Evalaness

Evalaness... Un nouveau monde magique...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse

Aller en bas 
AuteurMessage
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 25
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Lun 18 Juin - 22:39

Lional. Petit village situé sur la gigantesque route menant au second royaume des hommes. Village similaire à ce qui avait été celui de Noire, où quasiment tout le monde se connaissait. A quelques détails près. Lional se trouvait sur un lieu de passage, par conséquent de nombreux étrangers s'y arrêtaient pour diverses raisons. A l'inverse de LinaIsta, où personne ne venait jamais, sauf lors de la fameuse Fête du Feu.
Noire McLaught était intriguée par tant de diversités. Des voyageurs des quatres coins du monde sillonaient les rues et les étales des marchands à une allure vive, si bien qu'on bouscula la jeune fille plusieurs fois. Une fois même, elle crut voir des oreilles pointues chez quelques uns des passants, mais peut-être était-ce seulement le fruit de son imagination.
Mais Noire reprit vite ses esprits. Elle repéra une enseigne de taverne à quelques rues de là et décida de s'y rendre. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait plus fréquenté d'ivrognes renversant des tables et de bons verres de sirop.
Tenant Ioron par la bride, Dragée sur ses épaules et la capuche de sa cape relevée pour cacher ses traits, elle joua des coudes dans la foule des marchands et de leurs éventuels clients pour parvenir jusqu'a l'écurie de l'établissement, où elle confia sa monture à un écuyer plus jeune qu'elle.
C'est alors qu'elle entra dans la taverne. Une fumée dense était entassée au plafond, le sol était jonché de restes d'alcool et de taches de vin rappellant lugubrement la couleur du sang, et le brouhaha des discutions lui parvenait si fort qu'elle crut bien ne pas entendre la serveuse qui se tenait près d'elle, lui demandant ce qu'elle désirait en lui désignant une place près du bar.
Noire prit alors une voix grâve et lui demanda un sirop d'orgeat.


Avec alcool je présume, monsieur ?

Non, merci.

La serveuse ne dit rien mais à en juger par sa tête, elle ne devait pas avoir l'habitude de servir des boissons non-alcoolisées.
Peut importait. Noire s'en alla s'asseoir à la table libre que lui avait désigné la jeune femme, puis soupira en regardant Dragée d'un air amusé. Noire allait confier au félin volant que ce sirop allait lui rappeller la cuisine de sa mère lorsque soudain, sa capuche tomba et ses cheveux dégringolèrent sur son dos, et la cape descendit jusqu'à dévoiler ses épaules minces. Elle n'eut pas le temps de réagir que déjà, un homme s'écria :


Hey ! Mais c'est une femme !

Noire ferma les yeux et crispa ses doigts sur sa chaise si fort que ses phalanges en devinrent blanches. Elle se retenait de se retourner et de mettre un coup de poing à celui qui s'était amusé à lui retirer sa capuche.

* Pourquoi ??? Pourquoi est-ce qu'il faut TOUJOURS que je me retrouve dans des situations si délicates ? Ah, j'oubliais. Je suis la plus grande malchanceuse de tous les temps. *

Elle ramassa son sac et se leva, prête à quitter la taverne lorsque soudain, on la retint par la taille avec une poigne de fer et la même voix qu'elle avait entendu précédemment s'exclaffa :

Ne pars pas si vite, ma jolie... pourquoi te caches-tu sous ce vilain capuchon, tu as peur ?

Noire serra la mâchoire et se tourna vers celui qui la tenait. Son bras emprisonnait sa taille, mais elle allait vite se débarasser de lui. Elle le toisa en fronçant les sourcils et siffla :

Pour commençer, vous allez retirer vos sales pattes de là avant que je...

L'homme sourit, découvrant des dents jaunes et tordues, et de sa grande main libre, il attrappa les petits poignets de la jeune fille qui se débattit, sans résultat. Il la rapprocha de lui et demanda :

Qu'est ce qu'il y a, tu ne veux pas nous tenir compagnie ? On a bien le droit de s'amuser quand même...

Son ton se faisait menaçant, elle il la serrait de plus en plus fort. Elle esquissa un pas en arrière mais il se leva et la colla carrément contre lui. Il devait faire deux têtes de plus qu'elle, et était trois fois plus large. Mais Noire ne fut pas impressionée pour le moins du monde :

Lâchez-moi ! TOUT DE SUITE !

Elle aurait mieux fait de ne pas entrer dans cette foutue taverne. Les amis de l'homme qui la tenait éclatèrent de rire, peut-être bien qu'ils étaient ivres. Celui-ci ironisa :

Ah oui ? Sinon quoi ?

Pour toute réponse, Noire le fusilla du regard, prit de l'élan et donna un grand coup de genou, le plus fort qu'elle pouvait, dans l'anatomie du grand costaud. Celui-ci étouffa un hoquet, la lâcha et se plia en deux. La jeune fille en profita pour reculer jusqu'à ce qu'une table lui bloque le passage. Ses camarades ne riaient plus du tout. Ils la regardaient en plissant leurs petits yeux porçins et se levèrent dans un raclement de chaises. L'un d'eux sortit un glaive de sa blouse et la prévint d'une voix menaçante :

Viens par ici, que je te fasse des petits dessins sur ton joli minois...

Noire hésitait. Si elle sortait sa dague, c'était la bagarre assurée. Et elle avait toujours mal à l'épaule. Mais si elle ne réagissait pas, elle était convaincue que ces brigands ne s'arrêteraient pas aux menaces... Peut-être devrait-elle balançer une table sur eux, le temps qu'elle sorte d'ici... Ce n'était pas une mauvaise idée.
Elle s'apprêtait à mettre de la suite dans ses idées lorsqu'une voix retentit tout près d'elle :


Foutez-lui la paix, bande de sac à vins !

* Tiens ? On dirait que j'ai de la veine, pour une fois... Tant mieux ! *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Mar 19 Juin - 1:09

Ombre s'était assis dans un coin isolé de cette taverne surchargée. Son loup s'était allongé sagement à ses pieds. Les gens le prenaient pour un gros chien la plupart du temps.
L'homme avait fait servir un coupelle de lait pour Saigne-crapaud le Chien et pout lui c'était un sirop d'orgeat... "Sans alcool s'il vous plait." avait-il du préciser à la serveuse qui ouvrit des yeux ronds comme des soucoupes.

Ombre aimait bien observer les humains dans leurs activités récréatives. C'est dans ces moments là qu'il regrètait son status de paria. S'il se transformait en loup garou dans cette ville, il vallait mieux que personnes ne puisse donner son signalement à la millice. Aussi le lycante se faisait toujours le plus discret possible.

Il ricana lorsqu'un étrangé avec un drôle d'animal sur l'épaule, demanda aussi un sirop d'orgeat sans gnole à une serveuse qui affichait un pli sur le front de plus en plus marqué.

C'est à peu près à ce moment là que les choses commencèrent à se gâter:
Des hommes qui avaient de toute évidence un peu trop bu, commencèrent à asticoter le nouvel arrivant qui s'avéra être une nouvelle arrivante, mignonne qui plus est...

Situation épineuse! Ombre avait plein de bonnes raisons pour intervenir, la plus évidente était certainement la gratitude de la jolie jeune femme devant son geste chevalresque. Mais s'il se transformait, la gratitude il pourrait toujours se torcher avec et il serait triquard dans ce bled pour un certain moment... Il décida d'attendre que les choses se tassent.
Il s'enfonça dans son siège et sirota son breuvage comme si c'était du nectar.

Malheureusement la situation glissa sur une pente de plus en plus savoneuse. Les soulards étaient plus sérieux qu'ils n'en avaient l'air et la fille leur donnait du fil à retordre.
Ombre coula un regard plein de reproche vers le barman, ce dernier haussa les épaules en signe d'impuissance.

"Bravo! Elle est belle l'humanité!"

Saigne-crapaud le Chien grogna...

"Bon d'accord, le loup, on y va..."

La grande majorité des clients de l'auberge faisaient toujours comme si de rien n'était. Continuant même à discuter et à brailler comme... Dans un taverne remplie d'ivrognes.
Ombre louvoya vers les hommes qui entouraient la jeune femme.
Il attrapa celui qui était en fin de cortège, lui enfonça le pieds dans l'articulation du genoux, puis abatti sa chope sur son crâne. Dans le brouhaha général la scène était passée inaperçue.

"Bien! Voilà une bonne chose de faites! Passons au suivant monsieur Ombre!"

C'est à ce moment là qu'une personne sortie de nulle part cria un truc à la fois incroyablement stupide et courageux:
Foutez-lui la paix, bande de sac à vins !
Ombre nota pour lui même que le courage allait souvent de paire avec la bêtise.
Le jeune sauveur à peine sorti de l'adolescence se tenait là... Entre la jolie inconnue et ses agresseurs. Il allait se faire démonter, bâti comme il était, on aurait dit un sac d'os avec des vêtements dessus pour retenir le tout...

"Et toi tu crois que t'es plus épais?"
Lui dit le loup, lorsque le lycante croisa son regard pour vérifier qu'il le suivait sans prendre d'initiative malheureuse. Puis l'animal rajouta:
"Hey tu me prends pour un branque? Je vais pas me jeter dans la gueule du loup sans toi pour m'accompagner!"
Ca faisait du bien de savoir que lui au moins avait encore un peu de bon sens.

Ombre inspira un bon coup et dit de sa meilleur voix d'orateur:
"Excusez moi messieurs, mais je crois que la demoiselle a déjà quelque chose à faire avec... Heu... Moi par exemple!"
Il sourit en se frayant un chemin vers le couple de jeune gens qui étaient désespérément acculés vers une voie sans issue. En arrivant à deux pas de la voyageuse, il fit un clin d'oeil.
"Voyez vous messieurs, cette gente demoiselle est venue pour m'apporter un message. Elle vient de très loin et je ne saurais trop que vous conseiller de ranger vos armes."

Un long silence suivit sa tirade...
Les soulards n'avaient pas l'air du tout convaincus.
Une mouche alla se pose sur le crane dégarni du meneur des agresseurs.
Ombre écrasa une chaise sur la tête de ce dernier. La mouche en réchappa indemne, elle avait eu plus de réflexe que l'homme en état d'ébriété avancée.

Vidant ses poumons, Ombre cria:
"BASTON GENERALE!!!!"
Le loup sauta dans la mêlée, provoquant une panique indescriptible. Le lycan en profita pour tirer l'inconnue par la main dans un lieu plus sûr.

La taverne se transforma en arène de combat en quelques battements de coeur. Les hommes qui avaient hésité à rentrer dans la danse quelques instants plus tôt, se découvrirent une âme chevalresque. C'était le match aller des soulards contre les soulards en direct du parc des ploucs.
Même le chef donnait du rouleau à patisserie et de la poêle à frire sur des gars qui tentaient de s'introduire dans sa cuisine.

Nos héros accompagnés du loup sortirent par la porte de derrière, l'air semblait tout d'un coup plus respirable.

"Mademoiselle! On peut dire que vous leur avez fait de l'effet!"
Dit Ombre avec un sourire en coin. Mais il réalisa avec horreur que la main qu'il tenait était celle du palfrenier qui avait essayer de jouer les sauveurs dans la taverne... Dans sa précipitation Ombre s'était trompé et avait embarqué la mauvaise personne.
Revenir en haut Aller en bas
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 25
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Mar 19 Juin - 19:32

[MDR la mouche]

Noire soupira de soulagement et s'appuya sur la table qui se tenait juste derrière en passant son autre main sur le visage. L'homme qui venait de parler allait surement s'occuper des ivrognes sans gênes, et pendant ce temps elle pourrait filer icognito. Mais les autres nigauds éclatèrent d'un rire gras et suspect. Elle tourna la tête pour voir quelle était la cause de cette hilarité et ses yeux s'agrandirent pendant que la pigmentation de sa peau se chargeait de la rendre livide :
un jeune homme se tenait interposé devant elle et ses agresseurs. Jusque là, tout allait bien. Mais le garçon était aussi frêle que la jeune fille, grand et maigre, et se tenait les épaules voutées en essayant de maitriser les tremblements de son corps, sans résultat. Ses dents s'entrechoquaient et il transpirait à grosse gouttes en examinant le glaive de l'un des brigands. Si la situation n'avait pas été aussi dramatique, Noire aurait bien pu la juger comique.


* Ah, j'me disais aussi... c'était pas normal que je m'en sorte aussi bien ! *

Elle secoua la tête d'un air las et tapota l'épaule du jeune homme, qui devait avoir un ou deux ans de moins qu'elle :

Euh... merci mais... c'est bon, je vais m'en sortir...

* Retourne jouer avec les autres enfants et reviens quand tu sera bien costaud... avec une massue. Oui, c'est ça... Bien lourde, surtout. Et assome ces imbéciles pendant que tu y es. *

C'était fou ce que l'on pouvait se dire lors de situations les plus desesperées. Le jeune peureux la regarda dans un bref instant de reflexion, puis se dit que sauver sa peau n'était finalement pas une mauvaise idée, et déguerpit sans demander son reste.
Retour à la case départ. Les potes de l'imbécile au glaive firent cmme lui et sortirent plusieurs armes différentes, comme un couteau de cuisine, un fouet, une épée ou... une louche ? QU'EST CE QU'UN IVROGNE FOUTAIT AVEC UNE LOUCHE A SA CEINTURE ?
La jeune fille ne perdit pas te temps avec ces enigmes saugrenues et deglutit. Bon. C'était le moment de sortir le
Guide des Situations Delicates. Noire saisit le manche de sa dague et se prépara à l'utiliser lorsque un homme d'un peu moins d'une trentaine d'années s'interposa -encore- entre elle et les autres. Celui-ci commença à parlementer, prétendant qu'elle avait on ne sait quel message à lui faire parvenir, et lui adressa un clin d'oeil. Noire garda la main sur sa dague, on ne savait jamais. Avec le coup de l'ado qui jouait les durs, maintenant, elle s'attendait à tout...
Mais elle sursauta malgré tout lorsque l'homme écrasa une chaise sur la tête de celui au glaive. Puis il cria quelque chose qu'elle ne comprit pas, "Adon Nérale" peut-être (un langage codé, qui sait ?) et tout le monde dans la taverne se rua sur le voisin, assenant des coups de chopes, de tables, de pieds, de poings...
Noire décida qu'avec tout ce grabuge, il valait mieux pour elle qu'elle se réfugie dans un endroit plus sûr... sous une table, par exemple ! Elle s'executa et se glissa sous la file de tables alignées les unes contre les autres. Entre les pieds de ceux qui n'étaient pas encore debouts, elle réussi à entrevoir une sortie. Elle rampa alors le plus vite possible, tout en appellant à voix basse le félin volant qu'elle avait perdue de vue :


Dragée... Dragée ! Bordel, t'es où ??? Si tu ne viens pas immédiatement, je te laisse ici avec ces malades...

Cela dut paraitre convaincant car une demi-seconde plus tard, le mini-tigre s'engouffra sous la table, aux côtés de la jeune fille. Elle recommença alors son parcours du combattant, lorsque soudain la table se brisa quelques centimètres seulement devant elle. Quelqu'un avait projeté un individu sur la table où désormais il y avait un énorme trou et, en dessous, un homme qui regarda un instant Noire avec une incompréhension palpable puis s'évanouit. Mais la jeune fille ne l'avait pas remarqué. En effet, dès qu'elle avait entendu la table au dessus d'elle craquer, elle s'était reculée et avait protégée sa tête de ses bras, fermant les yeux le plus fort possible. Et elle était restée ainsi, maugréant des insultes et priant pour qu'elle s'en sorte en un seul morceau.
A ce moment là, quelqu'un heurta une nouvelle fois la table qui se déplaça de plusieurs centimètres et percuta de plein fouet l'épaule droite de Noire, comme par hasard... sa malediction devait décidément beaucoup s'amuser aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Mar 19 Juin - 19:55

Ombre transpirait à grosses goûtes.
Il était revenu dans la salle et devant lui s'étalaient des images d'apocalypse.
*J'ai laissé la gamine dans ce fratra indescriptible?...*
A vrai dire il ne savait pas par où commencer pour la chercher.
Le Lycan évita un homme venant s'écrouler à quelques pouces de lui. Balança au hasard un coup de poing et joua des coudes pour sonder un peu les lieux à la recherche d'une demoiselle en détresse.

Pas de jolie jeune femme... Que des zozos qui se battaient comme s'ils avaient attendu ça toute l'année. Pitoyable.

Un homme plus costaud que les autres chargea alors vers Ombre. Saigne-crapaud le Chien grogna, prêt à sauter sur l'assaillant.
"Celui là est pour moi" dit Ombre.
Il dévia le coup de massue du géant d'une main et esquiva l'assaut de son adversaire, envoyant celui-ci s'écraser sur un pilier...
Malheureusement ce n'était pas ce qu'on appelle communément un "pilier de bar". Il s'agissait d'un vrai pilier porteur, un bout de bois indispensable à l'intégrité de la toiture...

Et là l'impensable se produisit. Le pilier de bois vacilla de gauche à droite, la mousse accumulée au plafond dégringola telle une neige crasseuse.
Une tuile vint s'écrase à deux pas de Ombre... Ce n'était plus qu'une question de secondes avant que l'édifice ne tombe en miettes.

"Foutral de foutre! On met les bouts!"
Le lycante tourna les talons et se précipita vers la sortie, la fille pouvait bien se débrouiller comme une grande. Il était hors de question qu'il se fasse attraper par la millice et qu'il ait à payer les dégâts, puis un toit qui vous tombe dessus ça ne faisait jamais de bien.

C'est avec ces pensées peu reluisantes que Ombre remarqua une petite silhouette prostrée dans un coin de salle sous une table, il avait failli faire l'impasse sur ce détail s'il n'y avait eu un petit tigre ailé juste à côté. Il s'accorda un détour, aggripa la fille par l'épaule et lui dit:

"On se tire d'ici, tout de suite! Ca va nous tomber sur la tête et on aura l'air fin!"
Revenir en haut Aller en bas
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 25
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Mer 20 Juin - 0:18

Noire était toujours recroquevillée sous la table, et elle se disait que finalement, cet endroit était parfait. On ne risquait pas vraiment de venir la chercher sous une table, et elle n'avait cas attendre que ça se calme un peu pour déguerpir fissa...
Mais la Malchance ne l'entendait pas de cette oreille. Aussi, dans un vacarme assourdissant et sous le regard horrifié de la jeune fille, le toit s'écroula. Noire ne savait ni le pourquoi, ni le comment, et elle n'avait aucune envie de le savoir. Mais si elle ne sortait pas d'ici et vite, elle allait finir écrasée. Mais elle ne pouvait pas sortir de là. Avec sa poisse, une poutre était très bien capable de s'éffondrer sur elle.


* Tant de vacarme, rien que pour moi ? C'est gentil, mais j'aurai préféré faire ça discretos... *

Toujours sous la table, elle rampa vers la sortie jusqu'à ce qu'elle arrive à découvert, puis elle n'aurait plus qu'a courrir, zigzaguer entre les tuiles faisant office de projectiles, atteindre la porte et...

Dragée !

Elle l'avait oublié, celui-là. Pourquoi n'était-il pas capable de se tenir tranquille cinq minutes. C'étaient ça, les animaux de compagnie des anges ? Merci bien !
Elle jeta un coup d'oeil par dessus son épaule et le vit, un peu plus loin, jouant avec une moitié de rat. Avec une grimace de dégoût, elle saisit le félin par la peau du coup et le ramena contre elle. Dragée miaula de protestation, mais Noire resta intraitable : jouer dans une telle situation était une très mauvaise stratégie de survie.
Les deux compagnons atteignaient le bout de la table et la jeune fille se releva lorsqu'on lui saisit une épaule et la tira vers l'arrière.


* Encore ce gros porc ! Mais ça ne lui a pas suffit ?! *

Elle libéra son épaule, donna un coup de coude dans ses côtes et se retourna pour décorer sa figure disgracieuse d'un coup de poing magistrale lorsqu'elle reconnut le deuxième homme qui était intervenu en sa faveur. Elle arrêta son poing in-extremis et recula en balbutiant :

Oh excusez-moi... je croyais que...

Noire fut interromput par une tuile qui failli tomber sur ses pieds. Failli, grâce aux reflexes de la jeune fille. Mais si ça continuait, ils finiraient par y passer... Elle chercha des yeux Dragée, qui suivait des yeux une poële à frire qui traversait la pièce à toute allure, se dirigea vers lui et l'attrapa une nouvelle fois pour le caser sous son bras. Puis elle revint vers le pauvre homme qui ne cherchait qu'à l'aider, s'excusa une nouvelle fois, et commença à l'entrainner vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Mer 20 Juin - 1:17

Ils sortirent en trombe de l'établissement avec à leur suite le loup et la chat volant. Drôle de tableau.
Le soir commençait pointer le bout de son nez, et on entendait le croâssement des corbeaux.

La bâtiment ondulait de la toiture, tel une bohémienne qui dansait le flamenco. Sauf que pour la coup ça n'avait rien de sexy.
Une partie de l'édifice rendu l'âme dans un fracas du tonnerre, vomissant des hommes pour moitié désaoulé et à moitié fracassés.

Les badauds affluèrent pour regarder le spectacle insolite.

S'arrachant à la contemplation de ce qui fut autrefois une taverne, Ombre glissa discrètement à la jeune femme:
"Maintenant on va se faire tout petit..."

Il commençait à sérieusement se demander si cette fille ne portait pas la poisse... Ca faisait à peine quelques heures que Ombre et Saigne-crapaud le Chien étaient arrivés en ville et déjà ils provoquaient des catastrophes en chaîne.
Pour une fois qu'il ne s'était pas transformé en loup! Même si le coup de coude dans les côtes ne lui avait pas fait du bien, il avait réussit à ne pas succomber à la métamorphose.
Tout d'un coup l'absurdité de la situation lui sauta aux yeux...

"Mais au fait pourquoi est-ce qu'on reste à côté l'un de l'autre? Je vais vous attirer des ennuis si vous continuez à me suivre! Allez déguerpissez tant qu'on ne nous a pas trop vu traîner ensemble."

C'est alors que ce que le lycante redoutait le plus se produisit. La millice arrivait à grands pas dans leur direction...
Revenir en haut Aller en bas
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 25
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Jeu 21 Juin - 20:22

Noire, Dragée, l'inconnu et sa bestiole étaient sortis juste à temps du bâtiment : la majeure partie du toit s'était écroulée et s'ils étaient restés là-dessous, leur esperance de vie en aurait été très lourdement raccourcie. Mais la jeune fille se posait tout de même quelques questions. Comment le toit de la taverne avait-il pu s'écrouler aussi facilement ? Etait-ce à cause de la malédiction ? Et pourquoi le malheur n'avait-il pas fait qu'ils meurrent tous tant qu'à faire ? Qui était cet homme qui l'avait aidée à deux reprises et pourquoi ce chien avait-il autant de ressemblance avec un loup ?
Tout cela rendit vite la vie de Noire encore plus compliquée que ce qu'elle n'était déjà. Mais après tout, un peu de mystère dans une vie de jeune fille maudite, ça la rendrait moins ennuyeuse...
Résignée, elle lâcha Dragée, qu'elle serrait à l'en étouffer contre elle sans s'en rendre compte, et se tourna vers l'étrange personnage :


Ben je suppose que je dois vous remercier. Même si je m'en serai sortie toute seule, bien entendu... c'était sympa de votre part.

Elle repoussa ses mèches qui, dans la mêlée, s'était plaçée devant ses yeux et replaça ses longs cheveux sous la capuche mais cette fois, elle les noua auparavant avec une étoffe.
Elle remarqua alors que Dragée et le cabot n'avaient pas l'air de s'apprecier beaucoup : le tigre miniature feûlait et dépliait ses ailes pour paraitre plus grand tandis que le gros chien grognait et montrait les dents. Les deux bêtes herissaient leurs poils dans l'espoir d'impressioner l'autre.
Mais Noire n'eut pas le temps de s'en soucier car la question pertinente de "Homme-Bizarre" -tel qu'elle l'avait nommé- rompit le silence qui avait suivit le fracas du toit s'éffondrant sur les fondations de la taverne.
La jeune fille ouvrit d'abord des yeux grands comme ça, puis elle ricanna :


Si vous ne voulez pas rester là, partez, si vous voulez. Moi je reste un peu. Et ne vous fiez pas aux apparences, celui qui risque d'avoir pas mal d'ennuis à cause de l'autre, c'est vous.

* C'est vrai quoi, c'est quoi cette façon de virer les gens comme ça ?! Si j'ai envie de rester, je reste, bordel ! *

Elle n'avait pas le temps de finir sa phrase que Homme-Bizarre devint pâle comme un linge et esquissa un pas en arrière, comme s'il craignait quelque chose. Intriguée, Noire regardait ce qu'il pouvait autant apréhender et elle distingua une vingtaine d'hommes assez baraqués en uniformes. Elle annonça :

Qu'est ce que je disais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Ven 22 Juin - 13:06

La dernière tirade de Ombre semblait avoir faché la demoiselle. Pourtant il vallait mieux pour elle qu'elle ne traîne pas en compagnie d'un homme recherché par les meilleurs agents de l'inquisition...

Mais pour l'instant des ennuis plus graves se profilaient à l'horizon, sous la forme d'une dixaine de milicien armés jusqu'aux dents et à la mine renfrognée. Les hommes se dirigeaient vers eux au pas de course.

Le temps semblait s'étirer, le lycante passa en revue sa panoplie de mensonges, mais aucun ne convenait à la situation présente...
Les miliciens passèrent à côté des deux rescapés comme s'ils n'existaient pas.
Manifestement ils en avaient après les hommes qui sortaient de la bâtisse en ruine. Rajoutant encore un peu de confusion dans une scène déjà assez pitoresque comme ça.

C'est à peu près à ce moment là que l'un des deux animaux sauta sur l'autre pour montrer pour de bon qu'il était le plus fort. La combat de chiffonier attira les badauds qui se firent de plus en plus nombreux, et comble du comble des paris commençaient déjà à circuler parmis le publique.
Ce n'était plus qu'une question de seconde avant que la milice ne vienne s'intéresser à leur cas.

La demoiselle inconnue insultait copieusement son animal en furie qui devait s'appeler Dragée, c'était le seul mot qui n'était pas un nom d'oiseau dans tout ce qu'elle criait, mais ses efforts ne suffirent pas à arrêter le combat.

"Saigne-crapaud le Chien! Arrête tout de suite!"

Et les supporters du loup de reprendre en coeur "Saigne-Crapaud! Saigne Crapaud!"

La moutarde monta aux narines du Lycante.

"Rhhaa bande de gougnafiés! Son nom c'est Saigne-crapaud LE CHIEN!"

Ombre sauta dans la mêlée pour séparer les deux animaux. Tout ce qu'il réussit à faire, c'est se prendre un coup de griffe bien senti.
Il lacha l'affaire et l'air blasé recula pour laisser le combat se terminer.

"Bon étrippez-vous si vous voulez, moi je jette l'éponge!"

C'est alors qu'il remarqua le silence de plomb qui s'était fait autour de sa personne. On n'entendait plus que les bruits du combat qui s'arrêtait bientôt sans qu'aucun vainqueur ait pu être désigné.
Les gens dévisageaient Ombre comme s'il était un monstre de foire. La fille l'observait aussi mais avec une certaine lassitude dans le regard, comme si elle avait déjà vécu ce genre de situation trop de fois pour en être étonnée.
Puis Ombre se fit la reflexion que tout le monde avait drôlement rapetissé...

Une personne dans l'assemblée cria:
"AU LOUP!!!!"

Ombre corrigea pour le principe:
"Non, vous n'y êtes pas du tout, Saigne-crapaud le Chien est un chien comme son nom l'indique!"

Saleté de métamorphose! Ca le prenait toujours quand il ne fallait pas. Effectivement il y avait de quoi avoir peur, sa peau s'était couverte de poils, son visage s'était étiré en gueule généreusement garnie de crocs éfilés et il avait gagné presque un mètre en hauteur...
La population recula pour laisser passer la milice qui s'approchait d'un air peu rassuré, leur chef déclara:
"Gentil le toutou! Tu vas sagement nous suivre..."
Curieusement le glaive qu'il tendait vers Ombre semblait moins avenant.
On entendit dans l'assemblée:
"La fille! Je l'ai vu sortir avec lui de la terverne! Il faut la brûler aussi!"
Le "aussi" en fin de phrase fit frémir le Loup Garou.

Soudain changeant d'attitude les miliciens chargèrent vers Ombre et l'inconnue au chat ailé.

Ombre vit Saigne-crapaud le Chien avec Dragée sur son dos se frayer un chemin à grands coup de dents à travers la foule complètement paniquée.
"Chacun pour sa peau!" dit le loup.

Sans lui demander son avis le lycante attrapa la fille par là où il pu. Puis bondit au dessus de la tête des gardes et des badauds, son saut était prodigieux d'agilité. Mais pas assez manifestement puisqu'ils allaient aterrir au beau milieu de la foule, plus large qu'il n'y paraissait à première vue. Plutôt que de s'écraser à deux, en plein dans le mouvement, Ombre lâcha la demoiselle qui alla se vautrer dans la fontaine juste à côté. Dans son malheur elle avait eu de la chance, ça aurait très bien pu être un puit...

[HRP: désolé mais c'était plus fort que moi ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 25
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Jeu 28 Juin - 22:09

Noire observait les mystérieux personnages qui se rapprochaient d'eux à toute allure. Elle n'avait aucune idée de qui ils étaient, mais apparemment, Homme-Bizarre les connaissait regrettablement bien. Il faut dire que dans son village perdu au fin fond de la région, on ne savait pas vraiment ce qui se passait dans ce royaume. Et pendant les deux ans qu'elle avait passé à vagabonder, voler et paresser en attirant le malheur, elle n'avait pas appris grand chose non plus.
Bref, un ou deux soldats lui jetèrent un coup d’œil menaçant, puis ils passèrent leur chemin. La jeune fille n'en revenait pas. Homme-Bizarre non plus, d'ailleurs.


* Se pourrait-il que... la malédiction... *

Noire n'osait même pas penser le mot "levée", au cas où ça fichait tout en l'air. Pour plus de sécurité, elle reporta son attention sur Dragée, perché sur son bras comme un rapace sur le bras d'un fauconnier. Sauf qu'il s'envola soudainement pour piquer sur le gros chien d'Homme-Bizarre. Les gens, attirés par la bataille chien-chat comme des mouches sur un gâteau, ne laissèrent pas le temps à la jeune fille de réagir, et elle se retrouva derrière une dizaine de personnes bien plus hautes qu'elle, si bien qu'elle ne vit rien de ce qu'il se pssait.
Elle tenta tout d'abord l'amabilité :


Excusez-moi, je... Pardon j'aimerai passer... S'il vous plait, vous pouvez vous écartez deux petites secondes...

Mmmmouais. Pas très concluant. Même pas assez pour qu'au moins une seule personne ne daigne tourner la tête vers elle. Noire inspira un grand coup, réajusta son sac sur son épaule et passa à l'action en se demandant bien à quoi elle s'attendait en se montrant polie et distinguée. Elle commença d'abord par tirer un homme d'age mûr par le col, le repoussa derrière elle et distribua généreusement de douloureux coups de coudes pour se frayer un chemin jusqu'à Dragée :

Laissez passer ! Allez fichez le camp ! Il n'y a rien à voir, rien du tout, allez, rentrez chez vous ! Pfffiou, bordel, bougez vous à la fin... Ah, voilà. DRAGEE MON DIEU arrête ça tout de suite, ou je...

Elle était arrivée devant tout le monde et voyait à présent l'ampleur du désastre : le petit tigre volant était perché sur le dos du chien, qui d'après Homme-Bizarre se nommait Saigne-crapaud le Chien -quand même c'était un drôle de nom- et il plantait ses griffes dans le dos du malheureux canidé pour ne pas tomber, tandis qu'il mordillait consciencieusement ses oreilles. Saigne-Truc tentait désespérément de se débarrasser de ce fardeau griffu en sautant dans tous les sens tel un cheval de rodéo, mais le cow-cat s'accrochait de plus en plus fort.
Lorsque Homme-Bizarre abandonna et laissa les animaux se débrouiller, Noire lui lança un regard de reproche et se résigna : elle allait devoir s'en mêler.
Ainsi, elle commença par saisir le chien par la peau du coup pour qu'il arrête de bondir dans tous les sens, puis elle agrippa Dragée sous le ventre. Elle lâcha alors le chien, qui repartit au quart de tour, tellement vite que le félin n'avait pu le retenir et tout ce qui lui restait entre les griffes était une touffe de poils gris-brun.
La jeune fille le secoua légèrement, comme elle faisait à chaque fois que Dragée commettait un impair, puis le replaça sur son bras en lui tenant une patte, cette fois.
Ce ne fut que lorsqu'elle se retourna qu'elle aperçut quelque chose qui ressemblait à l'idée qu'elle s'était faite du fameux loup-garou des contes. Sauf qu'elle ignorait que ça existait vraiment, et qu'elle se demandait bien qui était victime de cette transformation. C'est alors que la créature affirma que Saigne-TRuc était un chien. Ah. Le loup-garou était alors Homme-Bizarre. Ah ben alors ça ne l'étonnait pas. Elle avait tout de suite senti que cet homme était bizarre de toute façon...

Soudain, la troupe de soldats qui les avaient frôlés à l'instant revint à la charge, menaçant Homme-Très-Bizarre de leurs armes qui paraissaient assez insignifiantes face aux crocs du loup-garou.
Noire tourna les talons et s'apprêta à partir, après tout Homme-Très-Bizarre était un loup-garou et il pouvait très bien se défendre tout seul, lorsqu'on cria quelque chose qui ressemblait bien à une dénonciation. Contre elle. Et en plus, malgré la capuche, ils savaient tous que c'était une fille.


*Non, la malédiction ne s'est pas fait la malle, hélas... Bon, on faire un petit jogging jusqu'à l'écurie, on saute sur Ioron et on... *

Et ben non. Ces bœufs de soldats qui croyaient tout ce qu'on leur disait foncèrent sur Homme-Très-Bizarre et Noire. Mais avant qu'elle ai pu esquisser le moindre mouvement, Homme-Très-Bizarre qui visiblement n'était pas décidé à manger les méchants messieurs préféra s'enfuir, avec elle visiblement, et l'attrapa par le bras avant de lui offrir un tour de grand huit gratuit dans un saut prodigieux au dessus de la foule. Mais ce bond finit en raté et la jeune fille vit une fontaine à l'eau pas très claire se rapprocher au ralentit, avant de réaliser qu'elle avait atterri dedans.
Humiliée, elle se releva, retira les mèches de cheveux qui l'aveuglaient et vit les soldats qui avaient encerclés la fontaine et la foule, où se trouvait toujours Homme-Très-Très-Bizarre. Ils pointaient tous ce qui ressemblait à une baïonnettes vers Noire, ce qui ne lui plaisait vraiment pas. Elle déglutit, puis s'adressa à celui qui était vêtu de l'uniforme le plus ridicule, signifiant certainement que c'était lui qui dirigeait la troupe :


Hum... Tout ceci est une grave erreur d'interprétation. Je ne suis pas n'importe quelle bonne femme, je suis Solina Laresttat.

Elle utilisait beaucoup de faux noms, et avait l'habitude d'en inventer en quelques secondes.
Noire essora consciencieusement ses cheveux en les tordant dans un sens, puis dans l'autre, et encore dans un sens. Enfin, elle regarda les soldats de haut, d'un air digne, et attendit une quelconque réaction de la part de Chef-des-Boeufs. Celui-ci lui demanda enfin d'un air moqueur :


- Et en quel honneur devrait-on connaitre votre nom, mademoiselle Laresttat ?

Pffff, quelle question ! Je suis l'Apprentie de Monin, le Mage Intendant, voyons ! Il m'a demandé en personne d'amener à notre Roi ce spécimen, elle désigna Homme-Très-Très-Bizarre d'un geste de la main, pour qu'il voie de ses yeux les progrès de notre magie...

* N'importe quoi ! Je suis folle... ça doit être ça, oui. Ou alors, j'ai trop écouté les mensonges de Harmin.*

Elle décida d'en rajouter une couche. Mentir pour mentir, autant le faire professionellement :

Et maintenant, avec vos bêtises, vous l'avez provoqué, mais je vous assure qu'il n'est pas méchant ! Il est même très docile...

- Bon, j'en ai assez entendu. Emmenez-les...

Je vous assure que vous faites une grave erreur. Lorsque Monin apprendra que vous avez brûlée sa plus prestigieuse Apprentie, il vous maudira tous jusqu'à ce que...

Noire fut interrompue par l'un des soldats qui la saisit violemment par le bras. Il la tira hors de la fontaine, elle trébucha sur le rebord et manqua de s'étaler par terre. Elle se tourna alors vers Dragée, qui s'était posté au sommet de la fontaine et observait la scène avec attention :

File, retourne à LinaIsta, va prévenir les autres... ALLEZ !

Pour une fois, le félin obéit et s'envola à tire d'ailes, disparaissant bientôt dans la brume. La jeune fille se tourna vers les soldats et leva le menton d'un air hautain. Ils ne la croyaient pas, c'était sûr. Mais elle ne se laisserait jamais abattre. Elle transperça Chef-des-Boeufs d'un regard noir mais garda le silence, même quand il fit signe au soldat de lui nouer les poignets. Elle ne pouvait même pas tenter une petite escapade, car à présent qu'elle avait raconté des bêtises, elle était censée rester avec Homme-Très-Très-Bizarre. Et de toute façon, si ce n'étaient pas les soldats qui l'empêchaient de s'échapper, c'était les villageois qui pouvaient très bien l'écarteler sur un coup de tête.
Noire se contenta alors de dévisager avec le plus de haine possible le soldat qui serrait les liens autour de ses poignets si fort qu'elle en avait les larmes aux yeux.


* Alors quoi, qu'est ce qui va m'arriver, maintenant ? Ils ne vont pas me brûler comme ça, sans jugement ni rien, quand même ! *

Il faut dire qu'à cet instant, elle n'avait plus aucune pensée pour Homme-Très-Très-Bizarre... mais elle se posait de nombreuses questions sur ce que les Boeufs allaient faire d'elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Lun 2 Juil - 1:18

[scuse! J'ai eu des empêchements ^^']

L'effort était louable. L'inconnue à la capuche avait baragouiné avec un certain talent, sur une histoire de magicien et de gentil loup garou. Ombre pour donner le change s'était roulé par terre pour amadouer les gardes.

Mais ça n'avait attendrit personne.

A présent la fille était poings liés et la milice pointait des lances vers Ombre d'un air menaçant.

Quitte à jouer la comédie, autant aller jusqu'au bout.

"Bon ça suffit mainteant bande de nazebroques! Je vais vous dévorer un par un!"
Pour illustrer son propos, Ombre hérissa ses poils et montra des crocs. Il commença à s'agiter comme une bête féroce, faisant reculer les soldats et la population dans un mouvement naturel de préservation.
Puis il attrapa une lance et broya la hampe dans sa gueule. Il recracha les morceaux un peu partout.
La foule était à deux doigts de paniquer totalement.
La fontaine n'était pas si éloignée et le garde qui tenait la fille semblait plus intéressé à sauver ses miches qu'à maintenir solidement sa captive.

Ombre envoya une pensée à Saigne-crapaud le Chien.

"Attaque! Attaque!"

Le message n'était pas passé dans l'oreille d'un sourd. Le loup sauta sur le garde. Lui mordant cruellement le bras qui tenait l'inconnue à la capuche.
Le soldat surpris lacha sa prise qui à présent était presque libre de ses mouvements. Ombre courra vers elle, ceux qui ne s'étaient pas écartés à temps eurent droit à un coup de coude... Ce qui fait plutôt mal lorsque c'est une bête de 200kg qui vous le donne.

Il pu déchiqueter les liens qui entravaient les poignets de la fille, puis il lui cria:

"Reste derrière moi! J'ouvre la voie! Saigne-crapaud le Chien! On s'en va!"

Tout semblait aller mieux. Nos héros couraient vers la sortie de la ville, Les gens se poussaient sur leur passage et ils mettaient de plus en plus de distance entre eux et la milice. Ils furent presque sortis d'affaire quand...

Ombre se retransforma en humain.
Le dernier obstacle qu'il restait entre eux et la sortie était deux villageois armés de fourches, ces derniers avaient arrêté de fuir lorsque le monstre de 2m50 était redevenu un gringalet de moins d'1m70...

"Heu... Messieurs veuillez nous laisser passer!... S'il vous plait." Ajouta Ombre avec un rictus qui se voulait enjôleur.
Revenir en haut Aller en bas
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 25
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Mer 4 Juil - 23:01

Si Noire n'avait pas eu les poignets entravés dans des liens lui cisaillant la peau, aurait aussi bien pû se ronger les ongles. Pas à cause de la milice, du loup-garou ou des villageois haineux. Elle se souciait seulement de Dragée. En effet, elle avait eu tellement peur qu'il ne se fasse prendre à son tour qu'elle l'avait bêtement renvoyé à LinaIsta... Mais son hameau natal était si loin de ce village où elle se trouvait à présent ! Comment le petit tigre s'en sortirait-il sans Noire pour lui indiquer la bonne direction, comment ferait-il pour voler jusqu'a LinaIsta ! C'était à des milles de là...
Le renvoyer ainsi chez lui avait été de la pure folie.
Mais une douleur vive et soudaine la ramena à l'endroit présent. Le soldat qui la maintenait fermement lui avait saisi les cheveux et la tirait en arrière sans méngement.


* Ahaha mais il est malade !!! Qu'est ce qu'il a, il a vu le diable ou... ? *

Ce n'était pas exactement ça. En reportant son attention sur Homme-Très-Très-Bizarre, elle remarqua qu'il avait enfin commençé à montrer les dents, s'étant décidé à sauver sa peau de manière plus efficace.
Le loup-garou se frayait donc un chemin parmi les villageois apeurés, les Boeufs qui ne l'étaient pas moins et ne s'occupant pas des lances, des épées, des dagues ou quoi que ce soit de pointu qui puisse vous maintenir en soi-disant sécurité dans ces cas là.
En tout cas, cette petite prestation d'horreur faisait de l'effet. Bientôt, ce serait le soldat tireur de cheveux qui se retrouverait quatre fers en l'air dans la fontaine s'il ne cessait pas de reculer.
Au grand dam de Noire, il ne se retrouva pas dans la fontaine. Il se contenta de s'arrêter à quelques centimètres du rebord et tira un peu plus fort ses cheveux, si bien qu'elle se retrouva la tête à l'horizontale quasiment derrière l'épaule du Tireur-Capillaire. Il lui ordonna alors d'une voix peu convaincante :


Arrête-le ! Vite !

Noire gronda d'une voix sèche qui en disait long sur ses intentions tout en paraissant le plus sûre d'elle possible :

Désolée, j'ai pas de nonosse à lui proposer pour vous éviter une mort... déchirantaahAÏE !

Il lui administra une grande tirade de cheveux en une secousse brutale et la jeune fille sentit quelque chose de dur, froid et aiguisé contre son dos. Ah. Le soldat était plus serieux qu'il n'avait l'air. Il appuya son glaive un peu plus fort et Noire grimaça. Elle l'entendit alors :

Si tu tiens à ta misérable vie...

Noire était paniquée. Il était malin, lui. Comme si elle pouvait dire à Homme-Très-Très-Bizarre "Euh... S'te plait... tu pourrai pas ne pas bouffer le ptit piteux qui me tire les cheveux comme un dingue...". Non mais il se croyait où ? En plus, à la distance où le loup garou était, il n'aurait sûrement rien entendu, quand bien même aurait-elle crié. elle se contenta alors de lui répondre sur le ton le plus méprisant possible :

Tu peux toujours crever !

Comme tu voudras.

Dans une impression affreuse de ralenti, Noire aperçu le chien du loup-garou se jeter sur le soldat qui, au même instant, assenait un coup de couteau à Noire. Mais le choc du chien sur le bras du Boeufs-Tireur-Capillaire déporta le coup du soldat, et le glaive ne vint pas se ficher entre les omoplates de la jeune fille. Mais ce n'était pas une opportunité formidable, car du coup, la lame choisit le flanc droit de Noire pour un petit séjour douloureux.
La jeune fille hoqueta, vacilla, mais n'eut pas le temps de s'écrouler car déjà le loup garou était sur elle en train de la débarasser de ses liens. Puis il lui cria quelque chose qui devait ressembler à un "On se casse", et commença à se frayer un chemin dans la foule.


* C'est une blague ? Il ne compte tout de même pas que je fasse le marathon derrière lui alors que je suis en train de me vider de mon sang... *

Mais lorsque vous avez un glaive planté à peu près entre les côtes, que vous êtes en train de défaillir et qu'en plus une centaine de villageois ignorants veulent vous transperçer une nouvelle fois, vous n'avez pas vraiment le temps de réfléchir convenblement.
Noire fit alors la première chose qui lui passa par la tête et, à défaut d'un brancard et accompagnée de jeunes hommes attentionés lui tenant la main ou la rassurant quand à son "petit problème de couteau" autour d'elle, elle se contenta du dos du gros chien où elle s'appuya en chancelant. Saigne-Truc n'avait pas l'air d'apprécier, mais son flair devant être plus développé que celui du loup-garou, il comprit que Noire ne pourrait pas sortir de là toute seule.


Ce fut donc un gigantesque remorquage du combattant. Noire s'efforçait de ne pas faire attention à la douleur qu'elle ressentait, au froid qui s'insinuait dans ses poumons et qui lui glaçait le coeur, au sang poisseux qui dégoulinait sur la fourrure du chien et sur le sol, aux vertiges incessants qui l'assaillaient.
Au bout de quelques secondes qui lui semblèrent être une éternité, le chien s'arrêta brusquement et la jeune fille failli bien tomber. Elle releva la tête et apperçu le loup-garou. Mais ce n'était plus un loup-garou. Enfin, si, il devait toujours pouvoir se retransformer, mais là, il était redevenu un humain presque ordinaire.
Jusque là, ce n'était pas un problème. Mais devant Homme-Très-Très-Bizarre étaient plantés deux hommes de carrure stupéfiante, munis de fourches ou on-ne-sait-quoi... des trucs de villageois encore... pffff, ils en avaient pas ras le bol de poursuivre deux... non, trois pauvres êtres innocents ? Ils n'avaient donc rien d'autre à faire ? Et l'autre, là, pourquoi il était pas resté un gros costaud de loup-garou jusqu'au bout ?
Enfin bon. Noire avait l'habitude. La malédiction, encore et toujours.
D'un air aussi las que pouvait avoir l'air une jeune fille extenuée avec un couteau dans le flanc, Noire sortit avec un effort considérable la dague de son fourreau accroché à sa ceinture et la balança aux pieds d'Homme-Très-Très-Bizarre. Elle requit alors ses dernières forces pour lui souffler :


Demmerdez-vous avec ça... et faites en sorte de sauver votre peau... et la mienne aussi si possible...

Bien. L'homme avait donc toutes les cartes en main pour se sortir de l'affaire, et Noire n'en pouvait plus. Elle prit la précaution d'attacher ce qui lui restait des liens déchiquetés par les soins du loup-garou l'un à l'autre, ce qui lui nouait les poignets une seconde fois, mais à présent cela risquait bien de lui être favorable. Elle passa ses bras autour du cou du gros chien, s'assura que cela tiendrait pendant un petit bout de temps, puis elle s'évanouit.
A bien y reflechir, c'était mieux comme ça. Si Homme-Très-Très-Bizarre réussissait à les sortir de là, elle serait saine et sauve et pourrait prendre le temps de réfléchir avant d'entreprendre quoique ce soit le temps qu'elle se rétablisse. Et puis, si le loup-garou n'arrivait pas à les sortir de là, elle n'aurait qu'à rester inconsciente jusqu'à sa mort. Comme ça, elle ne ressentirait rien, et ce serait tant pis pour la Malchance, qui n'aurait plus de bouc émissaire.
Mmoui, à bien y reflechir, Noire allait rester inconsciente un petit moment.


[Hihihi un ptit rebondissement mais ça ne durera pas^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Ven 6 Juil - 10:00

La Lune était à présent haute dans le ciel dans les sous-bois qui entouraient le village où ils avaient failli finir brûlés et écartelé, ou l'inverse...

Ombre n'avait pas allumé de feu afin de rester le plus discret possible. Celà faisait plusieurs heures qu'ils avaient semé leurs poursuivants. Mais on n'était pas à l'abrit d'une battue. Heureusement Ombre et Saigne-crapaud le Chien n'avaient jamais eu de problème pour dissimuler leur piste, biensûr c'était plus difficile avec la fille sur les bras.

Le lycante regarda la jeune femme qui dormait paisiblement, il avait pensé sa blessure et recousu aussi proprement que possible, la lame n'avait pas touché d'organe vital et la blessure était saine. C'était à se demander comment un tel glaive avait pu éviter ses poumons... Peut-être qu'il avait ripé sur ses côtes? Dans son malheur l'inconnue avait eu de la chance...

D'ailleur en parlant de chance, c'est comme si celle-ci était tout d'un coup revenue lorsque la fille lui avait tendu sa dague. Ombre avait pu saigner un de leurs agresseurs qui avait tout d'un coup fuit à toutes jambes en criant à la malédiction. Du coup ses potes firent de même... Le reste de la populace semblait se tater pour les pourchasser et le chaos s'était vite emparé des villageois. Ca n'avait pas été plus difficile que ça de les semer, même avec un poids mort sur les bras.
Oui le vent avait tourné lorsque la fille lui avait donné la dague... A moins que ce soit lorsqu'elle était tombée dans les pommes?...

Saigne-crapaud le Chien revint au campement avertir Ombre que le cheval de l'inconnue avec sa saleté de chat ailé sur le dos arriveraient bientôt, il les avait croisé qui erraient perdus et les avait guidé jusqu'ici.
Décidément la chance était de leur côté.

[hrp: désolé mon post est un peu court...]
Revenir en haut Aller en bas
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 25
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Ven 6 Juil - 23:18

La première chose que ressentit Noire fut une impression de vide infini. Elle n'entendait rien, ne voyait rien, et ne pouvait même pas bouger. Elle mit un moment à comprendre qu'elle avait les yeux fermés et qu'elle était emmitouflée dans un tissu épais et protecteur. Mais elle n'entendait toujours rien et ses muscles étaient engourdis et elle ressentait des picotements dans tous son corps à chaque respiration. Elle avait la gorge sèche et une douleur continue mais réservée du côté droit, de l'épaule jusqu'aux hanches.
Elle ouvrit avec précaution un oeil, puis le referma. Il faisait très sombre, mais elle distinguait deux silhouette un peu plus loin. Un humain et un animal. Bon. Jusque là, ce n'était pas si mal. Elle prit une gigantesque inspiration qui la fit gémir de douleur, puis ouvrit les deux yeux. Elle retira du bout du doigt un morceau de couverture qui lui obstruait la vue de l'oeil droit et remarqua un ciel noir d'encre et parsemé de milliers d'étoiles scintillantes. Elle retira alors la couverture jusqu'à ses épaules en se contorsionnant pour éviter d'être transperçée par des élans douloureux et sentit l'air frais nocturne lui caresser le visage.

* Bon, c'est déjà mieux. Mais... *

Elle fronça les sourcils. Elle ne se souvenait pas de ce qui s'était passé. Elle se remémora les derniers évenements, la milice, le loup garou, la fontaine, la douleur près des côtes, la poursuite sur le dos du loup, mais après... Elle avait dû s'évanouir. Et cet homme avait réussi à s'en sortir. Elle se leva silencieusement (et douloureusement) et l'homme ne sembla pas la remarquer. Mais le chien tourna la tête vers elle et sembla lui sonder l'esprit d'un simple regard ambré.
Noire retira la couverture improvisée qu'elle avait sur les épaules et remarqua le bandage qui lui couvrait tout le ventre, sous sa chemise déchirée jusqu'au niveau de la poitrine. Elle se mit soudainement à rougir. Est-ce que loup garou avait... Hrrm, mieux valait ne pas y penser. Il l'avait soigné, c'était l'essentiel.
La jeune fille s'approcha en boitillant -pas légèrement du tout- de l'homme et toussota pour signaler sa présence. Ce qui lui demanda quelques efforts de concentration, car sa gorge était complètement desséchée. Elle attendit qu'il se retourne pour lui demander d'une voix qui tressautait :


Vous n'a-n'avez pas de... de l'eau s'vous plait... ?

Elle tenta de sourire, mais cela dû plutôt ressembler à une grimace, puis elle s'assit difficilement aux côtés d'Homme-Très-Très-Bizarre. Elle tendit le bras gauche -seul endroit du corps qui ne lui faisait pas mal lorsqu'elle le bougeait- vers le chien qui renifla ses doigts, puis détourna la tête. Noire en conclut qu'elle avait l'autorisation de le caresser, ce qu'elle s'empressa de faire. Elle sourit interieurement (exterieurement, ça n'aurait ressemblé à rien) et remercia l'animal par la pensée. Ce qui était stupide bien sûr, mais bon. Un peu plus et elle était aphone.
Elle papillona des paupières pour chasser une larme qui commençait à se former à l'insu du loup-garou et du chien. Elle n'arrivait pas à se sortir de la tête que Dragée était tout seul, dans la nuit, peut-être perdu et mort de faim, tandis que Ioron était abandonné dans l'écurie de la taverne écroulée, ou alors il avait été revendu par quelqu'un de mal intentionné.
Décidément, ses proches n'étaient pas favorisés par sa présence...

Etrangement, l'idée de cotoyer un loup-garou ne l'effrayait pas plus que ça. Noire ne savait pas pourquoi, mais elle n'avait pas l'impression qu'il soit aussi dangereux que le prétendaient les légendes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Mar 17 Juil - 9:54

[oups! désolé pour le retard, j'ai pas eu une seconde à moi ces derniers temps ^^]

L'inconnue s'était levée tant bien que mal.

Ombre lui tendit la gourde qu'il avait rempli à une sources qui coulait non loin de là. Cette saleté de récipient était troué et avait laissé échappé presque tout son contenu... La jeune femme se jeta cependant dessus pour capter la dernière gorgée d'eau.

"Je vais aller vous chercher de l'eau.
Ho mais je manque à tous mes devoir! Je m'appelle Ombre de Loup à votre service mademoiselle, vous pouvez m'appeler Ombre. Ravi de faire votre connaissance. Je n'ai vu qu'un bout de téton lorsque je vous ai fait votre bandage, mais rassurez vous ils sont très jolis... Vos tétons..."


Le Lycante esseya son sourire enjôleur après avoir débité les formules de politesses dans le mauvais ordre et à toute vitesse, mais la fatigue transforma en rictus nerveux ce qui aurait du être un clin d'oeil plein de complicité. Cette journée avait été longue...
Il se mit en quête d'une casserole qui n'aurait pas le malheur d'être trouée. Son paquetage n'avait pas été trop abimé dans l'histoire. Pour tout dire il avait vécu bien pire dans sa chienne de vie.

Le vagabond se refusait à faire un bilan de cette journée catastrophique. D'ailleur s'il l'avait fait il se serait peut-être rendu compte que la jeune femme lui portait franchement la poisse. Déjà, qu'il n'en avait pas vraiment besoin...

Saigne-crapaud le Chien leva le nez, signe que les autres arrivaient.

"Ha vos amis arrivent bientôt, on dirait qu'ils savent bien se débrouiller dans la nature... A moins d'un coup de bol terrible, il est quasiment impossible de nous pister. Heureusement que le loup passait par là, il a pu les guider jusqu'ici."

Oui, dans cette histoire les animaux avaient eu la chance de se trouver sur le chemin du loup. Mais vu que ce chemin ramenait directement à la poissarde de service, est-ce qu'on pouvait parler de "chance"?


[hrp: Voilà voilà c'est un peu maigre... On essaye de reprendre ça à la rentrée? Bonne vacances en tous cas! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 25
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   Sam 4 Aoû - 0:11

Homme-Très-Très-Bizarre lui tendit une gourde et Noire se serait précipitée dessus si elle n'avait craint que trop de mouvemenst brusques ne ravivent sa douleur. Elle se contenta donc de s'en saisir et d'avaler goulûment les dernières gorgées qui restaient. La jeune fille retourna le récipient la tête en bas et constata d'un air dépité qu'il ne restait plus une seule goutte.
C'est à ce moment là que le loup-garou proposa de rechercher de l'eau, et par la même occasion se présenta. Il prétendit se nommer Ombre de Loup. Appellation assez étrange, se dit-elle, mais pas plus que Noire McLaught.
Puis il précisa avec une franchise déconcertante "n'avoir vu qu'un bout de téton". La jeune femme en resta bouche bée, mais elle n'eut pas le courage de répliquer quelque chose et d'engager une conversation plus qu'animée.
Elle se contenta donc de lui lancer un regard indigné, puis détourna la tête et se concentra sur autre chose que le pressentiment que le feu lui était monté aux joues.


* Quand même, il est pas gêné... D'accord, c'était necessaire de me soigner... mais bon... pfffffffff... *

Le temps qu'elle reprenne ses esprits, il partit remplir une casserole légèrement cabossée de l'eau du ruisseau discret qui s'écoulait non loin de leur "campement".
Lorsqu'il revint et lui tendit la casserole pleine, elle murmura un merci inaudible puis se désaltéra jusqu'à retrouver une gorge à l'humidité convenable.
Ayant désormais la possibilité de parler normalement, elle se présenta à son tour, en évitant les détails :


Enchantée, fit-elle sur un ton qui laissait douter de sa bonne foi, moi c'est Noire McLaught.

Elle posa la casserole et ce qu'il restait de son contenu à côté d'elle puis jeta un regard en coin à Ombre. Il paraissait pensif. Son chien retint l'attention en s'agitant et l'homme signala la proximité de Ioron et Dragée.
Une vague de soulagement envahit Noire et elle se rendit compte seulement à ce moment là que la culpabilité l'avait glaçée jusqu'aux os. La bonne nouvelle réchauffa agréablement bien la jeune fille et elle commença à s'impatienter. Ses deux "compagnons" étaient sains et saufs, mais elle avait hâte de les revoir.

Pour passer le temps et contrer l'attente, Noire se racla la gorge et entama la conversation :


Alors, ça fait longtemps que vous faites Loup-Garou ? C'est un métier interessant ?
Hum... ça vous dérange si... si je vous pose des questions ?

Après tout, c'était un loup-garou. Mieux valait ne pas le vexer. Mais elle ne pensait pas qu'il soit capable de la tuer sur un coup de tête. Elle craignait juste qu'il se retransforme et, par la même occasion, alerte malencontreusement les habitants de Lional qui, à cet instant, devaient être en train d'organiser une battue dans les alentours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Noire, ou comment se mettre dans une situation désastreuse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'appel des limbes ou comment se mettre en danger pour rendre service...
» Comment se mettre dans la marde...solide !
» vous aimer les puzzles??? a mettre dans vos favoris
» "Je cherche un peu de chaleur à mettre dans mon coeur" [Magenta]
» Dans aucune situation après voyage par atout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalaness :: Hors RPG :: Les oubliettes :: RP terminés ou abandonnés-
Sauter vers: