il allait se montrer sincère mais peut-être plus général que précis.

- « Je crois que plus rien ne me passionne dans la vie. La seule chose qu’il me reste est mon ocarina et mon élément. Quant à ma famille, je n’en ai plus aucune. Mon père était un humain et ma mère une elfe. J’avais un frère qui se nommait Lenwë et une sœur qui s’appelait Arwen. Tous deux avaient plus de dix ans de différence d’âge avec moi. Bref, j’étais le petit dernier de la famille et aujourd’hui je le suis également par la force des choses… Nous vivions tous les cinq dans la cité elfique de Celándir jusqu’à mes cinq ans. Cette année là, nos parents trouvèrent la mort et accompagné de ma sœur et mon frère, nous partîmes pour Azuria, la cité sur l’océan ou mon père avait été l’un des plus grands gardiens. Dans cette cité, Lenwë et Arwen assuraient la protection et s’occupaient de moi constamment. Ils étaient devenus mes parents et je ne pourrai jamais oublier tout ce temps qu’ils m’ont consacré au détriment de leur propre vie. D’ailleurs, je ne saurai dire aujourd’hui combien de nuits blanches ma sœur a passé auprès de moi quand j’étais assailli de cauchemars… Un jour, alors que j’avais douze ans, la cité fut ravagée par une vague gigantesque. Pour laisser aux habitants le temps d’évacuer les lieux, mon frère et ma sœur se sacrifièrent et me confièrent la tâche de guider les survivants vers le continent. Aujourd’hui… je leur en veux de m’avoir laissé et je donnerai tout pour retourner dans le passé et prendre leur place… Je donnerai tout ce que j’ai pour que ce soit eux qui soient en vie aujourd’hui mais je ne le peux pas et je n’attends désormais plus qu’une chose de la vie : qu’elle me laisse enfin les rejoindre où qu’ils se trouvent… » dit-il avec une voix serrée alors que des larmes s’écoulaient à présent le long de son visage.

A ce moment, il la regarda tandis que sa vee était floue sous la présence de ses larmes. Là, il lui avoua ce qu’il n’avait encore jamais dit à personne.

- « Chaque nuit, si j’ai le malheur de m‘assoupir un peu trop, je revis ce jour funeste et je hurle de toutes mes forces pour que mon frère et ma sœur ne sacrifient pas leur vie. Ainsi Allena, votre mère est vivante alors même si vous lui avez dit que vous mènerez désormais votre vie, n’hésitez pas à retourner la voir car cela vous fera le plus grand bien. Nous ne devons surtout pas attendre que les gens ne soit plus là pour leur dire qu’on les aime sinon il ne reste que des regrets. »

Il s’était donc confié à elle et il ne savait pas encore comment elle réagirait à tout cela. En tout cas, il devait désormais répondre à sa deuxième question.

- « Concernant notre voyage ensemble, je partage votre point de vue mais sachez simplement que je voyage seul depuis bien longtemps et que je ne peux pas accepter que l’on s’attache à moi. Je ne peux plus accepter cela depuis ce jour… Toutefois, votre présence me fait beaucoup de bien et je dois bien le reconnaître. Ainsi, c’est avec plaisir que demain je reprendrai la route avec vous. »

Le ton qu’il employa à la fin de sa phrase suggérait très largement qu’il n’avait pas terminé son idée. Quoi qu’il en soit, elle n’allait pas tarder à entendre ce qu’il voulait rajouter et cela allait faire écho à ce qu’elle lui avait dit précédemment. Avec un regard bienfaiteur et une voix posée, il lui répondit.

- « Tout à l’heure, j’ai clairement vu le message que vous m’avez passé mais sachez que je ne veux pas que vous exposiez votre vie pour me venir en aide. Ma vie n’a plus d’importance depuis qu’on m’a arraché ceux que j’aime et ma seule raison de vivre aujourd’hui est mon souhait de mettre fin à la futur guerre dans un dernier combat que je mènerai seul. C’est pour toutes ces raisons qu’il ne faut pas s’en faire pour moi. En tout cas, sachez que votre chaleur est plus douce que n’importe laquelle de mes mélodies. » lui dit-il avec sincérité.

Jusqu’à maintenant il avait beaucoup parlé de lui et il était probablement temps de s’arrêter là pour ce sujet. Afin de parvenir à cela, il revint sur ce rêve dont elle lui avait très brièvement parlé. Sur ce point, il allait peut-être pouvoir l’aider. Il lui en fit donc la proposition.

- « Vous m’avez parlé d’un rêve tout à l’heure. Voulez-vous m’en reparler ? Je ne suis pas un expert dans ce domaine mais si vous cherchez des réponses peut-être pourrai-je vous aider grâce à ma mélodie qui me permet de sonder l’âme d’une personne. Je pourrai donc retrouver ce rêve caché au fond de vous. Bien sûr, je n’irai pas plus loin que cela. Le choix vous appartient et nous le ferons si vous trouvez cela nécessaire. »

Cette conversation serait à coup sûr enrichissante et permettrait certainement de cimenter leurs relations. Leur histoire débutait et il s’y laissait de plus en plus bercer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Dim 17 Juin - 16:21

Olórin la remercia de lui avoir répondu sincèrement. Allena sourit. Elle n’était pas du genre à mentir non plus… Pourquoi l’aurait-elle fait d’ailleurs? Elle avait confiance en Olórin et même si elle ne le connaissait pas entièrement, elle savait qu’il n’était pas de ceux qui allait lui rire en pleine figure. L’elfe lui dit qu’il répondrait à ses questions, tout en gardant une partie du mystère pour lui. La jeune femme hocha la tête, comprenant parfaitement. Elle ne lui demandait pas non plus de lui révéler son plus grand secret… L’ange l’écouta donc raconter son histoire avec attention. Une histoire qui s’avéra triste…

Rien ne le passionnait et il ne possédait aucune famille. Ses parents avaient trouvé la mort et sa sœur et son frère aussi, mais un peu plus tard… Ils avaient voulu sauver la vie de plusieurs villageois, ainsi que celle de leur frère. L’émotion était si intense dans le récit d’Olórin qu’Allena en sentit les larmes couler sur ses joues. Elle voyait aussi son compagnon pleurer et cela lui brisa le cœur en deux. Il désirait mourir… Il désirait mourir pour rejoindre ceux qui lui manquaient cruellement. Allena se dit qu’elle ressentit probablement la même chose si sa mère venait à mourir… Mais comme il était impossible de revenir dans le passé, forcément elle devrait continuer à vivre. L’ange savait qu’il ne fallait pas désespérer et que, d’en haut, la sœur et le frère d’Olórin devaient veiller sur lui. Allena fixa l’elfe, sachant qu’il n’avait pas fini avec ses révélations.

C’est donc cela qui le réveilla un peu plus tôt. Ce cauchemar… Il revoyait ses êtres chers à ses yeux …. Il les revoyait mourir… Doux seigneur! Cet elfe devait vivre un enfer. Il mentionna sa mère et lui dit que même si elle lui avait dit qu’elle mènerait maintenant sa vie, il ne fallait surtout pas hésiter à aller la revoir et lui dire que trois petits mots qui faisaient du bien au cœur : je t’aime. Mais Allena ne s’attarda pas aux conseils d’ Olórin. Elle le voyait souffrir intérieurement et elle n’aimait pas ça. Allena, dont les larmes ruisselaient sur ses joues, leva une main et vint essuyer doucement la joue de son compagnon.


-Je suis certaine que votre sœur et votre frère veillent sur vous… commença-t-elle doucement, que vous n’avez pas à vous en faire. Lenwë et Arwen n’aimeraient sûrement pas vous voir dans un tel état rien que pour eux… Je suis persuadé qu’ils préféraient vous voir rire plutôt que pleurer. Cessez d’être triste, Olórin, et vivez plutôt que de penser que la mort vous mènera quelque part…

L’ange avait encore les yeux humides lorsqu’elle détacha sa main du visage de l’elfe. Elle inspira un bon coup et baissa les yeux. Il répondit enfin à sa seconde question.

Ainsi, Olórin n’aimait pas que les gens s’attachent à lui en cours de route. L’ange eut un demi sourire, alors qu’elle essuyait les larmes sur ses joues. Elle savait pour quelles raisons il ne pouvait accepter que quelqu’un s’attache à lui, mais Allena n’était pas de celle qui ne s’attachait pas… Elle regarda simplement son compagnon, se disant que par la force des choses, un lien finirait par les unir. Il ajouta donc qu’il n’aimait pas vraiment le fait que, si un jour cela se produisait, Allena mette sa vie en danger pour lui. L’ange en perdit son sourire. Personne ne lui interdirait quelque chose, surtout de ne pas le sauver s’il adviendrait qu’il était en danger.


-C’est dans la nature des anges… fit-elle tristement en baissant les yeux.

Cependant, comprenant le choix d’ Olórin, qu’elle respectait entièrement, elle ferait de son mieux pour ne pas se mettre en travers de son chemin. Et comme pour la consoler, il dit que sa chaleur était plus douce que n’importe quelle mélodie qu’il avait pu jouer… Cela fit rire Allena qui leva les yeux sur lui. Deux grands yeux bleus luisants le fixaient avec reconnaissance.

Olórin arriva alors avec une question concernant son rêve. Allena se redressa d’un coup. Son compagnon pouvait sonder son âme à la recherche de ce rêve caché et ainsi découvrir peut-être son sens mystérieux. L’ange tourna la tête vers la fenêtre et regarda un peu dehors, le temps de remettre ses idées en place.


-J’ai… j’ai vu ma mère assise sur le banc d’un parc. J’ai reconnu ce parc pour y avoir été souvent plus jeune. Ma mère me souriait et alors que je lui renvoyais son sourire, elle disparu de ma vue. À la place, un homme inconnu apparu. Celui-là, il me dévisageait complètement. Je ne savais pas du tout pourquoi je rêvais de lui, mais j’avais le pressentiment que j’allais le savoir. Et alors que la réponse me venait en tête, tout disparu et la sensation d’une larme tombant sur ma joue me réveilla…

Allena reposa ses yeux bleus sur Olórin. Elle avait un petit sourire sur les lèvres.

-Vous m’avez réveillée… avec vos pleurs.

Elle resongea à la proposition de son compagnon. Lire son âme pour connaître ce rêve.

-Je … je veux bien que vous lisiez mon âme. Je veux connaître cet homme. Je veux savoir qui il est et pourquoi je rêve de lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Mar 19 Juin - 21:30

Il la pensait sensible et il en avait désormais une preuve de plus. En effet, la jeune femme fut particulièrement sensible à son histoire au point qu’elle en pleura elle-aussi. Or, combien de personnes disposaient d’une telle empathie ? Elle semblait ressentir une partie de ce qu’il ressentait et même s’il n’aurait pas voulu que cela se passe de cette manière, il pouvait comprendre sa réaction car lui-même fut plus d’une fois saisie d’une vive émotion en parcourant l’âme de certaines personnes. Elle l’ignorait peut-être mais de très nombreuses personnes souffraient plus qu’ils ne le devaient dans ce monde à tel point que l’ocariniste en était arrivé à la conclusion que bien plus de personnes vivaient dans la tristesse ou la peur plutôt que dans la joie. De plus, il savait que la situation ne s’améliorait pas avec la guerre qui approchait.
En tout cas, Allena essaya de le consoler à la fois par ses gestes mais aussi par ses mots. En essuyant ses larmes, il avait pu ressentir la tendresse qu’elle lui adressait et cela l’avait surpris car il y avait bien longtemps que personne n’avait été là pour lui quand il allait aussi mal. Quant à ces mots, même s’ils étaient vrais, ils n’eurent pas d’impacts sur cet elfe qui savait depuis ce jour funeste qu’il n’avait qu’une seule envie.


- « Je pense également qu’ils veillent sur moi mais qu’ils le veuillent ou non, je finirai par les rejoindre car ce qu’ils ont oublié en mourrant c’est que leur absence ne peut être comblée. » répondit-il.

Il serait bien difficile de le faire changer d’avis et même avec toute sa tendresse, l’ange n’y parviendrait pas pour le moment. Toutefois, elle aurait l’occasion de voyager avec lui et peut-être pouvoir percer sa cuirasse. En tout cas, il ne lui donna pas trop d’espoirs sur ce point mais espéra qu’elle ne le prendrait pas mal car finalement cela ne la concernait pas. En tout cas, elle fut visiblement blessée quand il lui dit qu’elle ne devrait pas le secourir. Elle lui avoua que c’était pourtant dans la nature des anges mais même s’il la comprenait, il ne pouvait pas lui donner sa bénédiction. Il ne voulait plus que la catastrophe d’Azuria se reproduise et il ferait tout pour ça.

- « Par mon incompétence trop de gens sont morts et je ne veux en aucun cas que votre prénom vienne encore davantage étoffer cette liste. Comprenez-moi. » dit-il en baissant quelque peu la tête lui aussi.

Après ce passage quelque peu difficile, il l’avait complimenté de manière sincère et elle lui avait répondu en souriant avant de revenir sur son rêve. Dans ce songe, elle cherchait à voir le visage d’un homme qui semblait avoir de l’importance mais elle n’y était pas parvenue à cause d’une larme qui appartenait à celui qui partageait sa chambre. Sachant cela, Olórin ne pouvait que s’en vouloir. Par sa faute, elle n’avait pas pu aller au bout de son songe. Ainsi, sa présence commençait déjà à avoir des conséquences négatives sur quelqu’un d’autre. Rien que cela aurait pu achever cette idée qu’il devait faire route seul mais il ne pouvait aller à l’encontre du choix de son élément et il devait avant tout aider Allena à achever son rêve. D’ailleurs, elle était d’accord pour qu’il l’aide. Son désir de connaître l’identité de cet homme était sincère et il allait tout faire pour l’aider à connaître la vérité mais avant cela il devait la mettre en garder et la préparer.

- « Allena, avant toute chose sachez que ma mélodie ne servira qu’à vous révéler ce que vous savez déjà. Il vous faudra aussi uniquement focaliser vos pensées sur ce songe comme si vous cherchiez à le rattraper, à y replonger. Pour cela, il faut vous allonger sur votre lit et fermer vos yeux, ma mélodie sera alors votre guide pour retrouver ce songe. Je ne sais pas combien de temps elle sera efficace. Je dirai que tout dépend de notre harmonie. »

Il lui indiqua ensuite son lit d’un geste du bras l’invitant à le rejoindre.

- « Le moment est venu. » ajouta-t-il simplement.

La guidant vers son lit il passa délicatement sa main sur son visage pour qu’elle baisse ses paupières. Il leva ensuite la couverture sur elle pour recréer les conditions dans lesquelles elle avait fait ce songe. Une fois ceci terminé il s’adressa une dernière fois à elle d’une voix posée et douce.

- « Le voyage va commencer Allena, je serai votre guide et je veillerai sur vous durant votre sommeil. Ne craignez rien, vous vous réveillerez par vous-même. » dit-il avant de porter son ocarina à sa bouche.

A présent, la mélodie avait débuté. Les doigts du jeune elfe glissaient sur l’instrument et permettaient de sortir un son que l’on pouvait qualifier d’apaisant. Ceci avait pour but de plonger la jeune femme dans un nouveau sommeil. Peu après, la mélodie changea quelque peu et se fit un peu plus affirmée. En fait, l’ocariniste était en train de fouiller dans l’âme de sa partenaire à la recherche de ce fameux songe. Comme il le lui avait dit, il ne s’attardait pas sur d’autres pensées la concernant car ceci aurait été violer son intimité.

* Nous y sommes presque. Dans quelques instants ma mélodie vous aura conduite vers ce songe et cet homme dont vous recherchez l’identité. * pensa-t-il en s’adressant à elle.

La mélodie restait toujours aussi douce même si elle n’avait plus le même but d’apaisement maintenant qu’Allena se trouvait dans un profond sommeil. Puis, quelques brefs instants après, il sentit qu’elle était parvenue à son but. Il ne lui restait donc plus qu’à continuer de jouer sa mélodie avec la même intensité, les même notes et la même vitesse. En effet, il était très important que la mélodie soit parfaitement identique à ce qu’elle fut au moment où la recherche avait abouti afin que le « rêveur » ne soit pas arraché à son songe. En tout cas, l’ange était entre de bonnes mains et s’il lui fallait jouer plusieurs heures pour qu’elle trouve sa réponse, il le ferait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Mer 20 Juin - 16:43

Allena découvrit une nouvelle caractéristique à Olórin. Il était têtu. Têtu de croire que mourir le rendrait heureux. D’un côté, oui, mais d’un autre, non. Allena serait heureuse pour son compagnon s’il venait à mourir, mais elle serait aussi accablée de tristesse. De un, il aurait retrouvé sa famille et de deux, elle aurait perdu quelqu’un qui… Elle préféra ne pas penser à cela, aussi, tourna-t-elle les yeux vers Olórin et l’écouta parler.

Encore une fois, il lui avoua qu’il ne voulait pas qu’elle lui vienne en aide s’il advenait le cas. Il prit comme exemple Azuria, dont une liste des personnes décédées avait été dressée. Il ne voulait pas que son nom s’y retrouve. Était-ce une marqua d’affection ou simplement une façon de dire qu’il ne voulait pas que sa peine soit encore plus lourde. Allena ne savait pas trop quoi penser, mais elle dit simplement :


-Et si c’était votre prénom qui se retrouvait sur cette fameuse liste… Ne croyez-vous pas que je serais rongée dans les remords parce que j’aurais peut-être pu faire quelque chose pour vous?

L’ange le défia du regard, puis se radoucie. Elle le comprenait et ne pouvait le faire penser comme elle, c’est pour cela d’ailleurs qu’elle le respectait. Ils possédaient tous les deux une vision différente de la vie. L’un voulait la mort, l’autre vivre de sa liberté nouvelle. Allena finit par baisser les yeux et ils abordèrent son rêve. Olórin lui expliqua qu’elle ne devra penser qu’à son rêve. Il lui dit que sa mélodie serait un guide, mais qu’avant tout, elle devrait se rendormir et, ce, dans le lit.

Allena se leva donc et rejoins Olórin qui était déjà près de son lit. Elle se coucha sur le dos, ramena les couvertures contre elle et posa ses yeux bleus sur son compagnon. Le cœur lui débattait, sans savoir pourquoi. Peut-être était-ce la hâte de connaître la vérité… Olórin passa doucement sa main sur son visage pour lui fermer les yeux, ce qu’Allena fit dans l’instant. Il remonta les draps sur elle et l’ange ne put s’empêcher de sourire, lorsqu’elle pensa que sa mère lui faisait la même chose lorsqu’elle était jeune. Elle se faisait border, mais pas vraiment pour les mêmes raisons.

Olórin lui prodigua de douces paroles, comme quoi il était son guide et celui qui veillerait sur elle. Allena hocha la tête, sans dire un mot et garda les yeux fermés. Dès qu’il se tut, elle commença à penser au rêve qui s’effaçait déjà dans son esprit. La mélodie que jourait Olórin s’infiltrait en elle, tel un serpent. Elle sentit que ça faisait effet. Ses sens s’engourdirent et bientôt son corps se relâcha. Elle était maintenant endormie dans un profond sommeil.

Seule dans le noir, Allena ne voyait rien. Cependant, bientôt, une lumière apparut. Attirée vers cette lumière qui était aussi source de chaleur, l’ange s’avança et eut la satisfaction de voir la lumière grandir au fur et à mesure qu’elle s’avançait vers elle. Elle fut alors inondée de lumière, telle qu’elle dut fermer les yeux pour ne pas être aveuglée. Après un moment, qu’elle jugea sans danger, elle ouvrit les yeux et eut la surprise de se retrouver dans un parc brumeux, comme l’aube, quand il faisait frais à l’extérieur et que la rosée n’avait pas encore disparu. Regardant autour d’elle, son regard tomba sur un banc où était assise une personne. Sa mère. Elle lui souriait. Allena s’avança, se rappelant qu’elle était venue ici pour autre chose. Mais sa mère, après quelques secondes et un regard rempli de tendresse, disparut dans les brumes de la matinée. Allena ressentit les mêmes sentiments que précédemment. Un vide creux qui ne pouvait se remplir. Alors que la jeune femme était seule au milieu du parc, une ombre apparut. La silhouette d’un homme s’approchait d’Allena. Celle-ci finit par lever les yeux et découvrit l’homme inconnu. Attendant quelques secondes et voyant qu’elle ne se réveillait pas comme la fois précédente, l’ange avala sa salive et adressa un petit sourire à l’étranger. Celui-ci, après l’avoir longuement dévisagé, l’invita à venir s’asseoir sur le banc, où il s’assit lui-même. Allena le regarda un instant, légèrement suspecte, puis s’avança. Elle s’assit près de l’homme et garda les yeux baissés.


-Lève les yeux, ma fille, fit l’homme d’une voix apaisante et douce.

L’ange se sentait comme une petite fille qui aurait fait quelque chose de mal. Prenant son courage à deux mains, Allena leva les yeux sur l’homme et l’observa. Une carrure forte, des cheveux foncés et des yeux adorablement... bleus. Elle l’avait déjà vu auparavant, elle en était certaine. L’homme hocha la tête, comme s’il comprenait ses pensées.


-Tu ne me reconnais donc pas?
-Si, je vous ai déjà vu, mais je ne saurais dire où ou encore quel est votre prénom. Vos yeux cependant me disent quelque chose.


Le rire chaleureux de l’homme résonna dans le parc vide de toute vie. Allena fut portée à rire avec lui, mais se força à garder une attitude… sérieuse.

-Voilà la preuve que tu te regardes dans le miroir, au moins…

L’ange rougit. Pourquoi disait-il cela?

-Tu ne vois toujours pas? Il laissa échapper un soupir. De qui donc retiens-tu ton caractère, ton tempérament fougueux et… tes yeux?

Allena en resta muette. Non… C’était impossible! Comment cela pouvait-il s’agir de..?

-Père? s’étrangla-t-elle en le regardant. Elle sentit des larmes lui monter aux yeux. Il hocha la tête. Vous êtes mort, donc?
-Oui, malheureusement, mais bien après ta naissance… Cependant, ce sera pour plus tard, celle histoire. J’ai l’impression que quelqu’un t’attend…

Allena se jeta au cou de l’homme et souffla :

-Révélez-moi au moins votre prénom…
-Alexandre…
lui murmura-t-il à l'oreille avant de disparaître dans la brume du parc.

Et la lumière décrut et elle fut plongée dans le noir. Allena se réveilla alors. Elle entendait la musique jouée par Olórin et ouvrit les yeux, pour faire face au plafond. Rien ne la touchait maintenant, mais bientôt, elle reprit ses esprits. L’ange pensa alors à son père et, sans prévenir, se mit à pleurer. Se redressant, elle regarda l’image floue d’Olórin et murmura :


-Alexandre…

Elle éclata en sanglot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Jeu 21 Juin - 2:27

Olórin n’était pas du genre à remettre en cause ces buts dans la vie mais il était en face d’une femme qui elle aussi avait des principes bien ancrés. D’ailleurs, elle n’avait visiblement pas l’intention de lui céder et lui posa une question qui le laissa sans voix sur le moment. En effet, elle lui fit comprendre qu’elle serait rongée par le remord s’il venait à mourir sans qu’elle ne puisse rien y faire. Il devait l’avouer, elle marquait un point. Egoïste concernant sa vie, il semblait que ses choix n’étaient pas sans conséquences sur les autres. A ce moment, il aurait pu lui dire qu’il l’exemptait de toute aide mais il savait que ce n’était pas avec ça qu’il viendrait à bout de la volonté de l’ange. De plus, ceci aurait pu être blessant et il ne voulait pas l’être avec elle. Il était ainsi tiraillé entre ses principes et le respect qu’il avait pour elle. Allena était un être de douceur mais aussi de conviction. De plus, elle lui rappelait quelque peu sa sœur, pas physiquement mais dans son attitude. Il ne pouvait donc pas réellement agir durement contre elle et puis il ne voulait tout simplement pas. En effet, s’il avait recours à ce type d’attitude ce n’était que dans le but de prévenir les autres de ne pas s’attacher à lui, de ne pas mettre leur vie entre ses mains car il avait déjà failli à sa mission. Quoi qu’il en soit, il ne lui répondit pas et baissa la tête. Visiblement troublé, il ne parvenait ni à répondre contre elle ni à aller dans son sens.

Désormais il devait se concentrer sur son rôle de guide afin qu’elle retrouve son rêve et cet homme dont elle voulait connaître l’identité. Après plusieurs minutes, il sentit qu’elle était parvenue à revivre ce songe et à partir de cet instant il avait joué une mélodie identique à cet instant. Il savait que la moindre fausse note pourrait l’arracher à son rêve et il ne pouvait pas se permettre d’échouer. Il devait réussir pour elle non seulement car il était un ocariniste mais aussi et surtout parce qu’il voulait vraiment lui apporter sa réponse. Il joua donc inlassablement sa mélodie durant près de trois heures. Peu à peu ses forces disparaissaient pour alimenter la puissance de son ocarina. Jouer aussi longtemps n’était pas la première fois pour lui mais l’exercice était toujours périlleux et épuisant. Toutefois, il la sentait revenir à la réalité et il ne se trompa pas puisque à peine trois secondes après cette sensation, elle se redressa et éclata en sanglot après avoir prononcé le prénom « Alexandre ». Olórin ne s’attarda pas davantage sur ce prénom qui lui rappelait ceux des humains et il se plaça sur le lit à côté de la jeune femme en sanglot et déposa une couverture sur ses épaules avant de s’adresser à elle. En effet, son travail de guide n’était pas encore terminé. Il devait s’assurer désormais que son retour à la réalité se fasse le mieux possible.


- « Votre voyage a duré un peu plus de trois heures alors surtout respirer le plus calmement possible. Le temps y passe beaucoup plus vite que dans notre réalité alors il vous faut ménager quelque peu désormais. » lui dit-il presque professionnellement.

Même si ce qu’il avait dit était important il s’était trouvé totalement vide d’émotion. Bien sûr, il n’était pas un homme très démonstratif si ce n’est lorsqu’il exécutait l’une de ses mélodies. Quoi qu’il en soit il se voulait d’être si peu « humain » mais il avait bien du mal à agir autrement en cet instant. Il était alors bien loin de la douceur que lui témoignait sa sœur quand il allait si mal. Il était loin de la bienveillance de son frère quand il jouait sur les rebords des remparts d’Azuria. Pourtant il voulait faire quelque chose pour elle, il le voulait sincèrement et ce qu’il fit finalement le renvoya plusieurs années dans le passé.
Prenant Allena dans ses bras, il se retrouva finalement à la place de sa sœur. En effet, il enlaçait maintenant cette jeune femme comme le faisait Arwen avec lui. Puis, il continua de s’adresser à elle pour qu’elle se concentre à la fois sur sa voix mais aussi sur sa chaleur. De cette manière, peut-être parviendrait-elle à oublier quelque peu sa peine.


- « Si vous avez envie de pleurer alors faîtes le une bonne fois. Mon épaule est là pour cela et n’ayez pas peur de la mouiller surtout. » lui dit-il d’une voix douce et affirmée pour lui montrer avec ses mots et ses gestes qu’il voulait l’aider sincèrement.

Il passa ensuite sa main dans ses cheveux. Il ne le fit pas plus de deux fois avant de la regarder dans les yeux et de passer sa main sur son visage pour tenter de sécher ses larmes. Finalement quel rôle jouait-il en ce moment ? Il n’était plus un simple guide. Peut-être adoptait-il le rôle d’un grand frère vu qu’elle était plus jeune que lui ? En fait il n’en savait rien. Il lui demanda donc ce qu’elle avait vu dans ce songe afin de mieux comprendre sa peine.

- « Allena, qu’avez-vous vu dans ce songe ? Avez-vous retrouvé cet homme ? Avez-vous trouvé la réponse que vous cherchiez ? » lui dit-il avec cette même douceur dans la voix.

A présent il resta silencieux. Il offrait sa chaleur à cette jeune femme et cela lui aurait paru improbable il y a encore très peu de temps. Toutefois, il le faisait et se rapprochait ainsi sans le savoir de son frère, de sa sœur et d’une autre manière, peut-être d’Allena.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Jeu 21 Juin - 3:37

Olórin ne répondit pas à sa réplique et Allena en fut quelque peu fière. Elle l’avait bien bouchée cette fois. Certes, elle voulait bien faire savoir à son compagnon qu’elle ferait tout pour lui s’il advenait qu’il soit en danger. En fait, elle ne voulait pas avoir une mort sur la conscience et surtout celle, spécialement celle d’ Olórin. Pourquoi? Aucune idée. Elle apprenait simplement à le connaître, à l’apprécier et, même s’il ne le voulait pas, à s’attacher à lui. L’ange faisait instinctivement confiance à tout le monde, il était donc normal qu’elle s’attache facilement… Et ça, Olórin n’en était pas exclu, même si d’une certaine façon, il se refermait comme une coquille dès qu’elle tentait de l’approcher.

Endormie dans son lit pendant trois longues heures, Allena ne sut pas ce que dut endurer son compagnon de voyage. Cependant, même si elle était dans un autre monde, celui des rêves, elle lui était reconnaissante de l’aider ainsi alors qu’elle ne le lui avait même pas demandé. Ainsi, elle découvrit l’identité de l’inconnu. Malheureusement, elle ne sut pas exactement pour quelles raisons il s’était présenté à elle. Peut-être pour l’informer que ce n’était plus la peine de le chercher, car il était déjà mort? C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Allena se réveilla en pleurant. Elle connaissait maintenant le prénom de son père, mais elle ne pourrait jamais le revoir. Et dire que si elle était restée en haut, dans les nuages, jamais elle n’aurait eu ce rêve…

Pleurant donc toutes les larmes de son corps, elle sentit Olórin déposer une couverture sur ses épaules, même si dans la pièce il ne faisait pas froid. Elle l’entendit lui raconter qu’elle était restée endormie trois heures... Trois heures?! Trois heures rien que pour une conversation qui avait duré quoi… cinq ou dix petites minutes… Olórin lui apprit que dans les rêves le temps passait beaucoup plus vite que dans la réalité et que pour ça, elle devait maintenant se reposer. Malgré ses propos, les pleurs d’Allena ne diminuèrent pas et elle oublia instantanément les dires d’ Olórin. Une chose prenait toute la place dans son esprit…


*Alexandre…*

Sans s’en apercevoir, l’elfe l’enlaça doucement. Un sentiment de sécurité surgit dans le corps de l’ange et sachant qu’elle allait trouver du réconfort, elle vint enfouir sa tête au creu de l’épaule d’Olórin. Laissant ses larmes coulées, elle écouta les douces paroles de son compagnon. Il l’autorisait à pleurer tant qu’elle le désirait, quitte à mouiller son épaule. Devant la compréhension de l’elfe, Allena ne put que pleurer un peu plus. Autant que ça sorte…

La main d’ Olórin passa dans ses cheveux. Deux fois. Elle releva doucement la tête, les yeux gonflés et les joues mouillées, et plongea son regard flou dans celui de l’ocariniste. Elle aurait voulu lui dire à quel point elle le remerciait pour ce qu’il faisait en ce moment, mais si elle ouvrit la bouche, ce n’était que pour respirer. Aucun mot ne sortait. Elle avait perdu l’usage de la parole pour l’instant. Aussi quand il lui posa la question, aucune réponse ne suivit dans l’immédiat. Allena redéposa sa tête contre l’épaule de l’elfe, sentant que les larmes n’avaient pas terminé de couler. Finalement, au bout de quelques longues secondes, elle dit d’une voix enrouée:


-Je l’ai vu… Son prénom est Alexandre… C’est mon… c’était mon père… Aujourd’hui… il est mort…

Fixant un point dans le vide, elle inspira profondément et reprit d’une voix un peu plus compréhensible, cependant, ses paroles étaient entrecoupées.

-Je ne connais pas la cause de sa mort… Il n’a pas voulu me la révéler… Dire que je suis venue sur terre que pour lui… j’en ai perdu mon immortalité… On m’a mentie pendant près de cent ans… Il n’est même pas mort avant ma naissance… J’aurais pu le retrouver… C’aurait été facile… il a mes yeux…

Sur ce, elle ferma les yeux et passa ses bras autour du cou de l’elfe, recherchant toute la chaleur qu’il pouvait lui rapporter. Les larmes ne coulaient plus, mais la tristesse pesait sur son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Jeu 21 Juin - 15:32

La profonde tristesse qui s’était emparée de la jeune femme semblait l’empêcher de parler. Toutefois, elle profitait de cette épaule qu’il lui avait offerte pour pleurer et il sentait aisément l’humidité sur cette partie de son corps. Olórin n’avait pas développé d’empathie ou du moins pas sans son ocarina mais il partageait sa tristesse. Il était donc attentif à chacun de ces gestes et surtout à chacun de ses mots. Ainsi, elle lui avoua que cet homme qui se trouvait dans son songe n’était autre que son père et qu’il se nommait Alexandre. Aujourd’hui, il était mort et on lui avait caché la date. De plus, en quittant sa cité elle avait abandonné son immortalité pour le retrouver mais pourquoi avoir fait cela alors qu’elle savait qu’il était mort ? Peut-être se doutait-elle qu’on lui avait caché la vérité et aujourd’hui elle le découvrait concrètement.
Difficile de répondre à tout cela mais il était intrigué par le fait que son père ait pu se manifester à elle au-delà de la mort. Bien sûr, cela n’était pas impossible dans ce monde magique mais il y avait certainement une raison à cela. La première était peut-être le fait que ce père voulait à tout prix revoir sa fille mais qu’il n’en avait pas eu l’occasion de son vivant. Peut-être voulait-il aussi lui apprendre une vérité mais il ne savait pas s‘il y était parvenu au cours de ce songe. Ainsi, peu à peu, il commençait à avoir un avis sur ce phénomène. Il voulait d’ailleurs lui en faire part mais son élan fut stoppé lorsqu’elle passa ses bras autour de son cou.
A présent, tous deux se regardaient. L’ocariniste ressentait une curieuse impression comme si elle attendait quelque chose de lui. Et puis, elle avait du charme, c’était indéniable mais il ne pouvait pas se laisser aller dans cette voie. Il reprit donc la parole non sans avoir rougi un petit peu au préalable.


- « Je pense que ce rêve n’est pas un simple songe. Si votre père est mort et qu’il parvient encore à se manifester à vous c’est qu’il y a bien une raison et je pense qu’une partie de lui est restée dans ce monde dans le seul et unique but de vous rencontrer et peut-être même de vous adresser un message. » lui dit-il sérieusement sans la quitter du regard.

Sérieux dans ce qu’il pensait, il allait désormais l’informer d’une autre de ces suppositions qui pourrait lui redonner un peu d’espoir.

- « Il est fort possible que votre père cherche encore à se manifester à vous et peut-être que cela se passera dans un autre de vos rêves. Si je pense cela c’est avant tout car il me semble qu’il ne vous a pas encore apporté toutes les réponses que vous recherchez. Quoi qu’il en soit, cet homme devait profondément vous aimer pour qu’une partie de lui survive au-delà de la mort. »

Olórin n’était pas sûr à 100% mais il avait bon espoir. Demain soir, peut-être rêverait-elle de nouveau de cet homme et si tel était le cas, il serait là pour l’y aider. Il voulait d’ailleurs le lui dire tandis que leur étreinte se poursuivait.

- « Je pense que cette manifestation n’aura pas lieu avant vingt-quatre heures mais il est également possible que je me trompe. En tout cas, sachez que je vous guiderai à nouveau si vous en ressentez le besoin. »

Allait-elle mieux à présent ? Elle seule le lui dirait et il se souvint que quand il était petit et que ses pleurs étaient calmés alors sa sœur lui déposait un baiser sur le front. Comme il copiait les gestes de sa sœur, la logique des choses aurait voulu qu’il refasse ce geste mais il ne le pouvait pas. Coupé du monde et fuyant l’affection des autres il n’était pas en mesure de faire un tel geste mais il avait été sincère avec elle durant cette étreinte qu’il termina après ces mots.
Il sentit ensuite un petit malaise le saisir mais il ne voulait pas vraiment le montrer à la jeune femme. Toutefois, son visage se crispa un peu sous la fatigue qui était la conséquence de ces trois heures passées à jouer sa mélodie en y investissant ses forces.


- « Le jour ne se lèvera pas avant deux heures alors nous pouvons encore nous reposer un peu. » dit-il avant de se diriger vers son lit.

Là, il fit quelque chose qui pouvait paraître étrange, du moins pour ceux qui le connaissaient. En effet, il déplaça son lit en bois pour le mettre à moins de trente centimètres de celui d’Allena. Il s’était donc rapproché d’elle de manière considérable et la raison à tout ceci, il allait la lui confier sans plus tarder alors qu’il s’allongea sur ses draps qu’il avait déjà froissé il y a quelques heures.

- « Voilà, comme ça je ne serai vraiment pas loin si vous avez un problème. Bonne nuit Allena et essayez de vous reposer maintenant. » dit-il assez rapidement et de manière visiblement gênée.

Oui, il s’inquiétait vraiment pour elle et il voulait qu’elle trouve enfin un peu de repos ce soir. Pour cela, il était même prêt à changer quelque peu ses habitudes et c’était cela qui expliquait son geste. Maintenant, il était très proche d’elle sans pour autant pouvoir la toucher. Après un dernier regard à celle qui était devenue sa partenaire, il finit par s’endormir dans un sommeil encore partiel mais qui serait au moins quelque peu réparateur.

[Je te laisse décrire le réveil si tu le souhaites Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Ven 22 Juin - 16:11

Toujours enlacée à Olórin, Allena le regardait réfléchir, les yeux petits et le cœur gros. Il lui avoua finalement que son rêve n’en était peut-être pas un et que son père avait décidé de se présenter à elle dans le seul but de lui faire savoir la vérité. Le regard de l’ange se durcit. Ainsi donc, peut-être savait-il quelle injustice avait vécu la jeune femme et pour cela, il avait décidé de rester un peu plus sur terre pour lui faire savoir ce qu’elle n’avait pu deviner pendant toutes ces années. Ça avait du sens… mais pourquoi aujourd’hui? Pourquoi pendant qu’elle était avec Olórin? Elle en eut la réponse tout de suite, sans même avoir à réfléchir longtemps. Olórin était là pour la soutenir et pour la guider. D’ailleurs, c’était exactement ce qu’il avait fait pour son songe. Il l’avait aidé à connaître une partie de la vérité.

Olórin continua alors à lui parler, lui faisant part de ce qu’il pensait. Donc, son père pourrait se manifester à elle une nouvelle fois. Allena hocha la tête. C’était vrai. Son paternel lui avait fait savoir qu’il lui raconterait les circonstances de sa mort dans un autre rêve. Peut-être demain soir? La dernière phrase que lui souffla Olórin lui fit lever les yeux et de nouveau la tristesse l’envahit. Un petit sourire s’installa sur ses lèvres.


-… même si nous ne nous sommes jamais connus…

Enfin peut-être que lui oui. Peut-être qu’il l’avait déjà vu à sa naissance… ou enfin. Allena préféra ne pas s’attarder à ça. La tristesse et la nostalgie finiraient par reprendre le dessus sinon.
Olórin lui dit que son père reviendrait peut-être le lendemain dans la nuit et que si elle avait besoin de lui, elle n’aurait pas à s’en faire. L’ange inclina la tête, respectueuse, et souffla :


-Merci pour tout ce que vous faites pour moi…

Il fallait quand même dire qu’ils s’étaient rencontrés dans l’après-midi. Déjà, ils avaient vécu des évènements qui les rapprochaient l’un de l’autre. Mais que serait demain? Une suite de péripéties semblables à aujourd’hui? L’union de leur don respectif, soit le vent ainsi que la tristesse des deux compagnons… C’était déjà beaucoup et Allena put lire sur le visage d’ Olórin que l’elfe avait besoin de repos. Ils se séparèrent, non sans une quelconque gêne et l’ange se passa une main sur le visage. Son compagnon l’informa qu’il restait peut-être deux heures avant l’aube et qu’ils pouvaient se reposer encore un peu. Ensuite, Olórin fit quelque chose à laquelle l’ange ne s’attendait pas du tout. Il déplaça son lit… pour le mener près du sien. Allena fixa un instant le lit, puis leva les yeux sur Olórin. Elle lui sourit. C’était quoi ça? Peut-être la preuve qu’il était aussi capable de s’attacher aux gens malgré tout…

Ainsi donc, l’elfe s’endormit sans plus de cérémonies, mais il en fallu plus à Allena pour en faire de même. Maintenant allongée sur le dos, elle regardait le plafond, illuminé par le reflet de la lune dehors. Elle doutait que si elle s’endormait, Alexandre vienne lui parler, mais peut-être cela en valait-il le coup? Sur la pensée réconfortante qu’elle reverrait peut-être son père, Allena ferma les yeux et s’endormit.

Deux heures et demi plus tard…
Allena dormait toujours lorsque deux coups furent frappés à la porte de la chambre. Revenant visiblement de loin, l’ange ouvrit péniblement les yeux, sentant toujours un fourmillement sous ses paupières. Elle se redressa lentement, se demandant pourquoi elle s’était réveillée et pensa soudainement à la porte. Quelqu’un avait toqué. Mais qui encore? Allena posa ses yeux sur le visage endormi d’Olórin, puis les releva pour les reposer sur la porte. Il fallait qu’elle aille ouvrir… mais sans réveiller son compagnon de voyage. Dans un bruissement de plumes, les ailes de l’ange apparurent et s’étirèrent. Il fallait qu’elle vole. Le plafond de la chambre n’était peut-être pas haut, mais la chambre était assez grande pour qu’elle fasse une petite acrobatie. S’agenouillant sur son lit, Allena se préparait à sauter au dessus d’ Olórin. Revenue en enfance, lorsqu’elle faisait la même chose avec sa mère lorsqu’elle était couchée, elle ouvrit grande ses ailes, les faisant étincelées avec la lumière provenant de l’extérieur, et sauta. Un seul battement d’ailes suffit et Allena atterrit sans bruit de l’autre côté du lit. Triomphante, elle referma sa paire d’ailes et s’avança vers la porte. Posant sa main sur la poignée, ses ailes disparurent et elle ouvrit la porte.

Allena fit face à… rien. Il n’y avait personne. Sortant sa tête dans le couloir, elle entendit quelqu’un remonter les escaliers. L’ange recula la tête et fronçant les sourcils, baissant les yeux. Un plateau rempli de victuailles. Souriant soudainement, la jeune femme en apparence se pencha, prit le plateau et rentra dans la chambre en refermant soigneusement la porte pour ne pas déranger son compagnon. Elle se dirigea ensuite vers une petite table du milieu de la pièce et déposa le tout sur celle-ci. Prenant une pomme, l’ange se dirigea vers la fenêtre pour découvrir toute l’activité de la ville. Elle croqua dans son fruit et pensa à ce qu’elle avait rêvé cette nuit. Rien en rapport avec son père. Il fallait croire que deux heures étaient trop courtes pour une rencontre. Oui, c’est vrai. Sa dernière rencontre avait duré trois heures qui en paraissait cinq. Imaginez deux heures…

Revenant à la réalité, Allena mangea silencieusement sa pomme, regardant les hommes travailler, les femmes bavarder et les enfants jouer à des jeux tous plus amusants les uns que les autres…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Olórin Galathil
Ocariniste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 09/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Dim 24 Juin - 17:19

Allena l’avait remercié pour ce qu’il faisait pour elle. A cela, il n’avait rien répondu car il ne considérait pas avoir tant fait et toute manière il n’était pas homme à se reconnaître un quelconque aspect bénéfique. Bref, il s’était ensuite couché non loin d’elle et s’était laissé envelopper dans un sommeil très relatif. En effet, comme il le lui avait dit un peu plus tôt dans la soirée, il ne dormait jamais vraiment et même malgré sa fatigue liée aux trois heures passées à jouer de l’ocarina pour guider l’ange.
Deux heures et demie s’étaient écoulée quand soudain quelqu’un vint frapper deux fois à la porte. Même s’il n’ouvrait pas les yeux, l’ocariniste était tout à fait en mesure de pouvoir sentir le danger et dans le cas présent il ne ressentait aucune aura agressive à leur encontre. Il la laissa donc aller ouvrir la porte tout en continuant de faire semblant de dormir. En tout cas, il n’avait pas manqué le soin qu’elle avait prit afin de ne pas le réveiller et il finit par ouvrir les yeux puis à se relever de son lit au moment où elle regardait par la fenêtre tout en mangeant une pomme.
A son tour, il constata le panier déposé sur la table dans lequel se trouvait de quoi faire un petit déjeuner très copieux. Avant même de s’y rendre, il s’adressa à celle qui avait finalement dormi si près de lui.


- « Et bien je vois que le réceptionniste ne nous a pas oublié ce matin. Toutefois, il vient de manière un peu trop matinale à mon goût. » dit-il avant de se diriger à son tour vers le panier de victuailles.

A son tour, il prit un fruit qu’il mangea doucement avant de s’adresser à nouveau à celle qui regardait les habitants de la ville déjà levés de si bonne heure.

- « Comment allez-vous ce matin ? Avez-vous bien dormi ? » lui dit-il en lui souriant quelque peu.

Oui, cette question n’était qu’une formule de politesse pour beaucoup mais elle avait un sens pour lui qui ne l’avait pas prononcé depuis plusieurs années vu qu’il avait toujours été seul depuis ce fameux jour de la catastrophe d’Azuria. Pour lui, ces heures, très brèves, avaient été douces et il ne pouvait nier que cela était en partie grâce à elle. Durant la nuit, il avait entendu son souffle lent et régulier. Quelque part, cela avait quelque chose d’apaisant, de très apaisant et il en était de même quand il l’avait regardé paisiblement. Il aurait aimé le lui dire mais il ne le pouvait pas. Il partit donc pour remettre les vêtements qu’il avait ôtés avant de se coucher.
Sur la table était également posé une petite bassine d’eau avec deux serviettes blanches déposées juste à côté. S’approchant, il se passa de l’eau sur le visage et s’essuya ensuite avec l’une des deux serviettes. Il se passa ensuite un peu d’eau sur le haut du torse mais il s’arrêta assez rapidement en se rappelant qu’il n’était pas seul dans la pièce… On ne pouvait pas dire qu’Olórin était quelqu’un de très pudique mais il fallait mettre cela sur le compte d’une vie de solitaire. Il s’excusa alors en riant lui-même de son comportement.


- « Désolé, je crois bien que j’ai perdu certaines habitudes de pudeur. Un peu plus et je faisais ma toilette au beau milieu de la pièce. Enfin, je vais quitter la chambre pour vous laisser faire la votre si vous le souhaitez. J’en profiterai pour voir vers quel endroit nous pourrions aller. »

Achevant de se rhabiller, il avait décidé de quitter la pièce pour pouvoir la laisser seule mais il sentit soudain le murmure du vent qui lui indiquait que deux auras agressives se trouvaient non loin d’eux. Cette fois-ci, il n’était plus question de rire et il allait se diriger seul vers le lieu d’où provenaient ces deux énergies quand il sentit finalement un léger souffle de vent sur son visage après que la fenêtre se soit ouverte. Il comprit alors qu’il devait parler de ce qu’il ressentait à la jeune femme. Il aurait voulu ne pas le faire afin de ne pas la mettre en danger mais il ne pouvait aller à l’encontre de son élément.

- « Allena, j’ignore si vous le sentez mais deux auras agressives se trouvent non loin de là et j’ai la sensation qu’elles sont là pour nous. Je peux sentir cela d’ici et le vent qui vient de s’engouffrer vient de m’en apporter une preuve supplémentaire. Je ne sais pas exactement ce qu’ils nous veulent mais nous ne devons pas rester à attendre qu’ils viennent car si un combat devait s’engager alors il pourrait y avoir des victimes innocentes. Il nous faut donc aller à leur rencontre au plus vite et nous préparer à toute éventualité. » dit-il d’une voix très sérieuse tout en la regardant fixement avec gravité.

Accrochant son ocarina à la ceinture, il ouvrit rapidement la porte avant de s’adresser une dernière fois à l’ange, en lui souriant cette fois-ci.

- « Je vous laisse le temps de vous préparer et ne vous en faîtes pas car ce qu’ils ne savent pas c’est que nous savons qu’ils nous attendent. Ils perdent ainsi un important avantage qui est celui de la surprise. » lui dit-il avec un sourire qui se voulait confiant.

L’ocariniste n’était pas un adversaire à prendre à la légère et Allena était également très forte mais il ignorait si elle avait déjà combattu quelqu’un. Or, cela pouvait également être déterminant car un combat réel n’avait rien à voir avec un entraînement aussi difficile soit-il.

[Après ta réponse nous pourrons aller rejoindre nos deux "amis" ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allena
Ange
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 27
Localisation : Un endroit que je préfère garder secret ;)
Date d'inscription : 13/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   Dim 24 Juin - 22:10

Ne prononçant pas un mot, Allena jeta un œil vers Olórin qui venait de se lever. Il constata que l’aubergiste ne les avait pas oublié et un sourire vint se dessiner sur son visage. Elle repensa à la dernière fois où elle avait vu cet homme qui leur avait loué la chambre.

-J’dois dire qu’il ne peut pas vraiment nous oublier, je crois même qu’il nous a pris pour un couple amoureux…

L’ange croqua dans son fruit et reposa ses yeux à l’extérieur alors qu’ Olórin lui demandait comme elle se portait. La femme sentit que cette phrase pourtant habituelle avait quelque chose de spécial à ses yeux. À cette sensation, Allena tourna la tête dans sa direction et le regarda attentivement. Elle crut deviner un instant sans savoir si c’était exactement la bonne raison. Peut-être ne l’avait-il pas assez dit au cours de ses dernières années… Et avec raison… être seul pendant sept amenait quand même quelques inconvénients… Dont la solitude… Allena réfléchit, puis finit par sourire et lui répondit :

-Je dois avouer que j’aurais dormi plus longtemps, mais je me porte très bien. Dès que nous sortons de la ville, je vais me dégourdir les ailes. Mon petit tour de passe-passe de tantôt pour ne pas vous réveiller ne m’a pas assez fait de bien et je n’ai plus qu’une envie… voler.

Allena termina sa pomme et sourit à nouveau.

-Et vous, vous avez bien dormi? lui demanda-t-elle ensuite, après avoir déposé son cœur de pomme sur la table. Sachant qu’il allait sûrement lui répondre un oui, elle allait enchaîner quelque chose, mais s’arrêta en le voyant se débarbouiller la figure. Eh…

L’ange arqua un sourcil et croisa les bras sur sa poitrine, un sourire moqueur sur les lèvres. Hé bien. Olórin oubliait vite avec qui il était. Comme elle pensait cela, l’homme s’arrêta en plein mouvement et se retourna vers elle en lâchant un petit rire rempli d’excuses. L’elfe lui demanda si elle désirait rester seule pour pouvoir faire sa toilette et l’ange dit :

-Oui, faites donc cela. Mais ça ne prendra pas longtemps que j’aurai terminé, fit-elle avec un clin d’œil pour lui assurer qu’elle n’était pas comme les « autres femmes ».

Elle le regarda se rhabiller, trouvant toujours aussi charmant la vue de son torse, puis finit par détourner les yeux à cette pensée. Il allait sortir lorsqu’il s’arrêta en plein milieu d’un mouvement. Allena s’inquiéta et allait s’informer du problème lorsqu’elle ressentit un drôle d’impression au creux de sa poitrine. Une petite voix dans sa tête l’informa qu’ Olórin et elle étaient en danger. L’ange ne bougeait plus et tentait de deviner d’où venait cette impression bizarre. Elle n’aurait su dire, mais lorsqu’une brise d’air vint souffler les mèches de cheveux d’Allena, Olórin se retourna vers elle avec un sérieux pas possible. Il s’avérait qu’il avait ressentit la même chose qu’elle… Il lui laissa le temps de se préparer, mais Allena n’allait certainement pas prendre tant de temps que ça. La présence de ses étrangers l’avait alarmée au plus au point et elle ne désirait maintenant que les rencontrer… enfin. Elle voulait ça juste après avoir volé un peu…

Allena s’approcha donc du bassin. Elle s’aspergea le visage, mais n’alla pas plus loin. La jeune femme dévisagea son reflet dans l’eau, puis se redressa avant de se diriger vers le li. Elle alla récupérer ses effets et revêtit son corset en premier. Elle prit sa ceinture, la boucla à sa taille et allait passer ses pieds dans ses bottes lorsqu’elle constata qu’elle allait mettre son pied gauche dans sa botte droite.


*Idiote…* souffla-t-elle.

Voilà ce que ça faisait lorsqu’elle tentait de tout faire en même temps. Elle replaça ses bottes et passa ses pieds à l’intérieur. Les attachant, elle finit par se relever et sourit. L’ange était maintenant prête à « toutes éventualités » comme le lui avait dit Olórin. Sortant de la chambre, elle rejoignit son compagnon dans le couloir et lui sourit.


-On y va? lui demanda-t-elle comme s’il s’agissait que d’une simple promenade de santé.

[J'te laisse répondre en premier Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://folla2.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée à Tabador [PV Allena]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée à Tabador [PV Allena]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalaness :: Hors RPG :: Les oubliettes :: RP terminés ou abandonnés-
Sauter vers: