Evalaness

Evalaness... Un nouveau monde magique...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petit contre-temps [Noire]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kalintz
Mercenaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 27
Localisation : Somewhere in this lost world
Date d'inscription : 17/07/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Petit contre-temps [Noire]   Mer 15 Aoû - 6:25

La nuit était tombée depuis deux bonnes heures déjà. Une brise tiède carressait mon visage insouciant, alors qu'allongé sur le sable nocturne, j'admirais le ciel étoilé. Ce n'était pas la première fois que je m'apprêtais à passer une nuit comme celle-ci, à la belle étoile. C'était même devenue une habitude pour moi. Et comme la plupart du temps, je me plaisais à observer les astres juste avant de sombrer dans le sommeil.
Je me trouvais sur la plage de la Lagune de la pierre de Lune, pour la deuxième fois ces derniers temps. Mais que voulez-vous ? C'est le travail. J'avais eu une mission des plus faciles, et je me demandais, à ce moment là, pourquoi on me l'avait confiée à moi. Peut-être parce que le client préférait être sûr que la tâche serait accomplie sans laisser de trace et avec le plus grand soin...
Ce n'était pas la première fois que j'avais eu affaire à lui.
Mais je ne vais pas m'étendre sur le sujet, ce genre de chose doit rester confidentiel. Devant moi s'étendait la lagune, tandis que derrière – et je me trouvais juste à sa lisière, la forêt dominait. Une forêt presque tropicale. Et puis en face, de l'autre côté de cet immense lac bleu, des falaises. L'endroit idéal pour passer une nuit tranquille.
...Enfin, c'est ce que je pensais. Je venais d'entendre un cri de joie, qui provenait justement des falaises de l'autre côté. Je m'assis sur le sable, et plissait les yeux... Pour voir une silhouette chuter le long des pierres grises, éclairées par la lune. Il brisa la surface de l'eau silencieusement, alors qu'une autre personne, en haut de la falaise, criait son admiration.
Le gamin – puisque c'étaient invraisemblablement des adolescents en quête de sensations fortes – qui était plongé remonta a la surface en éclatant de rire, et appela son camarade.
Je soupirai, et fermai les yeux deux minutes. Et puis, cette lagune n'appartenait-elle pas aux sirènes ? Je pris mon épée dans son fourreau, que j'avais posée à quelques centimètres de moi, et me relevai. Parce qu'évidemment, ce jeune homme n'allait pas retourner sur la falaise en escaladant, il allait passer par là, et je comptais bien à ce qu'il passe un sale quart d'heure.
Alors qu'il nageait vers la rive qui se trouvait un peu plus à gauche, je m'immobilisai.
Il me semblait avoir entendu un froissement derrière moi. Aux aguets, je me retournai lentement, pour observer l'obscurité que créaient arbres de la forêt.
Sans dire un mot, je dégainais simplement. J'étais presque certain que quelqu'un se trouvait là – et peut-être y était-il depuis un moment.
Scrutant de nouveau la profondeur des bois, j'aperçus enfin la silhouette qui se glissait vers moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 26
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Mer 15 Aoû - 17:25

Noire dormait à moitié, affalée contre l'encolure de Ioron. Lorsqu'elle voyageait la nuit, elle chevauchait ainsi : son étalon allait tranquillement où il voulait, tandis qu'elle somnolait, se réveillant de temps à autre pour lui donner une indication.
C'était la même chose cette nuit. Même Dragée se reposait dans le sac de la jeune fille. Mais au bout d'un moment, Noire émergea de son pseudo-sommeil. Elle n'avait pas remarqué qu'ils avaient quitté le chemin, et ils étaient maintenant au beau milieu d'une forêt dont la cîme des arbres n'arrivait pas à cacher la lueur pâle de la lune. Vu la malediction qui voyageait bien sûr constamment avec eux, ce n'était guère prudent de s'aventurer là, la nuit. Brigands, tueurs, marchands d'esclaves, bêtes féroces, crevasses... Mmmouais. Tout ça ne valait rien qui vaille.
N'ayant absolument aucun sens de l'orientation, Noire réveilla le chat volant d'une bourrade maladroite pour qu'il trouve un chemin fréquentable et s'étira en descendant de sa monture. Mais evidemment, elle se prit les pieds dans les etriers et, comme elle aurait dû s'attendre, s'écroula au sol dans un grand bruit qui était tout, sauf discret. Mais ce n'était pas tout. Dans son élan, elle dégringola un talus et tomba dans une mare aux couleurs douteuses. Quoiqu'il arrive, elle tombait toujours dans l'eau.
La jeune fille sortit plus vite de là qu'elle n'y était entrée, puis rouspetta toute seule en rejoignant Ioron et Dragée :


Pffff... me saoule ça... cette malchance... grmblmrbl...

Lorsqu'elle rejoignit ses deux compagnons, elle lança un regard noir au félin, qui s'étirait d'un air qui semblait signifier, en gros, "Lalalère". Bien que je n'ai jamais entendu de chat -même volant- dire "Lalalère", mais bon...
Elle leva les yeux au ciel et fit :


J'aimerai bien t'y voir, moi ! Y'en a qui seraient partis en depression depuis belle lurette... On peut dire que j'ai des nerfs d'acier. Alors je te conseille de...

Elle fut interrompue par des cris d'enfants qui eux, visiblement, s'amusaient comme des petits fous.

* Veinards... *

Curieuse, Noire saisit Ioron par un long bout de cuir qui faisait office de longe, et conduisit tout ce beau monde vers la source du bruit.
Quelques mètres plus tard, elle aperçu la lisière de la forêt, qui semblait émerger sur une sorte de... lac ? Sûrement...
Elle baillât, puis accelera le pas. Peut-être bien qu'il y avait un village accueillant, non loin de cette masse d'eau ?
Trop enthousiaste pour faire attention, elle sortit des feuillages obscurs à la quatrième vitesse, si bien qu'elle faillit s'embrocher sur une épée un peu trop aiguisée à son goût. Elle recula dans un sursaut et fit sur un ton qui n'admettait aucune réplique :


Non mais ça va pas ? Vous êtes malade ou quoi ? J'ai failli...

Noire s'interrompit soudainement. Elle venait de lever les yeux vers le propriétaire de l'épée et avait aperçu les légendaires cheveux blancs. Elle frémit un quart de secondes en se remémorant toutes les histoires que l'on racontait sur le fameux Milo. Elle l'avait malgré tout imaginé plus jeune que ça. Elle se dit que c'était peut-être une embuscade, puis chassa cette pensée de son esprit. Pourquoi le bandit le plus célèbre s'interesserait-il à sa misérable personne ? Elle devait avoir l'équivalent de quelques pièces volées, des provisions et de la ferraille dans son sac, pas de quoi en faire un drame.
Alors, pourquoi continuait-il de la menaçer de sa fichue épée sans un mot, comme un abruti ?

Par prudence, la jeune fille fit un pas en arrière et saisit discrètement le manche de sa dague, sous sa cape. Elle toisa celui qu'elle croyait être Milo d'un regard mauvaix, puis reprit la parole, plus calmement cette fois :


Vous voulez bien pointer ça ailleurs que vers moi, si ce n'est pas trop demandé ?

Elle désigna du doigt l'épée soigneusement forgée qui menaçait de la transperçer à tout instant. C'était une très jolie épée, d'ailleurs. Mais ce n'était pas le moment d'envisager de voler un malfaiteur qui la dévisageait d'une façon qui n'avait pas l'air pacifique du tout. D'ailleurs, elle aussi le dévisagea, et après reflexion, constata qu'il n'avait pas d'ailes. Ne racontait-on pas que Milo était un ange déchu ?
Enfin bref. Ce que les légendes ne disaient pas, c'était qu'il était plutôt beau garçon. Grand et fin, il semblait avoir l'agilité et la souplesse d'un chat, et Noire se perdit quelques instants dans ses yeux gris légèrement mélancoliques.
Elle battit des paupières, furieuse de penser à autre chose en cet instant que de sauver sa vie. Après tout, c'était quand même la priorité, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalintz
Mercenaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 27
Localisation : Somewhere in this lost world
Date d'inscription : 17/07/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Jeu 16 Aoû - 7:41

La personne qui se trouvait dans les sous-bois arriva beaucoup plus vite que ce que je ne pensais, aussi la pointe de mon épée l'effleura-t-elle avant que je ne recule un peu. Car il était évident qu'elle n'était pas là pour moi. Surtout après les paroles qu'elle venait de prononcer !
Je jetai un rapide coup d'oeil à sa tenue et levais un sourcil étonné. D'après moi, cette jeune femme était une vagabonde, une voleuse sans foyer. Ca coulait de source, lorsque l'on voyait ses vêtements couverts d'une substance... qui ressemblait à de la boue, en deux fois plus nauséabond...
Je laissais échapper un petit son de dégoût non retenu, et fronçais les sourcils, appréciant toujours le fait d'exagérer les choses pour mettre mal à l'aise.
Mon regard croisa alors une fraction de seconde celui de la jeune femme, vert profond, et j'abandonnai ma mine faussement blasée. Je remarquai son léger frisson, celui que toutes les personnes que je croisais avaient en m'apercevant. J'étais si habitué au fait que je ressemble apparemment à ce gamin appelé Milo, que ça en devenait lassant.
Bon il y'a bien des fois où je m'étais servi de ce petit avantage pour parvenir à mes fins, mais il m'avait aussi causé pas mal d'ennuis. D'ailleurs, je m'étais toujours demandé si le même sang ne coulait pas dans nos veines... Non, non c'était stupide.
Je reportai mon attention sur la jeune femme qui venait d'apparaître et qui avait recommencé à grogner, sans remarquer le mouvement qu'elle avait amorcé pour s'armer. Elle n'avait pas l'air bien dangereuse, après tout.
Non sans lever les yeux au ciel, je rengainais simplement mon épée, dans son fourreau que je tenais encore en main.


"Commez vous voudrez..."

Finalement, ça ne m'aurait peut-être pas embêté plus que ça qu'elle s'embroche sur la pointe de ma lame, au moins, j'aurais été débarassé d'elle. Au premier coup d'oeil, elle semblait bien obstinée, et pas très agréable à vivre - j'aurais donc du mal à m'en débarasser.
Je me raclai la gorge, la regardant de haut pour ne pas changer mes habitudes, et dis :


"Vous empiétez sur mon territoire... Si vous acceptez de partir sans faire d'histoire, je pourrais vous donner quelques pièces."

Evidemment, la prenant pour une mendiante, je trouvais cette idée assez ingénieuse... Vous l'aurez deviné, quand elle partirait, ce serait les mains vides. Mais que voulez-vous ? Ce sont les affaires. De toute façon, s'il elle refusait de s'en aller, j'avais encore plusieurs solutions pour m'en défaire.
J'avais presque chassé de mon esprit les deux adolescents qui étaient venus briser ma tranquillité. De là où ils se trouvaient, ils ne pouvaient pas nous voir, mais j'étais déçu de ne pas avoir pu me charger de leur cas à cause de cette étrangère.
Ce n'était vraiment pas mon jour de chance.
Et encore, je ne connaissais pas encore tout à fait l'ampleur de ces mots en cette belle nuit d'été...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 26
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Jeu 16 Aoû - 15:40

Noire fronça les sourcils. Le bonhomme aux cheveux blancs semblait aussi obstiné qu'elle. Mais il ne savait pas à qui il avait à faire... Il la regarda de haut tout en rangeant gentilment son épée. La jeune fille respirait déjà mieux.
Elle avait aussi remarqué le dégoût prononçé qu'il avait exprimé face à l'allure de la jeune fille, qui devait avoir l'air d'une pauvre gosse dans sa cape vaseuse. Elle esquissa un rictus et cracha d'un air moqueur :


Oh, pardonnez l'odeur, tout le monde n'a pas la chance de se balader avec les p'tits bracelets d'argent aux poignets, ou des habits soyeux et immaculés, et encore une épée ayant beaucoup de valeur...

* Encore un qui n'a pas dû vivre grand chose... le fameux Milo... pfff, gosse de riches, oui ! *

Il la toisa d'un air altier, puis lui proposa comme à une vulgaire mendiante :

Citation :
Vous empiétez sur mon territoire... Si vous acceptez de partir sans faire d'histoire, je pourrais vous donner quelques pièces.

Ah, il le prenait comme ça ? Grave erreur. Noire commençait à en avoir assez. Elle haussa les épaules et son esprit de contradiction se chargea du reste :

Votre territoire ? Pffff, alors là, tu crois au Père Noël je n'y crois pas une seconde... La plage est assez large, vous n'avez qu'à partir de l'autre côté. Et si pensez que je vais accepter quoique ce soit de la part d'un malfaiteur... Car vous êtes Milo, n'est ce pas !

Ce n'était pas une question, mais une constatation. Constatation qui était une énorme erreur.
Noire se campa sur ses pieds, bien décidée à rester là, même si ça n'avait pas du tout été son intention au départ. Il n'aurait jamais dû se montrer aussi désagréable. Elle releva le menton et le fusilla du regard. Elle ne devait pas tellement avoir l'air redoutable ainsi, ses boucles noires lui fouettant ke visage au gré du vent chaud du soir, ses vêtements masculins dégoulinant lentement sur le sable blanc au clair de lune. Mais la jeune fille n'en avait absolumment rien à faire.
Puis Dragée se manifesta en venant se poser sur son épaule. Il y en avait un qui, au moins, ne tenait pas compte de la tension presque palpable entre les deux jeunes gens...

C'est alors que la malchance repointa le bout de son nez, et une masse nuageuse se forma au-dessus de la Lagune. Il plu en moins d'une minute.
Noire battit des paupières pour chasser les gouttes d'eau qui ruisselaient sur son visage, pas plus étonnée que ça. Elle était lasse de cette malediction qui lui colait à peau comme un parasite...
Ioron s'agita, ne semblant pas du tout apprécier le changement de température. En effet, celle-ci avait considérablement chutée et le vent chaud d'été qui soufflait quelques instants plus tôt s'était transformé en souffle glacé qui semblait vouloir déraçiner les arbres, dans la forêt quelques mètres plus loin. C'est d'ailleurs là-bas que Dragée se réfugia à tire-d'ailes. Noire aurait certainement dû en faire autant, mais elle ne voulait pas tourner le dos au jeune homme. Qui sait s'il n'allait pas la poignarder dès qu'elle tournerait les talons ?


[Désolée, c'est très court alors j'ai rajouté le mauvaix temps pour compléter un peu... => Because manque d'inspi Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalintz
Mercenaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 27
Localisation : Somewhere in this lost world
Date d'inscription : 17/07/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Jeu 16 Aoû - 16:52

[c'est très bien Wink]

Je fixais toujours la jeune femme d'un regard hautain et faussement lassé lorsqu'elle lança une réplique qui eut pour seul effet de m'amuser. Et oui, je ne manquais pas d'argent, je volais parfois même, mais je travaillais dur (enfin, presque) pour parvenir à mes fins, moi. Je ne mendiais pas, moi.
J'haussai un sourcil sans changer d'expression, et sans répliquer, car j'attendais la suite. Elle venait de me toiser de bas en haut, exactement comme je l'avais fait pour elle quelques minutes auparavant.
Et elle prononça les mots si répétés. Je la trouvais si ridicule à cet instant que je ne pus retenir un léger rire moqueur. J'avais déjà décidé de ce que j'allais faire. Je choisis donc cet instant pour répondre :


"En effet, c'est moi. Je vois que vous n'avez pas peur de me défier. Ne pensez-vous pas que des hommes armés jusqu'aux dents sont cachés derrière ces buissons, et qu'ils attendent le moindre faux pas de votre part ?"

J'attendis quelques secondes avant de reprendre - car j'avais envie de m'amuser ce soir :

"D'ailleurs, je ne suis pas obligé d'attendre que vous fassiez une erreur, il me suffit de claquer des doigts pour mettre fin à votre vie ici, et maintenant."

Je fis un pas vers la jeune femme, puis un autre sur le côté. Je commençai alors à tourner un peu autour d'elle, faisant mine de la jauger, la main toujours posée sur le manche de mon épée.

"Mais...continuai-je en faisant semblant d'être pensif, il semblerait que vous ayez un corps...taillé pour le combat. Un poste de haut-rang parmi les miens ne vous intéresserait-il pas ?"

J'avais parlé sans flancher, maître à ce jeu d'habilité. Je n'étais pas encore sûr qu'elle entrerait immédiatement dedans, mais j'étais certain de pouvoir la convaincre. Bien sûr elle allait certainement poser des questions stupides du genre "pourquoi moi ?" ou bien refuser, mais ma proposition allait lui triturer l'esprit pendant des jours et des jours et elle regretterait cette oportunité qui n'en était pas une...
Les gens sont tellement prévisibles Rolling Eyes
Un chat tigré et... ailé vint de poser sur l'épaule de l'étrangère, je l'observais sans y faire attention, lorsqu'un grondement retentit, et que la pluie se mit à tomber dru. Pourquoi pleuvait-il ? Ce n'était pas la saison, et la chaleur agréable qui régnait quelques minutes auparavant ne l'avait pas laissé penser une seconde !
Je pris alors cet air (xD) et lançait un regard noir à la jeune femme. Quelle poisse ! C'était à cause d'elle, bien sûr ça ! Pff.
Le chat fila à l'abri, et je rêvai à cet instant de pouvoir faire la même chose que lui. Mais l'étrangère prendrait ça pour un signe de faiblesse, même si j'étais certain qu'elle rêvait de faire ça, elle aussi. Tant pis, notre orgueil nous forcerait à rester ici, et à finir assez trempés pour ne pas séchez avant le lendemain soir.
Cette idée me forca à laisser mon honneur de côté, et j'indiquai :


"Je vais finalement passer la nuit sous ces arbres, à l'abri. Vous vouliez cette plage, et bien la voilà, elle est à vous."

Sans attendre de réponse, je la contournai, vigileant, pour m'enfoncer dans les sous-bois. Bien sûr, je savais qu'elle me rejoindrait ! Elle n'avait pas encore répondu à ma proposition après tout, et elle ne semblait pas faire partie de ces femmes qui renoncent du premier coup. Non, elle était obstinée. Malheureusement pour elle, je l'étais aussi...
Je fis quelques mètres vers les profondeurs de la forêt, assez pour disparaître à sa vue, dans l'ombre, mais pour pouvoir continuer à l'observer.
Même ici, la pluie m'atteignait, donc pas possible d'allumer un quelconque feu. Génial...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 26
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Jeu 16 Aoû - 20:15

Noire plissa ses yeux verts, sceptique. Le jeune homme venait de confirmer ce qu'elle pensait depuis le début. Mais il l'avait avoué si facilement... Malgré tout ses efforts, elle ne réussit pas à se faire une idée. Mentait-il ? Disait-il vrai ? Et puis après tou, qu'est ce que cela pouvait bien lui faire, à elle ? L'honnêteté des gens ne la conçernait pas.
Milo, si c'était bien lui, avait une facilité déconcertante à insinuer le doute dans l'esprit de la jeune fille. Car à présent, il prétendait avoir ses sbires non loin, prêts à attaquer au moindre claquement de doigt. Bien sûr.
Alors pourquoi, dans ce cas, s'était-il senti si menaçé lorsqu'elle avait surgit des arbres, quelques minutes plus tôt ? Pourquoi n'avait-il pas demandé à ses soi-disants hommes de main d'aller voir ce qui se passait ?


* En tout cas, c'est pas clair, tout ça... *

Noire ne répondit rien, mais elle restait sur ses gardes. Il avait réussi à la mettre mal à l'aise. Sous cette pluie, on ne voyait pas à quelques mètres à la ronde...
Mais elle continuait de fixer son interlocuteur sans mot-dire. Tant qu'elle ne se serait pas fait d'idée sur la question, elle ne tenterait rien de stupide.

C'est alors qu'il se mit à tourner autour d'elle d'un air pensif. Elle réagit immédiatement :


Arrêtez ça ! Tout de suite !

S'il y avait bien une chose qu'elle ne supportait pas, c'était qu'on la regarde ainsi. Elle avait l'impression d'être un gibier, ce qui l'horripilait au plus haut point. Et si ce Milo continuait, hommes armés ou pas, elle risquait bien de lui tailler un peu ses cheveux blancs. D'ailleurs, pourquoi blancs ? Il ne pouvait pas être blond ou brun, comme tout le monde ? Rolling Eyes
Le jeune homme s'arrêta finalement pour lui proposer d'entrer dans ses rangs. Noire ne put retenir un éclat de rire. Le pauvre...


Premièrement, je n'ai ni dieux ni maître. Le premier qui s'avise de me donner un ordre, je le coupe en morceaux.
Deuxièmement, vous seriez bien mal avisé de me prendre dans vos rangs...


Amusée, elle pencha sa tête sur le côté. S'il savait, jamais il ne lui aurait fait cette proposition. De toute façon, ça ne l'interessait pas. Quoique, elle se serait bien amusée à mettre la pagaille chez ces fauteurs de trouble...
C'est alors qu'il renonça à cette plage trempée et fila sous les cîmes. Dès qu'il disparut de son champ de vision, Noire secoua la tête.


*Eh ben... c'est ça, le fameux Milo ? Terreur d'Evalaness ? Un jeune prétencieux qui a peur de la pluie ! Je m'étonne qu'on ai pas encore gagné cette guerre. Avec un chef comme ça, ils ne tiendront pas longtemps... *

Noire avança prudemment dans l'obscurité et le brouillard qu'avait provoqué cette averse jusqu'a atteindre la rive. L'eau noire et profonde ne lui disait rien qui vaille, et elle se demandait bien si elle n'avait pas eu une hallucination lorsqu'elle avait entendu des rires d'enfants.
C'est là qu'elle comprit. Le jeune homme s'était bien joué d'elle, bien qu'elle n'avait cru qu'à moitié à son histoire.
Quelques secondes avant qu'elle n'arrive à la Lagune, des rires d'enfants jouant dans l'eau avaient retenti. Si cet homme avait vraiment été Milo, ces gosses ne seraient-ils pas rentrés directement chez eux ? Il y avait suffisemment de légendes existantes faisant de lui un être sanguinaire que les enfants auraient dû être loin bien avant l'arrivée de la jeune fille...
Et puis, elle savait bien que le véritable Milo avait des ailes !

Noire secoua la tête puis, pour la peine, lança un galet dans l'eau. Puis elle tourna les talons et se dirigea vers ce qu'elle pensait être la forêt. Les nuages noirs ayant cachés la lune et la brume se faisant de plus en plus dense, elle ne voyait même plus ses mains en tendant le bras. Elle marcha une minute, puis se dit qu'elle devait être arrivée dans la forêt maintenant, la pluie tombant légèrement moins fort.

Noire commença alors à marcher à taton. Elle trébucha deux fois contre des racines invisible et sursauta lorsque Dragée vint se poser sur son épaule. Ah, alors lui, il voyait parfaitement !


* Que ça doit être peinard, la vie d'un chat... même ailé... Faudrait inverser les rôles, je m'amuserait bien, moi... *

Et PAF !!!


Et voilà. Quelques secondes d'innatention, et la jeune fille avait percuté un arbre. Et elle n'y était pas allée de main morte : tout le coup s'était porté sur le nez.
Elle le saisit en jurant haut et fort dans le silence de la nuit interrompu par la pluie :


Aïïïïe !!! Bordel, j'en ai marre de cette malédiction... Pourquoi c'est tombé sur moi d'abord...

Dans son élan de colère, elle attacha la longe de Ioron, qu'elle tenait depuis le début, à l'arbre qu'elle avait percuté, puis s'assit à même le sol, butée, se massant désespérément le nez. Elle se justifia inutilement à l'adresse de son félin :

On ne voit plus rien, et avec la veine que j'ai, je suis bonne pour me casser le cou là-dedans. C'est terminé pour aujourd'hui. On va camper là, sous la pluie s'il le faut. Au moins, ça n'a jamais tué personne, la pluie. Même les maudits...

Bien qu'elle ne se sentait pas du tout de dormir là, il le fallait bien. Elle continuait à se frotter le nez de façon circulaire pour tenter, en vain, d'arrêter la douleur. Il n'y a pas de justice dans ce monde de brutes...

C'est alors qu'elle sentit une présence. Elle ne pourrait pas dire comment et n'en était pas sûre, mais dans le noir total, elle avait l'impression que quelqu'un -ou quelque chose- l'observait. Elle frissona. Elle n'avait jamais aimé les histoires d'horreur, et c'est précisément à ce moment là que lui revinrent toutes celles que lui avait raconté Harmin dans leur enfance.
Noire se recroquevilla contre Ioron, serra Dragée contre elle et ferma les paupières le plus fort qu'elle le pouvait, histoire de se rassurer. Ce qui ne fonctionnait pas vraiment, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalintz
Mercenaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 27
Localisation : Somewhere in this lost world
Date d'inscription : 17/07/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Ven 17 Aoû - 7:30

La pluie ne s'arrêtait pas. Elle avait été si inattendue et si soudaine que je me posais encore des questions quant à son origine. N'importe quel être doué du pouvoir de contrôler de l'eau aurait pu la créer, et tous mes soupçons se dirigeaient vers la jeune femme. Elle l'avait fait exprès pour m'embêter xD
Je repensais à la réponse qu'elle avait donnée, suite à ma propositon "de la faire rejoindre mes rangs", que je n'avais pas. J'essayais de savoir pourquoi elle avait dit sur ce ton là, que je serais mal avisé de l'engager. Cette femme détenait un secret, c'était certain.
Mais je ne faisais pas partie de ce genre de personnes qui cherchent des potins à raconter à tous les coins de rue. Bien sûr, la curiosité avait commencé à m'envahir, mais si son secret le restait, ça ne changerait rien à ma vie.
Et elle semblait détester les ordres autant que moi.
Alors que je songeais à tout cela en essayant de l'apercevoir dans cette obscurité, j'entendis un PAF! retentissant et... l'étrangère parler toute seule o_Ô


*Ouille... ça a dû faire mal...*

J'étais presque compatissant. Presque ! Mais mon attention avait de nouveau été attirée par ses paroles. Maudite ? C'est ce qu'il m'avait semblé entendre, mais avec cette pluie digne d'un hiver glacial, je n'étais pas sûr d'avoir bien compris.
J'étais appuyé à un arbre, à peine quelques mètres plus loin. Je distinguais l'ombre de la jeune femme, et les yeux de son chat. Son chat qui me repérerait facilement s'il tournait la tête vers moi. Mais je ne cherchais pas à me cacher, ni à espionner qui que ce soit...
Il fallait savoir aussi, elle voulait la plage et je la lui avais donnée, pourquoi était-elle revenue m'embêter ?! Les humains alors...
Avec un soupir, je plaçai mon épée dans mon dos et tentai d'observer les alentours. Je ne voyais pas grand chose, encore moins un endroit où s'abriter. Résigné, je reposai mon regard vers l'endroit où je pensais qu'était la jeune femme.
Quelque chose d'incontrôlable et de très désagréable me poussa alors à faire ce que je fis... à savoir passer à côté d'elle (qui devait terriblement souffrir après s'être cognée XD), en direction de la plage, et lancer :


"J'ai cru repérer un abri convenable, creusé dans la roche de la falaise, tout à l'heure avant qu'il ne pleuve et que vous ne troubliez ma quiétude."


Je ne comprenais pas pourquoi je lui avais indiqué ce détail. Et je me maudissais intérieurement d'avois parlé. Bon sang, pourvu qu'elle décide de m'ignorer, ou qu'elle n'ait rien entendu !
Je franchis la lisière de la forêt, et fût à nouveau agressé par des milliers de gouttes d'eau. Ca tombait dru, si bien que je ne voyais pas, moi non plus, à trois mètres de moi. Je plissais les yeux, et eut une petite pensée pour les deux adolescents qui avaient tenté de profiter de la soirée. Bien fait.
Je me dirigeais vers la gauche, du moins je pensais le faire. J'espérais plus que tout ne pas tomber dans la lagune, mais, après réfléxion, je n'en serais pas sorti plus trempé.
J'aurais voulu m'envoler, mais impossible avec cette pluie battante. Je me serais retrouvé à l'envers empêtré dans le feuillage d'un arbre ! Je préférais éviter ce genre de choses...
Ce n'était apparemment pas ma soirée.
Avançant à tâtons, j'aperçus enfin l'ombre de la falaise, à quelques mètres devant moi. Enfin ! J'accélérais un tout petit peu, et commençai à tâter le mur de pierre. J'en avais pour des heures... Avec un peu de chance je trouverais la petite grotte avant le lever du soleil !
Heureusement que j'avais gardé ma perception elfique de ce qui m'entourait. Je la repérai plus facilement que ce que je pensais, et me mis à l'abri plus rapidement qu'il ne faut de temps pour le dire. Avec un soupir de soulagement, je m'appuyai dos au mur la tête contre et fermai les yeux quelques secondes.
Je pestais intérieurement contre la pluie pendant que j'essorais mes vêtements et me déchaussais. Jusqu'au moment où je cru entendre des pas. J'avais presque oublié l'étrangère !
Je relevai la tête vers la sortie de la cavité et plissai les yeux. Il semblait n'y avoir personne pourtant... Pourtant, je savais reconnaître une présence quand il y en avait une. Je posai discrètement la main sur le pommeau de mon épée, et penchai la tête sur le côté pour mieux écouter, aux aguets.
Si ça se trouve, les jeunes de tout à l'heure avaient eu la même idée que moi ? Ou un ours polaire se trouvait juste à trois centimètres de moi... Ca ne m'aurait pas étonné, au vu de la chance que j'avais ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 26
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Sam 18 Aoû - 16:01

Cela faisait quelques minutes déjà que Noire était recroquevillée sans bouger d'un pouce quand elle perçut, dans le vacarme des gouttes d'eau s'écrasant au sol, des bruits de pas qui avaient l'air déterminés. Elle ouvrit un oeil mais, comme par hasard, ne vit rien. C'est alors qu'une voix retentit, ce qui eut le don de la faire sursauter si vivement qu'elle doutait que quelqu'un d'autre ai déjà sursauté comme ça. Bon, comme il n'y avait pas de concours de sursaut, elle chassa ces pensées de son esprit et se retourna vers l'endroit d'où provenaient les paroles.
C'était l'imposteur. Pfff, qu'est ce qu'il faisait encore là, celui là ? N'avait-il pas dit qu'il allait se mettre à l'abri ? Si !


* Soit c'est une affreuse coïncidence, soit il me suit. Etant donné ma malchance, je pencherai pour la première solution... Ralala ! *

Noire leva les yeux au ciel et reporta son attention sur les paroles du jeune homme.

Citation :
J'ai cru repérer un abri convenable, creusé dans la roche de la falaise, tout à l'heure avant qu'il ne pleuve et que vous ne troubliez ma quiétude.

Sa quoi ? Quiétude ??? Pfff, c'était quoi ce langage sarcastique ?
Noire esquissa une grimace de dégoût, mais retint ses dires précédents. Elle rêvait où il venait de lui signaler un abri au sec ? Il devait être complètement masochiste. Quoique, il n'était pas censé être au courant de la poisse qu'elle portait...
La jeune fille le vit disparaitre au coin d'un arbre, puis elle se retrouva à nouveau à s'inquiéter de l'obscurité. Elle décida d'analyser la situation, ce qu'elle ne faisait que très rarement :


* Bon. Si le temps ne change pas, j'en ai pour une une longue nuit de terreur et de veille. En plus, il devient évident qu'il est seul. Et s'il cmptat me tuer, il aurait déjà eu de nombreuses occasons de le faire... c'est décidé, j'y vais ! *

La jeune fille s'étira longuement, essora inutilement sa cascade de cheveux, détacha Ioron et se mit en route, sur le dos de létalon cette fois. Elle ne comptait pas se prendre un arbre une nouvelle fois...
Lorsqu'elle sentit l'averse se faire plus importante, elle devina qu'elle était de retour sur la Lagune. Elle descendit alors de sa monture et senit le sable mouillé s'aplatir sous ses pieds - elle était effectivement sur la plage.
Elle essaya de se rappeller où était située la falaise... Elle avança donc prudemment jusqu'à distinguer une masse plus sombre derrière le rideau épais de la brume.


* Bon. Voilà la falaise. Mais comment je fais pour retrouver cet "abri", moi ? *

Sitôt ces pensées avaient-elles effleuré sont esprit que le brouillard se desépaissit, puis disparut. Noire se rendit alors compte que l'averse s'était transformée en pluie plus calme, et le clair de lune illumina une nouvelle fois la Lagune.
La jeune fille resta quelques instants bouche bée. Sa malediction n'agissait-elle plus ? Dans le cas contraire, pourquoi le temps s'était-il si vite dégagé ?


* Ou alors, un malheur plus grand encore m'attends dans cet abri... C'est pour ça qu'on veut que j'y arrive en un seul morceau ! *

Déroutée, Noire ne savait plus quoi faire. Elle apperçut une cavité sombre creusée dans la falaise et, à défaut d'autre choix, s'y rendit. Au moins, elle y serait au sec. Et puis si le jeune homme tentait quoique ce soit, elle savait quand même se défendre...

Lorsqu'elle arriva devant la cavité, après quelques minutes de marche prudente, elle hésita avant d'entrer. On y voyait moins qu'à l'exterieur, mais c'était toujours mieux que seule, dans la forêt, terrifiée à cause d'histoires pour gosses.
Noire entra alors, puis lorsque plus aucune goutte d'eau ne l'atteint, elle retira sa capuche, plissant ses yeux dans la pénombre pour aperçevoir l'imposteur. Il lui semblait voir quelque chose un peu plus loin, mais elle n'aurait pu dire si c'était le bonhomme aux cheveux blancs ou un simple rocher. Ou une bête féroce...

Pas vraiment rassurée, elle demanda :


Hey !!! Y'a quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalintz
Mercenaire
avatar

Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 27
Localisation : Somewhere in this lost world
Date d'inscription : 17/07/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Dim 19 Aoû - 11:39

En entendant des pas, j'avais relevé la tête et plissé les yeux vers la sortie de la cavité. Puis j'avais laissé mes sens aux aguets, pas certain d'avoir vraiment entendu quelque chose. Méfiant, je me retrouvais maintenant dans l'ombre d'un des murs, à avancer, pieds nus (bon sang, pourquoi avais-je si tôt retiré mes chaussures ?!), vers la sortie. Je cherchais à être discret, au cas où ce n'était pas l'étrangère de tout à l'heure.
C'est alors qu'une voix, à quelques centimètres de moi à peine, retentit. "Hey !!! Y'a quelqu'un ?" Reconnaissant immédiatement l'humaine, le laissai échapper un "Shht !!" alors qu'elle ne s'attendait certainement pas à ce que je me trouve si près d'elle, collé à la paroi de la grotte.
Pour me rattraper, je lançai donc :


"Evitons d'indiquer à tout le monde que nous sommes ici."

Dehors, la pluie s'était un peu calmée. Etrange phénomène à mes yeux... Mais le vent n'hésitait pas à s'engouffrer dans la cavité et à me glacer le sang jusqu'aux os. Heureusement que j'étais habitué à différentes conditions climatiques. Même si cette averse avait été si soudaine que je ne m'était préparé en rien !
Décidant de ne pas dire un mot de plus à la jeune femme, je me retournai et avançait, un peu à l'aveuglette, vers l'endroit où j'avais posé mes affaires...
Jusqu'au moment où je glissai pitoyablement et m'écrasai lourdement sur le sol, les fesses endolories. Je laissai echapper un juron, et me relevai, stupéfait de ma propre maladresse. Légèrement gêné, et me demandant si l'étrangère avait entendu quoique ce soit qui puisse me trahir, je dis, légèrement grognon :


"Hum... Faites gaffe, le sol est glissant ici.. grlbmgrl..."

Je frottai mon fessier endolori x) et récupérai mes chaussures. Elles étaient trempées, mais il valait mieux pour moi que je les gardes pour l'instant. J'avais gardé mon épée sur moi, par prudence.
Mes pensées se dirigèrent vers l'inconnue alors que je continuais à me chausser. Je me questionnais encore sur le fait que je l'aie invitée à me rejoindre, et je me demandais aussi si elle pensait toujours que j'étais Milo. Certainement pas... J'avais laissé entendre que j'avais des hommes alentour, et pourtant, je me terrais dans ce trou à rats. Ce n'était pas plausible...
Cependant, quittes à passer le reste de la nuit dans la même galère, je préférais attendre qu'elle me pose des questions plutôt que d'avancer sur le sujet. Comme ça, s'il elle avait envie de me laisser tranquille, j'accepterais avec plaisir.
Je n'étais plus très certain qu'elle fût une mendiante. Sa façon de parler, et le fait qu'elle possède un cheval (qu'elle savait certainement monter) laissait penser qu'elle avait tout de même reçu une certaine éducation, non ? Peut-être avait-elle fui. Dans tous les cas, elle semblait bien sombre et pessimiste pour une femme qui avait l'air de ne pas tenir Milo dans son coeur.
Ayant terminé avec mes chaussure, je me redressai. Je n'avais pas envie de passer la nuit sur le qui-vive, extrêmement vigilent, et de ne dormir que d'un oeil. Je proposai alors :


"Bon. Je n'ai pas envie de faire la gue-guerre ce soir, alors je vais vous proposer un marché. Je prends ce coin là (je montrai du doigt un coin de la cavité) et vous celui-là. Vous me laissez tranquille et je fais de même. Comme ça, je pourrais dormir sur mes deux oreilles et vous aussi."

Je marquai une pause le temps de lui faire enregistrer l'information (xD), et ajoutai :

"Je peux nous faire un feu...Le noir c'est pas votre truc, hein ?"

La cavité était trop sombre pour que je vois sa réaction. J'attendis donc une quelconque réponse de sa part en jetant un rapide coup d'oeil derrière moi pour m'assurer que la grotte n'était pas plus grande (et que donc rien ne se cachait au delà) que ce que j'avais vu plus tôt, et repensai à sa réaction, un peu impulsive, de toute à l'heure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noire McLaught
Voyageuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 26
Localisation : Sur les routes d'Evalaness
Date d'inscription : 10/06/2007

Carnet de Voyage
Races: Humain
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   Dim 19 Aoû - 22:10

A peine avait-elle lancé sa demande que quelqu'un, tout proche d'elle, lui intima de se taire en un "Shhhht" discret, mais qui, une nouvelle fois, la fit sursauter. Elle constata alors que le jeune homme, qu'elle avait cru quelque part au fond de ce trou, se tenait justement tout près d'elle. Mais dans la pénombre, elle ne l'avait pas remarqué une seule seconde.
Fatiguée qu'il la surprenne aussi facilement à chaque fois qu'elle ne le voyait pas, elle soupira puis râla :


Vous le faites exprès ou quoi ? Ça vous amuse ?

De son côté, il suggéra simplement d'éviter de prévenir "tout le monde" de leur présence. Noire s'interrompit dans son sursaut d'humeur et lui lança un coup d’œil intrigué : sous cette pluie, ça l'aurait bien étonnée qu'il y ait encore grand monde dans le coin !
Enfin bon. Cet imposteur était assez étrange, en réalité. Aussi, la jeune fille ne releva pas. Ou du moins, pas cette fois.
C'est alors que le jeune homme glissa et s'écrasa royalement par terre. Noire s'esclaffa ouvertement, histoire de rendre la monnaie de sa pièce à celui qui avait fanfaronné devant sa cape couvert de vase.
Noire lui emboitta le pas et, lorsqu'elle fut assez près de lui, elle lui balança sans gêne :


Môsieur le Bourgeois fait moins le malin, maintenant, hein !

Elle l'observa se mettre ses chaussures (ils les avait enlevées ? Shocked ) jusqu'à ce qu'il parle de partager la cavité en deux coins, un pour elle, un pour lui. Allons bon, ça ne la dérangeait pas du tout, mais avec la poisse qu'elle apportait, les deux jeunes gens ne risquaient certainement pas de "dormir sur leurs deux oreilles".
Elle aquiesça donc silencieusement, puis il proposa d'allumer un feu. Noire sourit, puis répondit sur un ton légèrement sarcastique :


Vous pouvez toujours essayer... C'est pas tellement le noir que j'aime pas. C'est ce que je peux m'imaginer quand il fait noir... y'a une différence.

Oups. Noire en avait un peu trop dit, à son goût. Enfin bon, ce n'était pas très grâve... A son tour, elle décida de poser des questions :

Pourquoi vous vous êtes fait passer pour Milo ? Pour mieux vous faire détester ?

Elle avait parlé d'un ton un peu plus agressif qu'elle l'aurait voulu, mais après tout, c'était lui qui avait menti !
Noire le fixa quelques instants de ses yeux verts pétillants pour voir sa réaction, puis demanda autre chose :


Et franchement, pourquoi m'avoir proposé de venir ? Je croyais que "je troublais votre quiétude"...

Noire leva les yeux au ciel et prit Dragée dans ses bras en attendant des réponses. Le félin, pas plus perturbé que ça par son pelage trempé, ronronna en se roulant en boule contre elle. Il semblait avoir confiance en l'étranger.

* Mais Dragée n'est pas ce que l'on peut qualifier de référence... *

Elle releva les yeux vers le jeune homme en face d'elle -ou du moins, le peu qu'elle voyait de lui dans l'obscirité- et attendit une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit contre-temps [Noire]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit contre-temps [Noire]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit contre temps de dernière minute [Pv Yumiko][Fini]
» - [ Comme un léger contre temps ] - PV
» Contre temps aux grottes du temps [Konjo]
» Un petit peu de temps libre [Privé Keris]
» Des p'tits liens pour Petit Temps du clan de l'été!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalaness :: Hors RPG :: Les oubliettes :: RP terminés ou abandonnés-
Sauter vers: