Evalaness

Evalaness... Un nouveau monde magique...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réunion Secrète...[Libre, plusieurs personnes svp)]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alÿrka San'Elëa

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 26
Localisation : Dans L'Ombre du Cauchemard
Date d'inscription : 08/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe Noir
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Réunion Secrète...[Libre, plusieurs personnes svp)]   Dim 24 Juin - 15:25

Je soufflai enfin quand j'arrivai devant un batiments délabrés, de petite taille, avec un porche sans voute qui abritait une porte en bois qui pendait misérablement sur ses gongs. Tout semblait miteux et rien que d'imaginer une princesse en ces lieux semblait inimaginable. Pourtant, c'était là que je me rendait, et j'avais même choisi moi-même cet endroit. Je repensait au mot discret que j'avais glisser aux habitants du royaume:

*Le roi refléchi beaucoup mais n'agit guère
Il hésite, Il ne fait pas de choix...Il a peur?
Pour ceux qui veulent une décision,
RDV a "La Bicoque du Pont Gris", Dans trois jours, au coucher du soleil...*


Le mot était presque absurde, et non-signé, mais j'avais l'espoir de voir arriver au moin quelques personnes. peu importe qu'il s'agissent d'Elfes noirs ou non. Peut être un espoir infondé, mais je n'avais pas osé demander son avi à Elwna. D'aillleur, la pégase ne m'accompagner pas. Elle faisait le guet au chateau et surveillait mon père.

J'avançai avec agilité vers la porte délabrée, je la poussait legèrement pour pouvoir passer. Elle émit un leger grincement, comme une lame qu'on aiguise. Je continuai d'avançer en souplesse, en éviatnt les pierres, le bois, les objets en porcelaines qui jongeait le sol. J'était dans une pièce entre ombre et lumière, on reignai une odeur de poussière et ou se produisait quelques craquements sinistres. La pièce semblait unique, sans issue. Mais je savais par mon fidèle Erco, qu'il existait en réalité une aspérité dans le mur qui pemettait de déclancher une ouverture d'un trape. Les indications d'Erco étant très précises, je n'eut pas à chercher longtemps. Une niche dans le murs abritait une statuette a qui il manquait la tête et un bras.

A trois pierres de là se trouvait une aspérité en forme de S et dans le creux dus bas se trouvait un anneau. Je le tirai avec délivatesse, et le seul bruit fut un leger "clang" qui indiqua que la trappe avait quitté qon emplacement. Je vis le trou se creer doucementsur ma droite, et fut suivi d'un bruit d'acroulement lorsque tous les gravats tombèrent par l'overture. Par chance, cet endroit n'était pas extremement couverts, et les escaliers qui déscendait ne furent pas ensevellit. Je prit soin de coincer l'aneau avec une pierre, puis je me dirigeait vers la trappe. Je descendit rapidement les escaliers et me retrouvai dans unpièce plus sombre, et nettement plus humide.Il n'y avait pourtant aucun rat, aucune chauve souris, mais juste un chat qui ronronnait de plaisir.

Je décidai alors de creer une once de lumière. Une legère clarté vint envahir la pièce. Contrairement à la pièce précédente, il s'agissait d'une pièce meublée. Je l'examinait en tout point. Il ya avait un fauteuil éventré en cuir, un canapé en meilleur états sur lequels se trouvait un gros chat roux, un meuble en bois avec des tiroirs, ainsi qu'une armoire, que je trouvait fermée à clé. Je m'assis surle canapé et fit enfin glissé mon capuchon. Il me restait à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monarch
Mage Solitaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 29
Date d'inscription : 12/05/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Réunion Secrète...[Libre, plusieurs personnes svp)]   Sam 30 Juin - 0:51

Le roi avait refusé d’accordé une audience au banni et il décida de l’enfermer en attendant de délibérer sur son cas. Lorsque les elfes noirs vinrent l’arrêter, Toril se laissa faire, considérant qua c’était leur droit. Mais alors qu’ils s’apprêtaient à partir en direction du cachot, le commandant remarqua Rya et ordonna qu’on la tue. Toril hurla et se libéra de ses liens mais il ne fut pas assez rapide et lorsqu’il se dégagea de ses gardes, Rya gisait au sol, criblée de flèches. Toril explosa d’une rage noire et fit appel à sa magie sombre. Il fit apparaître des flammes noires au creux de ses mains et les lança sur les meurtriers de son amie. Lorsque les flammes atteignirent leur cible, les elfes hurlèrent de douleur avant de s’effondrer, une odeur de chair brûlée envahissant l’air ambiant. Toril se tourna alors vers les autres soldats et fonça sur eux. Il était désarmé mais il assomma le premier garde devant lui et prit son épée avant d’entamer un combat contre les derniers soldats encore présents. Le combat fut bref, la haine guidant les pas du banni ce dernier les tua sans la moindre difficulté. Alors qu’il s’apprêtait à passer dans le plan de l’Ombre pour s’échapper, trois des cinq grands mages firent leur interruption dans la salle et lancèrent une avalanche de sorts sur Toril. Pris au dépourvu, ce dernier ne put qu’encaisser l’attaque magique de plein fouet, le faisant décoller puis s’écraser contre le mur derrière lui avant de retomber inconscient.

Lorsqu’il se réveilla, Toril se trouvait dans un cachot miteux, humide et enterré. Les murs étaient entièrement recouverts d’une mousse verdâtre et la paille qu’il avait en guise de lit était moisie. Il compris rapidement qu’il enterré, à quelques pieds sous la surface. Il remarqua que les mages avaient usé de leur plus puissante magie pour l’empêcher d’avoir recours à ses pouvoirs mais ils ne connaissaient l’origine de la magie de l’Ombre, ne pouvant ainsi la bloquer. Toril n’essaya cependant pas de s’évader, il voulait rencontrer le roi et le tuer pour venger la mort de la douce et pure tigresse et le seul moyen était de comparaître devant lui pour recevoir la sentence qu’il allait recevoir.

Les jours puis les semaines passèrent et le banni se trouvait toujours dans ce cachot pourri, nourri une fois par jour et enchaîné au mur. Alors que les gardes arrivaient pour lui apporter à manger, il surprit leur conversation :

-A ton avis, qui a bien pu écrire ce mot ?
-Je sais pas mais en tout cas, cette personne a raison. Voilà plusieurs semaines que le roi ne fait plus rien, le peuple commence à en souffrir.
-Alors tu vas y aller ?
-Je sais pas, si ça se trouve c’est un piège, j’hésite mais bon, ce mot assez éloquent.

Le garde sortit un morceau de papier de sa poche avant de le remettre soigneusement en place. Intrigué, Toril s’adressa aux gardes :

-De quoi parlez-vous ?
-Ca te regarde pas, le banni. Mange et tais-toi.

Le garde lança le bol de soupe aux pieds de Toril avant de lui envoyer un puissant coup de pieds dans la mâchoire, envoyant valser le prisonnier. Ce dernier se redressa et sourit.

-C’était ta plus grande erreur.
-Ah oui ?! Et qu’est-ce que tu vas me faire ? Me mettre la fessée ?

Les deux gardes s’esclaffèrent tandis que Toril continua à sourire.

-Non, juste vous tuez.

Les rires s’arrêtèrent et un regard de peur s’installa dans les pupilles des deux gardes. Un froid étrange s’abattu alors sur la pièce et l’ombre de Toril pris forme et se solidifia. Cette dernière sortit alors une épée noire et transperça les deux gardes avant ceux-ci n’eurent le temps de faire le moindre geste. Elle prit alors les clés et libéra son maître. Ce dernier la renvoya d’un mouvement du poignet et s’approcha des deux corps. Il récupéra le morceau de papier et le lu :

*Le roi réfléchit beaucoup mais n'agit guère
Il hésite, Il ne fait pas de choix...Il a peur?
Pour ceux qui veulent une décision,
RDV a "La Bicoque du Pont Gris", Dans trois jours, au coucher du soleil...*


Intéressé, Toril décida qu’il n’avait rien à perde à y aller. Il créa alors une toile d’ombre qui recouvra l’un des cadavres, le masquant à la vue d’autrui et il déplaça le second corps puis l’enchaîna au mur afin de masquer sa disparition. Cette supercherie durerait suffisamment longtemps pour qu’il puisse s’échapper. Il referma la porte puis il s’engouffra dans le sombre couloir. Il devait tout d’abord retrouver ses armes avant de se rendre à la « Bicoque du pont Gris ». Il erra pendant de longues minutes avant de sortir de la prison et de retrouver l’air frais de dehors. Selon lui, ses armes devaient être stockées dans l’armurerie, mais il ne savait plus où celle-ce se trouvait, cela faisait trop longtemps qu’il était parti. Il se dirigea alors vers le centre de la ville afin de recueillir des informations sur les deux endroits où il devait se rendre.
Alors qu’il empruntait un pont vers la zone des bars, il aperçut un elfe totalement bourré qui vomissait ses tripes par-dessus la corde.

**Il fera l’affaire**

Toril s’approcha et pris le jeune elfe par les cheveux et le fit basculer dans le vide, le rattrapant par une cheville. Il usa alors d’un sort pour le rendre aphone et usa de la télépathie pour lui parler. Sa victime semblait hurler de toutes ses forces mais aucun ne sorti de sa bouche.

**Si tu tiens à la vie, tu as intérêt à répondre à mes questions**

L’elfe secoua la tête en signe d’approbation.

**Pour me parler, utilise tes pensées comme si tu parlais, je t’entendrais.**
**Vous… Vous m’entendez ?**
**Oui, maintenant dis-moi où se trouve l’armurerie et la « Bicoque du pont Gris »**
Sans hésiter, le jeune elfe répondit :

*L’armurerie se trouve en annexe du bâtiment royal tandis que la "Bicoque du pont Gris" est à une centaine de mètres par-là*

Il montra la direction d’où il venait. Toril ramena alors sa victime sur le ponton et usa d’un charme afin qu’il oublie leur rencontre et qu’il s’endorme. Toril fonça alors en direction de l’armurerie et l’atteignit quelques minutes plus tard. Elle était gardée par trois gardes dont un mage. Entamer un combat était trop risqué, il risquait d’ameuter d’autres guerriers et son évasion serait dévoilée. Il alors un long détour et se retrouva derrière le bâtiment, face à un long mur de pierre jaune. Toril assembla une petite pelote d’Ombre et l’étala sur le mur formant un cercle d’environ deux mètres de diamètres puis il plasmodia quelques mots. Une légère fumée naquit et là où se tenait le cercle il n’y avait plus qu’un trou permettant d’accéder à l’intérieur de l’armurerie. Toril entra et se mit à la recherche de ses armes, il ne doutait pas que des gardes patrouillaient à l’intérieur du bâtiment mais il n’avait pas le choix. Au bout d’une dizaine de minutes, il perdit patience et décida d’utiliser la magie de son épée pour la retrouver. Il réussit alors à retrouver son équipement sans se faire repérer par les détecteurs de magie puis il repartit par où il était rentré.

Toril arriva devant ce qui semblait être la porte de la "Bicoque du pont gris". L’elfe noir se tenait devant une bâtisse en ruine qui semblait inhabitée depuis bien des années. Les vitres étaient brisées, la porte ne tenait que sur un gond, et on pouvait voir qu’une partie de la charpente s’était effondrée. Toril rentra et remarqua que quelqu’un était déjà venu, ses empreintes étant aussi visible que s’il avait marché dans de la neige tant la poussière était épaisse. Le banni les suivit tout en faisant attention aux objets qui l’entouraient. Le mobilier était rongé par les mites et autres bestioles et les rares objets encore présents étaient cassés ou inintéressant. Les traces menèrent l’elfe à l’entrée d’une trappe d’où descendait un escalier en colimaçon. Toril s’engouffra dans ce tunnel sombre et déboucha sur une pièce faiblement éclairée. Les meubles étaient plus riches et surtout bien moins abîmés. Au centre de la pièce se trouvait une elfe noire, assise sur le canapé à peu près en état, elle portait une cape sombre dont elle avait rabattu le capuchon. A la vue de son visage, un sourire naquit sur les lèvres du banni.

-Comme on se retrouve ma chère princesse ! Jamais je n’aurais cru que la propre fille du roi Ekthanaël lancerait une vague de rébellion, pourrais-je savoir en quel honneur vous faites pareille chose ?

Toril s’avança et s’assit sur le fauteuil en face de la princesse, le seul fauteuil qui avait l’air assez robuste et confortable, après avoir déposer ces armes à ses pieds en guise de non-agression. Il ne savait pas ce qu’il se tramait dans la famille royale mais le banni était intéressé, sa soif de pouvoir le forçant à rester et à en savoir plus sur ce mystérieux appel au rassemblement contre le roi. Qu’allait-il se passer ? Il ne le savait pas mais cette elfe en face de lui avait sûrement une réponse à cette question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alÿrka San'Elëa

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 26
Localisation : Dans L'Ombre du Cauchemard
Date d'inscription : 08/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe Noir
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Réunion Secrète...[Libre, plusieurs personnes svp)]   Sam 30 Juin - 11:13

J'attendai depuis bien trop longtemps...Je souffrai d'être enfermée, et Elwna ma manquait. le chat ronronnait toujours, seul être vivant de ces décombres. J'entendit alors un bruit, très doux au départ. Voila que quelqu'un répondait à mon apel. Mais lorsque la personne en question entra, je me surpris à être éttonée. Le Banni. Je lui sourit, le salauai avant qu'il ne parle. Ces paroles me firent sourire. Je me remémorai la scène de l'audience, et le corp de Rya me revint...Que mon père, un roi elfe, se soit abaissé à tuer un animal aussi noble enflait ma rage pourtant bien assez nourrie par mes propres ressentiments. Quand je lui répondai, ma voix était claire mais legèrement plus grave que d'habitude:

-Bonjour, Banni. Il ya des choses qui ne vous regardent pas...Mais je juge mon père comme incapable. Il est passif et au pouvoir par le sang seulement...Depuis la mort de ma mère, il est devenus pathétique, au biord de l'infamie et il ne m'inspire que dégout...j'aoujtrai qu'il ma refusé bon nombre de chose, en soi, qu'une Princesse est en droit de demandé...Cela-vous suffit-il?

Je fit silence, mais n'attendait pas de réponse, je murmurai quelques mots:

-Je suis désolée pour Rya. Cet infamie n'a fait que faire enfler ma rage...

Je me tut et me mit machinalement à carresser le chat. J'entendit plusieurs autres bruit, et se succedèrent alors plusieurs personnes. Je rééxpliquai mes motivations. Puis j'hésitai. Au bout d'un moment j'expliquai ce qui avait été décidé:

-J'ai lancé un apel envers les Bohémiens de Milo. Leur chef à acceptée de m'aider et nous avons conclue d'un rencontre ce soir même. Je vois que nous ne sommes pas beaucoup...

Je regardai la vingtaine d'hommes qui m'entouraient, puis reprit:

-J'imagine que chacun à ses raisons de vouloir renverser le roi...Mais la tratrise m'empêcherai de terminer mon projet...Je vous demande donc de me prêter serment, par le pacte de l'Ombre...

Je regardai le Banni, qui lui conaissait bien l'ombre. je reprit, et comprenait la force d'un tel serment:

-Ce serment me montrera que vous m'êtes dévoué, et que vous m'aiderez dans ma tâche pour monter au pouvoir. Chacun de ceux qui m'on aidé seront bien sur récompensé comme il se doit...Quiqonque ne les respectera pas sera serviteur de l'Ombre pour l'Eternité...

J'attendit. Le temps me paraissait s'alonger, et je croyait voir le soleil décliner alors qu'il était encore haut dans le ciel. Enfin quelqu'un s'approcha. Un Homme de taille moyenne, au visage buriné et torse robuste protégé par une armure lourde. Je prononçait le serment d'une voix grave et presque chantante:

-Moi, Alÿrka, Princesse des Elfes noirs, jure par le serment de l'ombre que je ne trahairai pas mon guerrier...Ombre Noire, Ombre Serment

J'avais utilisé mon prénom, ce qui avait alourdit le serment déja puissant de l'ombre. Ma main au dessus de la sienne fit apparaitre une marque noire sur sa peau, un symbole que j'avais crée. Il prononça à son tour les paroles:

-Moi, Hergan Urfeu, Guerriers de l'Ordre 2nd, jure par le serment de l'Ombre que je ne trahairai pas ma maitresse...Ombre Noire, Ombre Serment.

Se succedèrent alors des mains, des hommes, des paroles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monarch
Mage Solitaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 29
Date d'inscription : 12/05/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Réunion Secrète...[Libre, plusieurs personnes svp)]   Sam 30 Juin - 13:30

Le pacte de l’Ombre… Ce pacte noir que l’on faisait avec l’Ombre elle-même, avec la déesse de ce plan, la maîtresse de ces lieux. Conclure un tel pacte revenait à vendre son âme à la princesse, tant que cette dernière ne l’aurait pas décidé, tous ces hommes étaient désormais ces esclaves. Toril se tenait en arrière, adossé à l’un des murs et observait ces elfes prêts à tout pour renverser le roi. Au bout d’une dizaine de minutes, les rares elfes à être venus avaient tous acceptés ce pacte, il ne restait plus que Toril. Ce dernier n’était pas très enchanté par l’idée de devenir le sujet de quelqu’un, surtout d’un elfe noir. Bien qu’il pourra se défaire de ce pacte à n’importe quel moment, il n’était guère enchanté par cette idée. Il n’eut cependant pas vraiment le choix, pour obtenir sa vengeance il devait soutenir la princesse et celle-ci ne pourrait aller bien loin s’il n’était pas là pour affronter les hauts mages qui protégeaient le roi. C’est à contrecœur qu’il s’avança vers la princesse et qu’il présenta sa main à celle d’Alÿrka afin de conclure ce pacte maudit.

-Moi, Toril Nagathannor, banni et maître magicien, jure par le serment de l’Ombre que je ne trahirai pas la princesse ici présente…Ombre noire, Ombre serment.

La marque du serment apparue alors sur le dos de sa main et avec elle, des symboles l’entouraient. Ces symboles n’étaient autre que le langage de l’Ombre, le langage originel. Peu de personnes connaissaient l’existence de cette langue et encore moins savaient la déchiffrer. Toril faisait partie de ces êtres bercés dans la magie obscure et cela faisait longtemps qu’il l’étudiait comme sa langue maternelle. Ces symboles voulaient dire :

-"Être de la nuit, maître de la magie d’Ombre, respecte ce serment et honore ta déesse afin de prouver la magnificence de l’Ombre ou tu finiras dans les flammes de l’ombre pour le reste de ton existence"

La déesse de l’obscurité et du mystère le surveillait donc et celle-ci semblait prendre un malin plaisir à le testé mais Toril ne pouvait rien y faire, telle était sa destinée. Par ce serment, il se liait à la princesse des elfes noirs jusqu'à ce que cette dernière le libère de ce pacte, Ombre elle-même veillant à ce qu’il ne puisse rompre ce lien. Il n’avait désormais plus le choix, il devait combattre les grands mages et tuer le roi s’il souhaitait retrouver sa liberté et son indépendance.

-Princesse, par cette marque, je vous suivrai jusqu’en enfer car telle est la volonté de la déesse Ombre. Désormais, nous devons établir un plan d’attaque afin d’atteindre le roi et les hauts mages.

Dès lors, Toril échafauda diverses tactiques mais aucune ne semblait réalisable, toutes étaient invraisemblables de part la sécurité qui régnait au palais et le cruel manque d’effectif qu’ils avaient. Atteindre le roi n’allait pas être une partie de plaisir mais ils ne pouvaient faire marche arrière, le pacte les en empêchait. Le peuple moredrhrel allait connaître des heures sombres mais s’il voulait retrouver sa gloire d’antan, il devait passer par là. Ce petit groupe de révolutionnaires allait avoir besoin de la plus grande aide possible, ils devaient rencontrer les Bohémiens de Milo et conclure une alliance solide avec eux s’ils souhaitaient renverser le pouvoir car à l’heure actuelle, même Toril ne pouvait vaincre toutes les défenses du palais.

-Nous devons rencontrer les serviteurs de Milo et conclure une alliance avec eux si nous souhaitons vous voir au pouvoir. Nous allons dépendre d’eux car sans eux, nous n’avons aucune chance d’atteindre le roi.

Toril fixait la princesse droit dans les yeux puis il détourna le regard et retourna s’asseoir sur un fauteuil, attendant la réaction de sa nouvelle maîtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alÿrka San'Elëa

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 26
Localisation : Dans L'Ombre du Cauchemard
Date d'inscription : 08/05/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe Noir
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Réunion Secrète...[Libre, plusieurs personnes svp)]   Lun 2 Juil - 13:24

Je regardai avec insistance le Banni. Je lui répondit, l'air ailleur:

-Ne t'en fait pas pour cela, j'ai déja contacté les Bohémiens de Milo. Je leur ai donné rendez-vous à la Source...

Depuis un moment j'avais les yeux fixés sur un elfes qui tenait un parchemins dans ses doigts. Voya,y que je le regardai, il s'approcha et me tendit le parchemin. Je le saisit avec douceur et le déroulait calmement. Les quelques mots écrits me remontèrent. C'était une écriture épaisse de guerriers, sans fioriture et avec quelques taches. Les mots étanet par endroit à demi éffacés, mais le sens restait clair. cet homme dirigeait 500 hommes, qui me suivraient dans mon projet. C'était en tout cas ce que je tirai de cette écriture pateuse. Je lui sourit, et le remerçiait. Il inclina la tête et me dit:

-Je connais cet homme. Il ne vous trahira pas. Il n'a pu venir car sa femme est malade, il le regrette et m'a donné cette lettre pour vous...

J'hochai la tête et le remerciai de nouveau. Je fut surprise par un grattement familier, un grincement que je connaissait bien. Un forme se glissa sous la trape, et s'approcha en douceur. Il se dévoila alors à la lumière blafarde et chacun put voir le gobelin à la peau frippée et au couleur boueuses. Il était court sur pates, et je me baissait pour entendre ce qu'Erco avait à me dire. Il ne me chuchota que queslques mots, mais ceux-ci me donnèrent encore de la force:

-Moi avoir trouvé 700 elfes pour servir vous...

La phrases primitive ne faisait que rendre les mots encore plus vifs. Je me redressai, et annonçait la nouvelle à vois haute:

-Nous pouvons disposer de 700 autres hommes. Ce qui nous fait un total de 1200 guerriers. Mon père peut en compter 4500... Reste à savoir qui, de la poupulation, rejoindra mon père, et qui nous rejoindra...

Je laissait ma phrase en suspend, reflechissant intensément, lorsque le gobelin me tapota de nouveau l'épaule et me dit:

-Peuple proche de la famine, car roi ne rien faire, peuple prêt a suivre vous...moi penser...

J'avalai ses nouvelles paroles, puis me décidai:

-Je veux envoyer 7 hommes vers les 700 guerriers. Vous ferez 7 troupes de 100, puis vous nous rejoindrez à la source, par groupe de cents. J'en envoi 5 autre vers les 500 guerriers. Vous ferez la même chose. Les autres, vous venez avec moi...

Il fallait que j'avance, et, quitte à être un peu brusque, il ne me fallait pas faire comme mon père. Je désignait ceux qui devaient aller retrouvers les armées, hésitait sur Toril, puis finit par le garder près de moi, il pourrait peut-être m'être utile...


Chacun sortit, partant dans une direction diffrente. Il restait environ 25 hommes, dont 14 qui possedaient un cheval. Nous nous mirent en route vers la source...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réunion Secrète...[Libre, plusieurs personnes svp)]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réunion Secrète...[Libre, plusieurs personnes svp)]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon premier bal [Libre pour plusieurs personnes]
» Réunion secrète. [Pv: Susan, Alyssa, Bella, Zacharie, Zoé, Fortuna & Eda]
» Obama en chute libre ...
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalaness :: Hors RPG :: Les oubliettes :: RP terminés ou abandonnés-
Sauter vers: