Evalaness

Evalaness... Un nouveau monde magique...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Après l'effort, le réconfort [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lumiel
Fée Cléptomane
avatar

Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 29
Date d'inscription : 25/11/2007

Carnet de Voyage
Races: Fée
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Dim 25 Nov - 15:15

Voilà plusieurs heures que l'astre solaire s'était couché. C'était maintenant le temps pour ceux qui restaient dans l'ombre de sortir pour pratiquer leurs affaires douteuses. Le temps pour Lumiel de montrer le bout de son museau et de visiter, comme à son habitude, les maisons qui renfermaient les richesses tant convoitées. Certains ne manqueront pas de dire que c'est un boulot méprisable que voilà. Lumiel leur répondrait qu'au moins elle, elle ne doit rien à personne.

Alors que le silence le plus total était tombé sur la ville, une petite chatte noire aux yeux noisettes sortit de l'obscurité inquiétante de la ruelle. Une petite hermine blanche la suivait de près. Les deux animaux avançaient tranquillement et en silence dans les rues désertes. Une ou deux fois, ils croisèrent un ivrogne qui ne s'étonna pas de voir un chat à cette heure ci. Dans ces cas là, l'hermine se faisait discrète, car le fait qu'elle suive la féline serait évidemment contre nature pour ceux qui les voyaient ensembles. Les étoiles et la lune brillaient trop au goût de Lumiel, mais elle fera avec.

Les deux animaux s'arrêtèrent enfin devant une maison qui, vu son aspect, semblait contenir moult richesses. Voici l’un des petits plaisirs de Lumiel ; voler les bourges. Cela aurait été peut-être une noble quête si elle donnait son butin aux pauvres, mais il n’en est rien. La chatte noire s’assit un moment et lécha d’un air distrait sa patte pour se nettoyer l’oreille. Pendant ce temps, l’hermine partit en éclaireur et fit le tour de la maison. Quand il refit son apparition, la chatte se redressa et, la seconde d’après, la féline avait disparu pour laisser place à une fée.

Cette dernière était seulement vêtue d’une tenue noire qui moulait parfaitement ses formes. Elle s’arrêtait juste en haut de ses cuisses et laissait son dos nu où s’échappait ses ailes de papillon immatérielles aux couleurs roses et bleues. Sa peau de miel donnait un air exotique à la jeune fée et ses longs cheveux blancs étaient ramenés en arrière par une queue de cheval. La fée portait des bracelets d’or épais aux poignets et aux chevilles. Sa seule arme semblait être un poignard dont l’étui ornait ses hanches, ainsi qu’un sac qui servait à ranger son butin.

La fée eut un rictus moqueur. Cette infiltration allait être plus facile qu’elle ne le pensait. L’hermine s’agrippa à la jambe de sa maîtresse pour remonter le long de son corps, jusqu’à arriver à son épaule. Lumiel caressa son museau en souriant et s’envola gracieusement . Elle arriva à une fenêtre du premier étage et posa sa main sur le bord.


" A toi l’honneur, Mika. " murmura t-elle d’une voix malicieuse.

L’hermine ne se fit pas prier et marcha sur le bras de Lumiel qui était droit comme un pont. Une fois arrivé au bord de la fenêtre, il se mit à gratter frénétiquement dans l’un des coins où une petite fissure s’était formée. En deux temps trois mouvements, il était à l’intérieur. Pour sa part, Lumiel redescendit pour s’attaquer à la petite fenêtre du rez-de-chaussée. Elle la crocheta sans mal et, après avoir passé un rapide coup d’œil, elle entra. La fenêtre était étroite mais Lumiel était mince et souple. Elle réussi à passer après quelques petites flexions.

La fée inspecta la pièce de son regard noisette. Elle se mit à battre des ailes afin de ne pas faire grincer le plancher. Volant à basse altitude, elle inspecta les moindres recoins de la maison. Elle trouva bon nombre de richesses, mais pas ce qu’elle cherchait. Puis elle aperçut que Mika descendait l’escaliers par de petits bonds. Il regarda sa maîtresse de ses yeux noirs, qui répondit par un sourire. Mika avait trouvé. L’hermine retourna dans la pièce du haut pour monter la garde et Lumiel la suivit. La porte de la chambre n’était pas fermée, ce qui allait lui faciliter les choses. Elle l’ouvrir avec lenteur. Heureusement que les bourges avaient les moyens de huiler leurs portes. Dans la pièce dormait un homme et une femme dans un grand lit. Lumiel ne leur prêta aucune intention et regardait Mika qui grimpait le long de la poutre à l’aide de ses petites griffes. La fée vola jusqu’à la poutre, et c’est là qu’elle trouva enfin ce qu’elle cherchait ; un petit coffre en acajou. Elle félicita son compagnon d’une douce caresse et prit le coffret qu’elle fourra dans son sac. Mika y entra aussi et, discrètement, la fée repartit par où elle était venue.

Une fois à l’air libre, elle vola quelques instant dans le ciel et fit de longs étirements paresseux. Trop facile, comme toujours. Bon, qu’allait-elle faire maintenant ? Se prélasser au bord de la rivière ou boire un coup à la taverne ? Bon, va pour la taverne, elle avait envie d’alcool ce soir. Elle vola jusqu’au lieu dit. Mika en profita pour sortir du sac et s’enrouler autour du coup de sa maîtresse. La fée poussa la porte et plusieurs regards se tournèrent vers elle. Presque que des hommes. Certains étaient même surpris de voir une jolie fée, habillée si court en plus, traîner dans cet endroit pour alcoolique. Lumiel ne leur rendit pas leurs regards et s’avança vers le comptoir. Les hommes l’oublièrent bien vite, concentrés sur leur verre. La fée en profita pour faucher quelques pièces dans une bourse à la ceinture d’un client, qui sera sûrement trop ivre pour s'appercevoir de leur absence.

Elle s’installa sur une chaise du comptoir et croisa les jambes. Mika descendit sur la table et se roula en boule près de la main de sa maîtresse qui lui gratta le coup. Le tavernier s’avança vers elle pour prendre sa commande et elle répondit d’un air absent.


" Une liqueur à la framboise, s’il vous plaît. "

Lumiel mit sur la table les pièces qu’elle venait de faucher. Le tavernier, du genre malpoli et grincheux, prit les pièces sans un merci et se contenta de lui servir sa boisson. La fée remarqua l’humeur fort désagréable du patron et le regarda, un sourire mesquin aux lèvres.

" Vu votre amabilité, ne vous étonnez pas qu'il n’y ait que des alcoolos dans votre établissement miteux. "

Le tavernier se raidit, visiblement peu habitué à voir ses manières remises en cause. Il l’aurait bien foutue à la porte, mais pour qui le prendra t-on s’il osait lever la main sur une femme ? Prenant sur lui, il se contenta de grommeler dans sa barbe et de s’éloigner de la fée.

Un air satisfait orna les lèvres de Lumiel et elle but une gorgée de son verre. Mika commençait à s’assoupir sous les douces caresses de la fée, qui le récompensa de ses efforts en sortant de son sac quelques raisins secs, sa friandise préférée. L’hermine accepta le cadeau et se mit à déguster d’un air bienheureux les raisins en restant collé à sa maîtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Navildur Lestra
Guerrier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Age : 29
Localisation : Quelque part... dans un lieu retiré
Date d'inscription : 15/08/2007

Carnet de Voyage
Races: Bohémien
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Mer 28 Nov - 21:42

La nuit allait très bientôt tomber si cela n'était pas déjà le cas car Navildur commençait à ne plus rien voir. Il devait impérativement s'arrêter avant de reprendre sa route. Il vit non loin de là où il se trouvait une auberge avec de la lumière, elle devait surement être ouverte. L'homme décida donc de se diriger vers celle ci. Avant de rentrer à l'intérieur, il attacha son chameau pour éviter qu'il s'en aille. Une fois cela fait, il entra dans l'auberge. Il poussa la porte et rentra enfin, la porta grinça un peu lors de son arrivée ce qui provoqua un mouvement de tête vers lui. Navildur était habillé d'un long manteau sombre qui recouvrait en même temps son visage et porter comme des foulards qui masquait son visage. La plupart des têtes se retourna vers leur verre mais certaines le suivaient du regard avant de décrocher à leur tour. Le Bohémien alla s'installer au bar. Le tavernier demanda sa commande et Navildur décida de prendre juste un verre d'eau bien frais. Le patron de l'auberge le regard d'un air stupéfait car il avait pas l'habitude de ce genre de commande.

Le temps que l'homme lui apporte sa commande, Navildur regarda autour de lui les personnes présente. Apparament, certaines personnes n'aimaient pas trop le voir ici et elles le regardaient d'un air méchant. On pouvait voir rien que par leur regard qu'ils seraient capable de l'abattre tout de suite. Puis le tavernier lui apporta sa commande et Navildur lança la monnaie sur le comptoir. Navildur saisit son verre et bu d'un coup toute l'eau qui si trouvait a l'intèrieur. En reposant son verre sur le comptoir, il vit une jeune fille a côté de lui. Il l'observa de haut en bas et regarda de nouveau devant lui.

Navildur appela de nouveau le tavernier qui se dirigea vers lui mais avant qu'il arrive a sa hauteur, le Bohémien s'écarta rapidement sur le côté esquivant un poignard lancé par des hommes derrière lui. Navildur si dit qu'heureusement qu'il y avait ses verres super bien nettoyer devant lui car grâce à cela il avait réussit à voir l'arme se diriger vers lui.

Navildur regarda les hommes qui l'avait attaqué. Ils était une demi-douzaine tous armé d'un sabre ou une épée. Ils n'aimaient pas trop les étrangers apparament et leur niveau très élevé d'alcoolémie n'arrange pas les choses. Navildur les regarda et sortit son sabre rouge qui fesait sa réputation de derrière son manteau dans le dos.

Il était prêt a les affronter. Le premier décida de se lancé suivit par ses camarades. Navildur esquiva son attaque et lui mit un coup de pied pour le propulser plus loin. Pendant ce temps, deux autres l'attaquèrent et le Bohémiens stoppa leur attaques avec son épée. Il attendit une ouverture et lorsqu'il la trouva enfin, il en profita pour leur placer une attaque mortel. Il en avait deux en moins.

En voilà une autre qui se jeta sans réfléchir sur le Bohémien qui l'esquiva sans difficulté et lui planta son épée dans le dos lui transperçant le coeur. L'alcool qui avait bu l'avait surement rendu inéfficace au combat. Mais trois autres en profita pour l'attaquer par derrière mais Navildur esquiva leur attaques d'une rapidité très élevé. En effet, le Bohémien était très rapide et précis dans ses gestes, c'est ce qu'il fesait sa réputation de bon combat. Navildur les tua eux également d'un coup touchant leurs points vitaux.

Il en restait encore un petit nombre. Certains d'entre eux en profita pour fuir mais un seul resta. Il regardait Navildur dans les yeux qui fesait de même. Puis l'homme l'attaqua à son tour mais cet homme semblait plus expérimenté et fort que les précédent, surement le chef de la bande. Navildur le laissait prendre les devant attendant encore une fois l'erreur qui provoquera sa mort. Et il finit par la voir, l'homme fit une toute petite erreur qui laissa le temps à son adversaire de lui portait un coup fatal.

Navildur retira son katana de l'homme qui venait de tuer et regarda autour de lui. Il n'y avait pu personne dans la salle sauf une seule personne, la jeune femme qui était assis à côté de lui juste avant de se faire attaquer. Il la regarda longuement avant de ranger son épée et de dépouyer les types qu'il venait de tuer, espérant trouver quelques chose de bien sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwen Aldaríon
Fée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 28
Localisation : chez moi^^
Date d'inscription : 26/10/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Mer 28 Nov - 23:06

Inwen entendit du bruit dans une taverne. Les bruits d'une bagarre... Elle courut voir ce qui se passa.
Elle entra et vit la fin du combat du bohémien, et une fée qui n'avait pas bougé. Elle regarda longuement l'homme dépouiller les cadavres, et admira leur nombre. Il doit être doué à l'épée...ou plutôt au katana se dit-elle en avisant son arme.
Puis elle se tourna vers la fée et en resta ébahie. Une fée très belle et... aguicheuse. Interressant! Elle se dit que ce serait passionant de mieux la connaître.
Enfin Inwen avisa le tavernier et l'aspect désordonné de la taverne. Elle souria lugubrement et s'avança.


"Eh bien, c'est une très jolie taverne, dit-elle nonchalement, et un fort joli spectacle."

Elle se tourna vers le bohémien.

"Avez-vous trouvé quelque chose d'interessant?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chirdhe.skyrock.com
Lumiel
Fée Cléptomane
avatar

Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 29
Date d'inscription : 25/11/2007

Carnet de Voyage
Races: Fée
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Jeu 29 Nov - 22:29

La fée aux cheveux de neiges commençait à somnoler. Elle se sentait sereine ici. Qu’il était bon de ne rien faire parfois, après une dure journée de labeur et de venir boire un bon verre d’alcool en compagnie de sa très chère hermine. Le petit animal au doux pelage avait posé sa petite tête de rongeur sur le poignet de sa maîtresse pour réclamer des caresses. Lumiel lui accorda ce plaisir en lui grattant le derrière des oreilles. Même la pression qui commençait à se faire sentir à l’arrivée du bohémien ne la troubla pas, pas plus que quand il prit place à côté d’elle et l’observa. La fée était habituée aux regards curieux, sûrement dus à sa tenue et à son physique peu commun, et elle avait apprit à ne plus les rendre.

Cependant, elle commença à être agacée quand un poignard frôla son voisin. Alea Jacta est. La taverne n’était plus un endroit tranquille. Et à cause de qui, encore une fois ? A cause de ces êtres méprisables qu’étaient les humains, et dont on voyait souvent la vraie nature se révéler sous l’effet de l’alcool. A ses yeux, ils étaient aussi pourris jusqu’à la moelle que les adeptes de Milo.

Son mystérieux voisin se décida à riposter. Mika commença à pousser des petits cris, agacé lui aussi de voir sa tranquillité prendre fin. Lumiel soupira de lassitude ; encore et toujours des conflits. Tant que ce n’était pas elle qui les créaient, ça l’ennuyait. Sa patience atteignit vite ses limites quand le premier adversaire du bohémien fut envoyé au loin, dans sa direction précisément. C’en était trop. La fée se retourna et, avec sa rapidité digne d’une voleuse, donna un puissant coup de poing dans le visage de l’homme-canon. Il fut re-propulsé contre la fenêtre qui se brisa, et finit à l’extérieur.

Mika bondit sur l’épaule de sa maîtresse qui commençait à battre furieusement des ailes. Attrapant son verre, elle s’éleva dans les airs et s’installa, les jambes croisés sur une poutre, ne supportant plus l’ambiance d’en bas. Patiemment, elle attendit que tout se calme enfin en buvant sa liqueur de framboise. Ce qui se passait sous ses pieds n’était pas beau à voir, le bohémien se battait plutôt bien et ne laissait aucune chance à ses adversaires. Tant mieux, ça fera des imbéciles en moins. Quand il ne resta plus que quelques ennemis, la fée se décida à redescendre afin de remplir son verre. Elle s’assit sur la table du comptoir et observa d’un œil amusé le tavernier qui rampait à quatre pattes pour tenter de sortir par derrière, sans doute pour appeler la milice. Lumiel sourit et ses ailes frémirent légèrement, laissant échapper une fine poudre dorée qui arrosa allègrement le propriétaire des lieux, qui s’effondra sur le sol, paralysé pour au moins les cinq prochaines heures.

Pendant que son hermine reprit ses aises sur la table, la fée s’empara de la bouteille de liqueur de framboise et versa son contenu dans son verre. Quand elle regarda le spectacle qui s’offrait à elle, Lumiel remarqua qu’une autre fée se trouvait là. Sans doute était-elle là depuis peu car elle n’avait pas remarqué sa présence quand elle était entrée dans cette taverne. Le bohémien la regardait, et elle en profita pour lui lancer un regard de reproche, comme si c’était lui la source de toute cette agitation. Puis quand il fouilla les cadavres, sa consoeur semblait s’intéresser de ses découvertes. Lumiel, pour sa part, préférait gagner sa croûte en la volant sur des gens bien vivant, car le mérite n’en est que meilleur. Bien sûr, cela était son point de vue, mais les cadavres ne l’intéressait pas.

Lumiel leva ses fesses du comptoir pendant que Mika se délectait de la réserve de cacahuètes appartenant au tavernier. Elle volait à raz du sol et regarda d’un œil intéressé, mais non bienveillant, le bohémien.


" Quand on est si peu apprécié, mieux vaut se faire tout petit. Et surtout éviter de se montrer dans des endroits peuplés comme celui-ci, vous ne croyez pas ? "

C’était la sagesse qui s’échappait de sa bouche, mais son ton avait quelque chose de malicieux, presque moqueur, comme celui d’un esprit frappeur. La fée sourit tout en évaluant le bohémien du regard, amusée par la situation. Peut-être se montrait-il seulement pour le plaisir de tuer, ou peut-être n’avait-il pas l’intelligence de se faire discret. Lumiel n’en savait rien, mais cela l’amusait. Puis elle regarda enfin la fée qui venait d’arriver, qui semblait gentille et naïve. La pauvre. Ou plutôt qu’au contraire, elle avait la chance d’être encore comme ça, sans doute n’avait-elle pas connus de gros drames dans sa vie qui lui ont montré la véritable facette de son existence. Tant mieux pour elle.

" Joli spectacle, en effet. Elle est belle l’humanité. "

Elle sourit une nouvelle fois, comme amusée par ses propres mots. Jusqu’où pouvait aller la décadence humaine ? Son ton avait été plus gentil quand elle s’était adressée à sa sœur de race, mais il y avait toujours quelque chose de malsain dans sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwen Aldaríon
Fée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 28
Localisation : chez moi^^
Date d'inscription : 26/10/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Jeu 29 Nov - 23:18

Oui vraiment, elle était interressante! Inwen se désinteressa du bohémien pour observer sa consoeur et l'écouter attentivement. Elle décéla un supçon de malice quand elle s'adressa au bohémien et une grande lassitude. Quand elle se tourna vers elle, Inwen fut frappée par l'intensité de son regard. Elle sentit non pas le mal mais quelque chose de malsin comme si la fée avait était confrontée à trop de choses horribles. D'ailleurs peut-être que c'était vrai... Enfin, elle...

*Inwen! où est-tu?* lança Theagan violement en s'introduisant dans son esprit.

*Dans une taverne, je viens d'assister à une bagarre*

*Décidement cela devient une habitude pour toi d'aller dans des tavernes*
ironisa Theagan.

* Oh ça va! J'ai été attirée par le bruit! Qu'est-ce que tu veux?*

* Te prévenir qu'un intrus a essayer de me voler*

* Il doit être blesser à présent je suppose. Enfin je viens de rencontrer une consoeur*

* D'accord. Restons en contact pour que je puisse l'observer et la juger*

*Il y'a aussi un bohémien*


Theagan acquiesa. Pendant ce court moment où elle était entré en contact avec l'étalon, le bohémien avait fini de dépouiller les cadavres.
Inwen eut le regard attiré par l'hermine. Tiens, une hermine, ici. Pas par hasard, je pense.
Inwen s'étira! Elle avait beaucoup voyagé aujourd'hui et était fatiguée. Mais elle sentait que cette rencontre était importante.


"Je m'appelle Inwen. Je suis née dans la forêt et j'y ai vécue jusqu'à quelques mois où j'ai décider de découvrir ce monde. Je suis une fée ce que vous avez surement remarqué... "

Ayant décliné son identité, Inwen s'envola jusqu'à une poutre et fit quelques étirements. Puis elle redescendit et attendit les réactions de la fée et de l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chirdhe.skyrock.com
Navildur Lestra
Guerrier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Age : 29
Localisation : Quelque part... dans un lieu retiré
Date d'inscription : 15/08/2007

Carnet de Voyage
Races: Bohémien
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Dim 2 Déc - 20:48

Navildur dépouillait les cadavres un par un. Il ne trouvait pas des trucs super impressionnant mais de l'argent et quelques bijou c'était toujours bon à prendre. Tandis qu'il s'attaquait à prendre ce que possédait un autre cadavre, il entendit une voix lui parler. C'était la personne qui se trouvait au comptoir juste à côté de lui. Elle lui parlait de se faire tout petit et je sais pas quoi, l'homme la regarda de haut en bas et il lui dit...

"Seul les lâches fuient devant le danger."

Puis il repartit aussitôt dans sa recherche. D'ailleur il trouva sur l'un d'eux un parchemin mais il ne savait pas ce qu'il était écrit dessus, c'était écrit en une langue que l'homme ne pouvait déchiffrer. Tiens une nouvelle voix se fait entendre, encore une jeune fille décidément elles vonts plus au bar que les hommes de nos jours. Enfin, Navildur n'en avait que faire d'elle, ce qui l'importait, c'était de prendre les objets de ce qu'il avait tué et de partir pour se remettre en chemin. Puis voilà l'autre qui lui adresse la parole. Le Bohémien leva la tête et lui répondit...

"Qu'est ce que ça peut vous faire ?"

Voilà comme ça, elle arrêtera de l'embêter dans sa recherche et pourquoi elles lui parlent d'ailleurs se demandait il. Il leur a rien demandé alors qu'elle s'occupe de leur affaire. Enfin bon, Navildur ne pouvait rien n'y faire, les gens sont curieux de nos jours qu'ils soient humains ou pas.

Celle qui venait d'entrer commença à parler à la fée qui se trouvait déjà dans la pièce car malgré son combat, le Bohémien avait pu la voir s'envoler et agiter ses ailes pour disperser de sa poudre sur le tavernier. MAis bon apparament ce n'était pas la seule car voila l'autre qui commença à s'envoler à son tour, chouette deux fées au même endroit...


"C'est bien mon jour de chance, quel était la probalitée que je tombe sur deux fées en même temps et au même moment... c'est incroyable n'est ce pas ?" dit il ironiquement.

Navildur n'appréciait pas trop toute ses créature mystique qui se croivent toujours superieur aux hommes alors qu'on est pas mieux les uns que les autres. On aura toujours des bons gens ainsi que des mauvais quelque soit la race qu'ont soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwen Aldaríon
Fée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 28
Localisation : chez moi^^
Date d'inscription : 26/10/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Mar 4 Déc - 19:01

"Oui parfaitement incroyable! Mais je sais pas si vous avez remarqué certaines coincidences n'en sont pas..."

Inwen regarda les objets qu'avait trouvé le bohémien. Un peu de tout. Le parchemin attira son regard. En le regardant un peu plus attentivement, elle remarqua qu'il n'avait rien de particulier...
Inwen s'en détourna.


"Je viens de vous dire mon prénom, il serait poli de faire de même. Même si on n'aime pas les fées"

Sur ce, Inwen sourit puis commença à inspecter la salle du regard. Elle alla redresser une table et plusieurs chaises. Elle se dirigea ensuite vers la cuisine d'où elle ramena 3 choppes de bière.

" Cela vous dit de discuter?"

Elle avisa le regard méfiant de l'humain.

"Et non, je n'ai pas empoisonné la bière. Si j'avais voulu vous tuer, c'est vous qui seriez allongé sans vie, pas moi."

Elle lança un regard de défi au bohémien et but une gorgée de bière.

*Ah, là là là, je ne vous comprendrais jamais. Tu regardes tranquillement un homme détruire ce ... *

*Taudis? trou à rats? taverne mal famée?*

*Exact. Et aporès tu l'invite à boire un verre!*

*Cela s'appelle de la courtoisie Theagan.*

*Mais tu n'en a jamais fait preuve...*

Inwen lança un regard excédé vers les cieux. Qu'avait Theagan à lui faire la morale? Elle renonça à comprendre.

"Eh bien, dit-elle en regardant l'homme et la fée, vous venez?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chirdhe.skyrock.com
Lumiel
Fée Cléptomane
avatar

Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 29
Date d'inscription : 25/11/2007

Carnet de Voyage
Races: Fée
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Sam 8 Déc - 2:01

Lumiel regarda sa soeur de race se présenter. Elle eût même droit à un petit récit de sa vie. Wouah, combien de gens prennent plaisir à raconter leur histoire à des inconnus? Pas elle en tout cas, mais il fallait avouer qu'elle avait un passé douteux. Il était donc normal qu'elle garde ses petits secrets bien au chaud. Cependant, la fée n'était pas malpolie au point de refuser de dire son nom. De toute façon, personne ne le connaissait. Son métier lui donnait une gloire, une rumeur, mais son nom restait voilé au yeux de tous. Toujours dans les airs, elle exécuta une profonde révérence devant la demoiselle.

" Enchantée Inwen, je me nomme Lumiel. L'hermine blanche m'accompagne, il s'appelle Mika. "

Et ce fut tout, la fée ne désirait pas en dire plus sur son compte. Elle regarda ensuite l'homme de ses yeux noisettes. Malgré les réponses sèches de ce dernier, Lumiel n'avait en rien perdu son sourire, guère étonnée par sa réponse. C'était un mâle après tout, une brute qui ne se soucie que de l'honneur-machin-truc. La bonne blague, non mais qui avait inventé cette farce?

" Oh bien sûr, j'avais oublié, il est beaucoup plus glorieux d'être un meurtrier qu'un lâche. C'est si facile de nos jours de se prendre pour quelqu'un, non? Il suffit de savoir ôter une vie, chose relativement facile, puis pfiiiou j'me la pête. Oh oui pardoooon monseigneuuuur, vous méritez tout mon respect pour le carnage d'alcooliques que vous avez fait ce soir! " dit-elle avec un air admiratif insupportablement ironique avant d'éclater de rire, amusée par son propre discours.

C'est en ce moment si critique que choisit Mika pour engloutir la dernière cacahuète. Avec son agilité de rongeur, il sauta du comptoir pour trottiner jusqu'à sa maîtresse. Cette dernière volant toujours à ras du sol, il bondit légèrement pour s'agripper à sa jambre et monter sur son épaule. La fée, habituée à cette intrusion, ne réagit pas.


" Puis d'abord, c'pas ma faute si elle me suit, j'étais là avant! "

Avec un air faussement outragé, elle avait pointé un doigt accusateur sur Inwen. Elle rit à nouveau, amusé par l'exaspération du bohémien de se retrouver avec deux fée. Quand sa soeur de race s'installa à une table avec des bières, Lumiel la rejoignit sans hésitation. Cependant, avant de s'installer, elle jeta un dernier coup d'oeil au bohémien :

" Quand ta mort viendra, ta fierté ne te serviras plus à rien, alors fait au moins l'effort d'éviter les embrouilles. Certaines personnes ne méritent pas de mourir à cause de l'orgueil des autres. "

Elle vola juste au dessus de la chaise où elle se laissa tomber lourdement, sans tenir compte des protestation de Mika qui alla s'enrouler autours du coup de Lumiel. Heureusement qu'elle avait un poids de plume sinon la chaise aurait sûrement cédée, vu son air rustique et miteux.

" Je ne refuse presque rien si on m'offre à boire."

[HRP : désolée pour le retard, beaucoup de taf durant cette semaine. Et désolée à Navildur d'être aussi méchante avec lui What a Face mais bon Lumiel est ainsi lol]


Dernière édition par le Dim 9 Déc - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwen Aldaríon
Fée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 28
Localisation : chez moi^^
Date d'inscription : 26/10/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Dim 9 Déc - 14:06

Inwen écouta la fée parler. Ainsi elle s'appelait Lumiel... Cela lui allait bien. Puis elle entendit le discours résolument moqueur de la fée. Son éclat de rire. Puis elle la regarda s'envoler gracieusement et attreir sur sa chaise, avec l'hermine autour du cou.

"Presque jamais rien, hein?" se moqua gentiment Inwen.

Inwen étudia la fée. De longs cheveux blonds qui lui descendent jusqu'au bas des reins et qui contraste avec sa peau dorée. UNe silhouette fine et athlétique. Une fée qui doit attirer bien des regards et pourtant qui passe inaperçue.
Puis elle s'interressa à son compagnon. Ils doivent se connaitre depuis longtemps car Lumiel n'avait pas réagi lorsqu'il avait grimpé sur elle. Une hermine blanche et ... un mâle.
Inwen entendit soudain un bruit. Elle se retourna vers la porte. Theagan était là. Inwen soupira et secoua la tête.


*Pourquoi m'as-tu suivi?*

*Parce que j'avais envie de connaitre la fée*

Inwen se passa la main sur les yeux et sourit.

"Lumiel, dit-elle à la fée qui s'était tournée aussi, je vous présente Theagan, mon compagnon.

Sur ce, Inwen se leva pour aller chercher un peu de foin et d'eau pour son étalon. Elle resta absente quelques courtes minutes et à son retour le bohémien étiat assi et sirotait sa bière le plus loin possible de Lumiel.
C'en était comique. Inwen s'occupa de Theagan puis revint s'asseoir.


"Qui donc étiaient les hommes qui vous poursuivaient? Je n'aimerais pas voir leurs compagnons débarqués et être obligée de me battre."

Inwen s'adossa à sa chaise et regarda le bohémien en souriant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chirdhe.skyrock.com
Navildur Lestra
Guerrier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Age : 29
Localisation : Quelque part... dans un lieu retiré
Date d'inscription : 15/08/2007

Carnet de Voyage
Races: Bohémien
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Dim 9 Déc - 15:41

L'une des fée lui répondit. Elle lui répondait d'ailleurs pas très gentillement. Elle lui dit qu'il était un meurtrier, qu'il essayait de se faire un nom. Puis elle continua à s'en prendre à lui. Navildur n'avait que faire de son jugement, c'est pas elle qui doit survivre. Elle lui parla également du jugement dernier. Navildur lui répondit...

"Je ne cherche pas à me faire un nom comme vous pouvez le croire. Et je te rappelle que je suis entré ici en tant que CLIENT. Je n'ai jamais cherché à me battre. C'est eux qu'ils me sont tombé dessus. Alors quand on essaye de faire la moral on se tait car vous avez beau être des être mystique, vous ne voulez pas mieux que nous car dans ton rôle de BONNe fée tu aurais du stopper le combat. Donc maintenant t'arrêter de me casser les coui****."

Navildur n'avait pas eut de mot gentil envers cette fée mais après tout, c'est elle qui avait commencé à le juger alors il ne lui rendait que l'appareil et s'attendait maintenant à la voir répliquer à son tour. Mais à sa grande surpris, elle ne dit rien et alla s'assoir, esquivant le Bohémien.

Navildur en profita donc pour s'assoir de nouveau au comptoir sans avoir répondut à la question de l'autre fée qui lui demandait de se présenter à son tour. On avait l'impression qu'il l'esquivait. En faite, Navildur avait oublié sa question dans son discour un peu provocateur car il sait très bien que si les deux fées s'en prennent à lui, il ne pourra rien faire contre de telles créatures mystiques.

Alors il continua de boir son verre au comptoir, les écoutant discuter entre elle parlant de leur compagnon qui les accompagnaient partout. D'ailleurs Navildur n'avait personne avec lui car il ne voulait pas s'attacher d'amitier avec quelqu'un ou quelques chose. L'amitié pour lui est un signe de faiblesse que l'ennemis peut jouer avec c'était pour cela qui n'avait ni ami, ni famille. Il était seul en faite. Il avait que sa réputation de gros dur sans remord et sans pitié. C'est pour cela qu'il préféra par dire son nom sinon l'autre fée au cheveux blond va encore le cartonner sur le fait de tuer par plaisirs ou encore pour sa réputation.

Puis la fée qui était partit quelques instant auparavant lui demanda qui était ses hommes qui lui voulait du mal. Navildur jeta un coup d'oeil par dessus son épaule pour regarder la fée et retourna la tête devant lui sans rien dire. Mais au bout de quelques seconde de silence, il lui répondit...

"Ces hommes ?? c'est tout simplement des personnes ivres qui voulaient me tuer pour récupérer un récompense je pense. Ou bien ils ont étaient envoyé par leur supérieur et si c'est le cas, des renforts risque de ne pas tarder vu que quelques uns ont réussit à s'échapper."

Le Bohémien n'avait à aucun moment regardé les deux fées. Celles ci devaient surement l'écouter ou faire autres choes, il en avait que faire. Mais lui savait maintenant ce qu'il allait faire maintenant car il savait très bien qui était ses gens qui lui en voulait car quelques jours auparavant, Navildur avait tué un de leur compagnon qui était connu parmis eux et donc ils voulaient tous venger sa mort en le tuant à son tour. C'est pour cela que le Bohémien restera ici, en attendant que les renfort viennent pour qu'il en finisse une bonne fois pour toute avec ce groupe d'individus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwen Aldaríon
Fée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 28
Localisation : chez moi^^
Date d'inscription : 26/10/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Dim 9 Déc - 22:24

Inwen sourit. Le bohémien était prudent. Et il n'aimait pas les fées. Cela se lisait dans chacun de ses gestes.

"Menteur" fit-elle doucement en souriant

Elle le vit se crisper. Cette homme sans remords et sans pitié n'aimait pas la magie...
Le bohémien n'était cependant pas un bon menteur. Ces hommes le cherchaient précisement pour une raison qu'Inwen en connaissait pas mais qu'elle devinait.
Inwen détailla le bohémien. Deux yeux noirs qui réfletent son expression. Un visage cuivré, un corps musclé et manfestement rompu aux armes. C'était un homme avec de la volonté et un guerrier donc. Bon.


"Alors si vous nous disiez plutôt qui vous recherche et pourquoi?"

Inwen sans attendre de réponse, se leva et alla chercher son arme. Ceci fait, elle posa son épée sur la table et s'assit mais resta vigilante. Puis gra^ce à son pouvoir elle chercha du métal sur ses compagnons. Sur Lumiel, une dague fine. Sur le bohémien une épée, un collier et un bracelet. elle étudia plus attentivement l'épée. Une lame rouge et noire avec un serpent sur l'épée. Puis son regard tomba sur le bracelet. Inwen retint son souffle. Un bracelet de guérison! Ce bohémien savait-il seulement s'en servir?

" Dites-moi si vous n'aimez pas les fées c'est votre problème mais vous n'êtes pas obligé de vous comporter comme un idiot" dit-elle sèchement.

Inwen était ébranlée par la découverte du bracelet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chirdhe.skyrock.com
Lumiel
Fée Cléptomane
avatar

Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 29
Date d'inscription : 25/11/2007

Carnet de Voyage
Races: Fée
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Lun 17 Déc - 21:20

" Oui, presque. " confirma la fée. Cependant elle sourit avant d'ajouter avec un clin d'oeil : " Cependant, il y a une grande différence entre ce que je dis et entre ce que je fais. "

Rappellons que Lumiel se considère au dessus des lois. Quand sa mentalité va aussi loin, est-il utile de préciser que sa parole n'avait alors aucune valeur? Après tout, elle ne restait jamais longtemps au même endroit et ne craignait aucune représaille. Le monde était son terrain de jeu et c'était elle qui en fixait les règles. Et ceux qui n'étaient pas d'accord, elle s'en fichait bien. Que pouvaient-ils lui faire, elle qui est aussi discrète qu'un chat et aussi rusée qu'un renard? En répondant à Inwen en premier, elle n'avait bien entendu pas écouté le bohémien. Enfin si, elle avait entendu, mais la fée ne désirait pas répondre. En plus elle ne trouvait si vulgaire qu'il ne méritait même pas qu'elle lui adresse la parole. La modestie ne faisait bien entendu pas partie des qualités de Lumiel. Mais elle avait cependant décidée qu'il n'y avait rien à rajouter, et il en fut ainsi. Comme d'habitude, Lumiel faisait tout bonnement ce qu'il lui plaisait et ce moquait pas mal de l'opignon qu'on avait sur elle.

Lumiel tourna son regard vers la porte, le sourcil levé. Que diable faisait un cheval à l'entrée de la taverne? Il voulait de la bière aussi? En regardant la réaction de sa consoeur, Lumiel remarqua qu'elle semblait plus exaspérée qu'étonnée. La raison fut donnée quand elle fit les présentations ; ce cheval était donc son compagnon mental. Elle hocha la tête, souriante et l'attendit pendant qu'elle allait nourrir l'étalon. La fée, lasse, s'étira pour faire craquer ses épaules et but encore un peu de bière pendant que Mika somnolait, toujours enroulé autours de son cou. Inwen revint vite. Elle écouta d'une oreille peu attentive son échange de paroles avec le bohémien. Mais juste pour mettre son grain de sel, elle accompagna Inwen dans sa dernière phrase :


" Bouuuuh le rasciste! "

Sa voix n'était pas méchante cette fois, seulement taquine. La façon dont il se méfiait d'elles -et il avait bien raison, du moins en ce qui concernait Lumiel- l'amusait beaucoup. Même si, de son côté, elle devait franchement l'agacer, il lui plaisait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwen Aldaríon
Fée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 28
Localisation : chez moi^^
Date d'inscription : 26/10/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Dim 30 Déc - 19:51

[Hrpg: Désolée du retard mais mon ordinateur m'a laissé tombé et j'arrivais pas à atteindre le topic]

Inwen était énervée par le bohémien. Il l'agaçait mais elle l'aimait bien quand même. Même s'il devait se moquer de son opinion comme de l'an quarante pensa t'elle avec un sourire. Lumiel aussi semblait bien l'aimer. Ce nom lui allait décidement fort bien décida Inwen en lui jetant un coup d'oeil. Mais même la lumière peut faire du mal si elle le désire se dit-elle en écoutant la dernière réplique de la fée. soudain ele ne sut pas pourquoi, cela la ramena à des souvenirs et Inwen eut envie de rentrer chez elle. De retrouver sa famille. De jouer avec ses frères et soeurs et de les voir grandir. D'écouter son père raconter ses histoires autour d'une table. Elle eut un sourire nostalgique à l'évocation de sa maison. Puis elle sentit une présence dans son dos. Theagan était là. Elle lui sourit tristement. D'un coup l'aubergiste décida de se manifester. Il était indigné de la présence de l'étalon. Il bombait le torse avec dans sa main un couteau. Il était ridicule. Inwen lui jeta un coup d'oeil glacial. elle n'aimait pas ces personnes qui une fois le danger passé agissaient comme si elles avaient sauver le monde... En plus elle n'avait pas envie d'être diplomate. Elle dégaina la dague accrochée à sa ceinture et la lança droit sur l'aubegiste. Un bruit métallique se fit entendre. Sa dague était fichée dans le bois et le couteau de l'aubergiste était sur le sol. Inwen se leva nonchalement et alla récupérer sa dague. Elle ramassa le couteau au pasage et le brisa. Dague en main elle demanda froidement:

"D'autres objections?"

L'aubergista secoua la tête négativement. Elle rengaina et retourna s'asseoir. Elle s'autorisa un sombre sourire. Cet incident lui avait rappelé son envie de liberté, de paix et de calme. Mais cela semblait impossible. Depuis plusieurs semaines, un nom revenait sur toutes les bouches mais à chaque fois suivait le silence à sa question. Pas aujourd'hui décida Inwen. Elle voulait des réponses.

"Bien. Passons aux choses sérieuses. Je me pose une question depuis quelques temps déjà et jamais je n'ai eu de réponses. La voici: Qui est Milo?" s'enquit Inwen durement.

Ses yeux ressemblaient à deux émeraudes. Ses mains tremblaient. Un silence de mort planait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chirdhe.skyrock.com
Navildur Lestra
Guerrier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Age : 29
Localisation : Quelque part... dans un lieu retiré
Date d'inscription : 15/08/2007

Carnet de Voyage
Races: Bohémien
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Jeu 3 Jan - 13:13

Il avait beau dire ce qu'il voulait, c'était toujours lui qui avait tord aux yeux de ses deux fées. Et après ça se dit plus évolué. Navildur ne rejetait pas le fait qu'il dégainait certes très vite son katana mais cela ne veut pas faire de lui un être sans pitié et sans remord. Puis même si son caractère laissait paraitre cela, le Bohémien peut être sympathique si on l'est avec lui et pour l'instant ce n'est pas le cas. Et voilà, il se fait traité de menteur, idiot, raciste... tout ses noms, il avait l'habitude de l'entendre et cela n'est rien comparé à d'autres qu'il avait du prendre en pleine face. Son comportement était comme une sorte de défense, il était pas très sympathique généralement avec les gens car il fut très déçut par des personnes dans son passé qu'il lui est devenu difficile de faire confiance à quelqu'un désormais, on y peut rien, il est comme ça.

Puis les deux fées commencèrent à discuter entre elles. Tant mieux, elles le laisseront peut être terminer son verre désormais. Tiens !! L'aubergiste est toujours vivant, surprenant ça... quoi que pas tellement. Cette homme était le genre de gars à se montrer après la bagard évitant le pire pour pas se faire toucher. D'ailleurs il a voulut s'attaquer à l'une des fée et celle ci le remit en place vite fait. L'homme repartit dans les cuisines. Navildur pencha légèrement la tête et il put le voir sortir à toute vitesse dehors. Le Bohémiens esquisa un petit sourrire voyant une telle réaction. Il avait laissé son auberge à trois inconnu et qui semblent pas très sympathqiue, enfin, du moins il y avait le Bohémien qui avait cette apparence.

La fée repartit s'assoir à la table avec la seconde fée. Celle ci voulait désormais passer aux choses sérieuses. Un bagarre entre fée ?? non cela l'étonnerait fortement car ce n'est pas leur genre de se battre entre elles. Il avait qu'à attendre ce qu'elle voulait et il eut réponse à sa question. Elle avait demandait qui était Milo. Navildur s'arrêta de boir et fixa la fée qui avait posé cette question. Il la regardait longuement avant de reboire un peu de son verre mais il ne disait rien. Pour sûr, il ne voulait plus jamais entendre parler de ce Milo. Lorsqu'il était dans l'armée, il se battait pour sa cause et c'est à cause de ça qu'il est devenu ce qu'il est maintenant. Envoyer au combat un ado à peine agé de 15 ans, c'est sûr qu'après il reste des traces dans son esprits. C'est pour cela qu'il n'aimait pas qu'on parle de cette personne. Il est devenu l'être méprisable qu'il est aujourd'hui en se battant pour quelqu'un qu'il n'avait jamais vu, tu parles d'une cadeau.

Navildur entendit le calme plat, il se demandait si l'autre fée allait lui dire. Cela pourait être très probable vu le genre de personne qu'elle est, elle pourrait lui balancer tout et n'importe quoi. Navildur posa sa main sur le comptoir mais manque de chance il la posa sur un bon de verre. Il leva les yeux vers le ciel en signe de lassement et regarda sa main. Il enleva le bon de verre et vit que sa blessurei se regénérait. Il savait qu'il pouvait faire cela. Tout ça à cause d'une sorcière qu'il lui avait jeté un sors avant de mourir, du moins, c'était ce que croyait le Bohémien car en faite la vérité et toute autre mais cela il le sais pas encore.

Le temps passe vite et il est l'heure de se remettre en chemin. Navildur posa son verre et se dirigea vers la sortit. Il s'arrêta nette et se tourna vers l'une des fée. Il la regarda d'un air abassourdit car son étalon l'empêchait de sortir. Alors il décida de sortir par la porte arrière et donc il se dirigea vers les cuisines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumiel
Fée Cléptomane
avatar

Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 29
Date d'inscription : 25/11/2007

Carnet de Voyage
Races: Fée
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Lun 7 Jan - 21:32

Lumiel vira quelques mèche de sa longue queue de chevale qui traînaient sur son épaule. Elle se sentait bien ; l'auberge était devenue très calme et la fée était une amoureuse du silence. Silence qui prit fin trop vite à son goût à cause d'un gros boudin sur pattes. L'aubergiste. Ils voulaient tous l'enquiquiner ce soir ou quoi? La métisse regarda avec exaspération ce tas de graisse essayer de paraître dangereux. Aussi énervant qu'un cafard. Heureusement elle n'avait qu'à lui donner un bon coup de poudre à la figure pour que ce pitoyable show cesse. Avec un soupire de lassitude, Lumiel commença à se lever lentement, mais Inwen prit les avances et, vite fait bien fait, le remit à sa place.

Lumiel se rassit calmement. Sa consoeur n'était donc pas aussi cruche qu'elle l'avait crue au départ. Au moins elle avait un minimum d'autorité.


* J'me demandais aussi comment elle avait réussi à survivre... *

Souriant à sa question intérieure, Lumiel observa avec amusement l'aubergiste prendre les jambes à son cou. Sans doute allait-il essayer de prévenir la garnison. La soirée allait donc se terminer plus tôt que prévu, tant pis. Elle se promit un petit somme sitôt partie d'ici. Il y avait un grand arbre en dehors de la ville qui sera parfait pour ça. Lumiel reprit son verre d'alcool pendant qu'elle caressait le doux pelage de Mika. Le petit animal dormait à présent, le ventre plein, toujours enroulé autours du cou de la fée. Elle se sentit de nouveau sereine, mais une fois de plus, tout cela prit vite fin. A croire qu'elle n'avait pas le droit à la paix intérieure...

Et tout cela fut provoqué à cause d'un tout petit nom, un nom de rien du tout. Milo. Dès qu'elle l'entendit, l'effet fut immédiat. Tout son être, qui n'était que silence, semblait avoir explosé comme une bombe. Lumiel s'immobilisa et resta silencieuse, en proie à toute la haine qui l'envahissait. Ses sourcils se plissèrent et sa main qui tenait le verre trembla légèrement. Milo. Dieu, qu'elle haïssait cette personne! Elle vendrait son âme pour pouvoir lui arracher les membres un par un. La fée, sous l'emprise de la colère, serra son verre tellement fort qu'il commença à se fissurer. Le minuscule son craquelant la fit revenir à elle, et au prix d'un vaillant effort, elle fit taire sa folie qui n'avait durée que quelques secondes.

Lumiel regarda son verre, désormais orné de fines veinures blanches. Heureusement qu'elle ne l'avait pas brisé...Gâcher de la framboise n'était pas son genre. Cependant elle avait une mine perplexe, étonnée d'avoir perdu si facilement son self-contrôle. Elle qui avait un caractère si calme...Il fallait qu'elle pense à y remédier. La fée n'aura aucune chance de tuer Milo sous l'emprise d'une colère grondante comme celle-ci...Ayant retrouvé son calme, Lumiel leva les yeux vers son interlocutrice et sourit.


" Milo? "

Elle s'adossa au dos de sa chaise et s'étira.

" Quelqu'un de puissant, 'paraît-il. Assez puissant pour se faire lécher les pieds par tout un tas d'imbéciles qui se disent ses adeptes. "

Lumiel eut un petit rire narquois et continua d'un air moqueur :

" J'en ai vu pas mal qui se prenaient pour Dieu, mais lui...Rahlala, ça va lui faire maaaaal quand il va tout foirer...Et moi bien sûr, je serais là pour me foutre royalement de sa tronche! Vivement que ça arrive d'ailleurs, parce qu'on est tous à subir ses conneries là..."

Elle en parlait avec amusement et se moquait bien de lui. Au moins, ça avait le dont de la défouler. Qu'il est agréable d'excercer sa langue de vipère sur celui qu'on déteste le plus au monde.

" Pouquoi tu me demandes ça? " demanda t-elle, le sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwen Aldaríon
Fée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 28
Localisation : chez moi^^
Date d'inscription : 26/10/2007

Carnet de Voyage
Races:
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Mar 8 Jan - 20:05

Inwen et Theagan regardait attentivement leur compagnon du moment. Quand elle avait posé sa question, ils avaient eu tous deux des réactions interessantes.Elle sentait le regard du bohémien qui la fixa longuement et s'en alla. Quand à l'autre fée, Lumiel, elle fissura son verre puis se maitrisa. Et ensuite lui posa des questions.. Pourquoi je lui demandai cela? Elle n'avait pas tellement envie de l'avouer. Elle ne voulait pas se souvenir de cette rencontre avec Iloée où elle avait compris ce qu'étais le mal. Elle n'avit vraiment pas envie de s'en souvenir et pourtant elle le fit quand même.

"Pourquoi? Parce que j'ai appris que c'est à cause de lui que je fais ce long voyage."

Elle soupira. Elle voulait rentrer chez elle, voir ses frères et soeurs, sa clairière. Elle soupira à nouveau. Mais son désir de connaitre la vérité était plus fort encore. Elle sourit à Lumiel. D'un sourire mélancolique. Elle se leva à son tour.

"Je m'en vais! J'étais venue que pour le bruit. Il est temps que je retourne dans mon auberge."

Elle salua Lumiel .

"Au plaisir de vous revoir"

Au bohémien elle dit un peu ironique.

"Au revoir bel inconnu."

Puis parce qu'elle avait été bien élevée, elle prit une poignée de pièces dans sa bourse et en donna à l'aubergiste. Ainsi elle compensait les dégats faits.
Elle rejoignit Theagan, posa la main sur son encolure et ils sortirent tous les deux dans l'air froid de la nuit.


[HRPG:je préfère m'arrêter là car j'ai plus trop d'idée pour le rp mais si vous le voulez vraiment je reviens]


Dernière édition par le Mer 9 Jan - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chirdhe.skyrock.com
Navildur Lestra
Guerrier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Age : 29
Localisation : Quelque part... dans un lieu retiré
Date d'inscription : 15/08/2007

Carnet de Voyage
Races: Bohémien
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Mar 8 Jan - 21:08

Navildur n'avait désormais plus rien à faire ici alors il décida de partir . L'étalon l'empêchant de sortir, il voulut sortir par le même endroit que l'aubergiste quand avant de pousser la porte l'une des fée lui disa au revoir. Le métis s'arrêta, malgré la façon dont il leur avait parlé celle ci lui dit au revoir, mais pourquoi les gens ont il des réactions aussi inapproprié. Après l'avoir traité de tout les noms, elle devrait même pas lui adresser la parole mais celle ci le fit comme ci rien ne s'était passé. Cela dépassait de loin Navildur. Mais sa réaction fut des plus étonnante....

"Navildur... je m'appel Navildur pour votre information."

Le Bohémien était surpris par ce qu'il venait de dire, il venait de leur donner son nom alors qu'il ne l'avait jamais fait auparavant. On l'appel par conséquent le Bohémien car son identité n'était pas connue mais là, à deux être mystique dont il n'avait rien contre eux mais qu'il méprisait tout de même, il leur avait donné son nom.

Il se demandait ce qu'il lui arrivait, il décida de sortir et de rien dire de plus. Navildur était dans les cuisines, il se dirigeait vers la sortie lorsque une flèches se logea en plein dans son épaule droite. L'homme tomba au sol en cria de douleur. La flèche l'avait transpercé. Il la brisa pour réduir la taille et tenta de la retirer mais à peine il posa sa main dessus qu'il reçut une deuxième flèche non loin de la calvicule. Il la brisa également et il se leva. Il se dirigea vers un coin de la salle pour éviter qu'on lui tire dessus. Un fois arriver, il posa sa main sur la flèche et tenta de la retirer. Il la retira de quelques centimètres mais des hommes armés entra dans la cuisine. Il était que cinq mais apparament d'autre attendaient dehors. Il entendit même un donner l'ordre de passer par devant et donc par conséquent les deux fées allaient avoir de la compagnie.

De son côté, Navildur se mit devant les cinq hommes, armé de son sabre rouge. Il regarda les cinq hommes dans les yeux lorsqu'un prit la parole..
.

"Rends toi Bohémien ou sinon nous serons obligé de te tuer."

"Viens me chercher."

Les cinq hommes se jeta sur Navildur lorsqu'il sortit sa phrase. Affaiblit, Navildur ne savait pas si il pourrait tous les vaincre mais il avait pas le choix. Alors il se battit contre les cinq hommes. Le combat était très violent et les cinq hommes était visiblement expérimenté et maniaient très bien leur arme. Navildur n'allait pas s'en sortir qu'avec sa force et donc décida d'utiliser les espaces autour de lui. Alors il regarda autour de lui et vit du poivre, ça n'a l'air de rien comme ça mais cela peut être une bonne arme. Le Bohémien recula jusqu'au poivre et arrivé à côté, il le coupa en deux et fit en sorte que les cinq hommes en prennent au visage. Trois fut touché par le poivre et ne voyaient pu rien. Navildur avait un avantage et devait en profiter. Il vit un couteau à côté de lui, il le saisit et le lança très vite sur l'un des hommes aveuglé qui le reçut dans la gorge. Et un de moins, Néanmois il fallait trouver mieux. Il se battait toujours contre les deux qui n'avait pas reçut de poivre et les deux autres commençaient à récupérer la vue, se n'était pas bon pour le Bohémien et là il lui fallait trouver quelque chose car en plus il sentait ses forces se diminuer.

Et c'est là qu'il vit de l'huile sur le feu. Il ne perdit pas de temps, il jeta des trucs sur ses adversaires et si précipita, mais les quatre hommes le suivit de très prêt. NAvildur eux juste le temps de saisir la marmite et de lancer l'huile très chaude sur eux. Ils furent tous touché par celle ci. Le Bohémien saisit des couteaux à côté de lui et visa les quatre hommes. Il les tua tous en touchant des points mortels. Enfin, il les avait vaincu mais à quel prix, il sentait ses forces drôlement diminué et ne savait pas ce qu'il se passait à côté pour les fées si elles avaient réussit à sortir avant que les gardes arrivent ou non. D'ailleurs, il devait lui retirer ses flèches. Il saisit la première et la retira d'un coup sec. Elle l'enlèvant il serra les dents sous la douleur. Il posa sa main sur la seconde et au moment où il voulut la retirer, Une autre flèche le traversa au niveau du thorax. Par chance cela ne l'avait pas tué car elle avait ltouché aucun points vitaux mais il tomba au sol tout de même. Même si la flèche ne l'avait pas tué sur le coup, elle risquait de le faire si personne ne lui retire avant qu'il perd trop de sang.



[HRP : Bah si personne ne sait quoi dire alors autant mettre un peu d'action ça fait pas de mal^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumiel
Fée Cléptomane
avatar

Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 29
Date d'inscription : 25/11/2007

Carnet de Voyage
Races: Fée
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Mer 9 Jan - 19:01

[HRP : très bonne idée Wink]

Après le départ d'Inwen, Lumiel décida malgré tout de rester encore un peu. Cette auberge avait beau être miteuse, leur liqueur de framboise était plutôt bonne et la fée s'en délectait. Bénis soit le créateur du sucre. Même le bohémien, qui pouvait maintenant être nommé, se prépara à partir. Alors qu'il disparaissait dans la cuisine, la fée profita de sa solitude pour mettre ses pieds sur la table et s'adosser sur sa chaise qui tenait en équilibre. Elle s'étira, bailla et prit ses aises. Mais c'est à se moment là que Mika lui envoya un avertissement mental si fort et si surprenant qu'elle failli tomber de sa chaise :

* Des gardes...! *

L'hermine, parfaitement éveillée à présent, quitta le cou de sa maîtresse et grimpa le long d'une poutre. La fée, ne doutant pas un instant de l'ouïe surdéveloppée de son compagnon, quitta sa chaise, se mit à quattres pattes et se transforma en chatte noire. En deux bonds, Lumiel avait rejoint Mika dans les hauteurs obscures de l'auberge. Là, elle s'assit, tendant l'oreille. Les pas ordonnés et metalliques se faisaient de plus en plus proche. L'aubergiste avait prévenu les autorités plus vite que prévu. Lumiel n'aimait pas tellement tuer, mais elle n'avait guère le choix ; l'aubergiste leur avait sûrement parlé d'elle, et il n'était pas bon dans son travail de se faire connaître. Le félin attendit donc ses proies.

Il eut soudain un sacré boucan devant de la cuisine, mais Lumiel n'y prêta pas attention ; elle devait d'abord sauver ses fesses, le reste attendra. Les gardes entrèrent sans aucune discrètion. Il y en avait trois, lourdement armés, mais guère protégés heureusement. La féline attendit qu'un malchanceux passe juste en dessous d'elle et, d'un bond silencieux et précis, sauta sur la tête de sa vicitme et s'y accrocha de toute ses forces en plantant ses griffes dans les orbites et la nuque de son ennemi. Le garde poussa un terrible hurlement et tomba au sol, essayant désespérément d'enlever le chat de sa tête. Lumiel lâcha sa proie, désormais aveugle et blessée, reprit sa forme normale en une seconde et mit un terme aux souffrances du garde en lui tranchant le cou avec sa fine dague.

Les deux autres gardes, hébétés par l'horrible carnage et par cette attaque surprise, rèstèrent immobiles quelques secondes. Il n'en fallait pas plus à Lumiel. Alors qu'elle s'apprêta à tuer le deuxième, Mika poussa un cri suraïgue. La fée se retourna, mais trop tard. Un autre garde, qui était apparement rentré par la fenêtre, empoigna sa longue queue de cheval pour l'obliger à se retourner et lui offra un superbe coup de poing à l'abdomen. Sous la violence du choc, la fée tomba à la renverse en lâchant son arme, le souffle coupé, recoquevillée sur elle même. Les yeux agrandis sous l'effet de la surprise et la douleur, elle resta quelques secondes inerte. Mika avait bondit sur l'agresseur de sa maîtresse et, après quelques instants de lutte, le petit animal réussit à arracher un bout d'oreille du garde qui ne parvenait pas à saisir la boule de poils.

Les deux autres soldats profitèrent de la faiblesse de la fée pour la forcer à se lever et l'immobiliser. L'un le tenait par derrière pendant que l'autre avait ramassé la dague de la fée pour la menacer avec.


" Cette fois, c'est à ton tour de devenir aveugle! "

Le soldat brandit un dague. Sous un effet de panique, Lumiel infligea un coup de boule au visage de celui qui la tenait, ce qui les fit reculer tous les deux. Le second garde manqua dond son cou, la fée n'avait maintenant qu'une coupure superficielle à la joue gauche. Il s'apprêta à frapper de nouveau, mais Lumiel prit les avances, aggrippa le manche de celui qui la tenait et tira dessus de toute ses forces pour le faire passer par dessus son dos. Cela fonctionna. Le première soldat tomba sur celui qui tenait la dague, mais il se la prit en plein dans la nuque et mourut après quelques horribles gargouillements étranglés.

Lumiel ne perdit pas de temps et reprit sa dague ensanglantée. La fée tint en respect celui qui avait voulu l'aveuglé, mais ce dernier, étant coincé sous le corps de son camarade, ne pouvait que la regarder de ses yeux terrifiés. La fée lui lança un regard haineux et l'acheva rapidement (mais guère proprement) en écrasant sa tête avec son pied d'un seule coup. Elle sentit les os du crâne se briser, le sang couler, et elle en jubilait parce qu'elle s'était vengée. Son regard se tourna vers le dernier soldat qui lui avait donné un coup dans le ventre. Il essayait toujours de se débarasser de Mika, qui lui avait infligé bon nombre de griffures et blessures. Il lui avait même arraché l'oreille droite en entier. Lumiel n'eut donc aucun mal à l'achever en lui lançant sa dague qui se planta dans son front.

La fée, enfin débarassée de ces gêneurs, se laissa tomber à genoux. Son ventre la faisait souffir et elle avait encore un peu de mal à respirer. Mika vint la rejoindre, aussi sanglant qu'elle. Inquiet, le petit animal lui adressa quelques coups de langue affectueux au genou. Lumiel sourit et le rassura mentalement, prit le temps de souffler encore quelques instants et se releva. Un petit rideau de sang coulait le long de sa joue, mais à part ça elle n'avait rien. Elle arracha sa dague du crâne de sa victime, la rangea dans son sac après l'avoir essuyée sur les vêtements du soldat et quitta cette scène morbide pour voir ce qui s'était passé dans la cuisine.

Et là, elle vit avec stupéfaction le bohémien se faire abbattre comme un lapin par un archer, dont elle se trouvait juste derrière. Lumiel serra les dents ; agacée au plus haut point, elle empoigna la tête de l'archer qui n'eut pas le temps de se retourner et la tourna d'un coup sec vers la droite. Un craquement se fit entendre et l'archer mourut.

Sa haute mais courte colère passée, Lumiel regarda à présent le bohémien, s'avança lentement vers lui et s'accroupit à ses côtés. En regardant brèvement dans la pièce, elle ne s'étonna pas des deux flèches qui lui sortaient du corps. Par chance, elle avait n'eut que trois adversaires, mais lui il était tombé sur le gros lot. Elle s'étonna d'ailleurs qu'il soit encore en vie avec ce qu'il avait prit.


" Eh ben, ils t'ont pas loupé... " fit-elle ironiquement.

La fée ne pensa pas un instant à s'en aller et le laisser crever là. Elle était voleuse, pas une brute sans cervelle. Et puis n'y avait-il pas un diction qui disait 'les ennemis de mes ennemis sont mes amis'?

Dans tous les cas, elle devait retirer les flèches. Il risquait de perdre son sang, de s'évanouir sous la douleur et j'en passe, mais c'était préférable à une infection et de garder les flèches plantées là...La fés soupira.


" Bon, j'vais te retirer tout ça. "

Elle farfouilla dans son sac pour prendre un de ses vêtements qu'elle déchira en lambeaux pour pouvoir empêcher le sang de couler. Elle trouva aussi une bouteille d'alcool dont elle s'enduit les mains pour ne pas infecter la blessure pendant que Mika observait la scène en retrait. Elle en impregna également ses bandes de fortune et enfin prit une des flèches dans sa main et posa l'autre sur le torse du bohémien pour l'empêcher de boucher pendant l'opération. Enfin, elle le regarda avec sérieux. Il allait avoir mal, très mal.

" Prêt? "


Dernière édition par le Mer 9 Jan - 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Navildur Lestra
Guerrier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Age : 29
Localisation : Quelque part... dans un lieu retiré
Date d'inscription : 15/08/2007

Carnet de Voyage
Races: Bohémien
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   Mer 9 Jan - 20:09

L'archer ne l'avait pas loupé et loin de là. D'ailleurs il s'apprêtait à donner un second coup au Bohémien mais celui ci fut empêché par l'une des fée de la salle d'à côté. Elle était venu voir ce qu'il se passait ici ou bien voulait elle sortir aussi par l'arrière. Navildur ne pouvait le savoir mais pour une fois, il était heureux de voir quelqu'un. La fée ne perdit pas de temps pour éliminer l'archer et elle lui fit faire à sa tête tout un tour. Le Bohémien perdait beaucoup de sang et sa vue commençait a devenir trouble. Il vit tout de même un forme se rapprocher de lui, il en déduit que c'était la fée prénomé Lumiel si il se souvenait bien. Celle ci s'occupa de lui d'ailleurs et elle lui parla également. Il put entendre...

" Eh ben, ils t'ont pas loupé... "

Il commençait à put rien entendre. La voix de la fée raisonné comme un écho, comme ci il se trouvait dans un bocal et qu'elle lui parlait à travers. Navildur avait bravé bien des situation mais celle ci était la pire qu'il avait affronté. Auparavant il ne s'était jamais retrouvé dans une telle situation, dépendant d'une autre personne pour qu'elle l'aide à vivre. La fée lui produisit des soins, enfin, elle fit ce qu'elle pouvait faire c'est à dire retirer les flèches. Elle entoura la première flèche, celle qui avait fait le plus de dégats, d'un bondage comme elle le pouvait pour éviter à l'homme de perdre trop de sang mais déjà beaucoup de quantité était versé sur le sol de la cuisine. Le Bohémien commençait à devenir blanc, tellement qu'il allait presque devenir aussi blanc que le carlage de la cuisine. Sa tête commençait à devenir lourde, il sentait son esprit partir. Il entendit d'ailleurs une voix, faiblement mais il entendit qu'on lui parlait...

" Prêt? "

"Fais vite...."

Un son très faible était sortit de sa bouche que Lumiel ne put pas distinguer. Malgré cela, il sentit d'un coup la flèche sortir de son thorax. Une giclé de sang suivit la sortit. La fée se prit tout se sang à la figure tandis que Navildur tomba lourdement sur le sol. Il ne bougeait pu, il était comme mort. La fée l'avait peut être donné le coup de grâce en retirant cette flèche. Le Bohémien resta dans cette position plusieurs longue seconde avant de bouger enfin. Il avait visiblement reprit des forces. Il y était presque à l'agonie à l'instant et le voilà de nouveau en forme.

Le Bohémien se releva même. Il en profita pour poser sa main sur la flèche restante et la retira d'un coup sec. Il grimaça sous l'effet de la douleur et il jeta la flèche plus loin. Puis il se tourna vers la fée et lui dit...


"Ils sont un très grande nombre dehors. Il va falloir trouver quelque chose pour sortir sans se faire tuer. Tu as un plan."

Navildur parlait à la fée comme ci il ne venait rien de se passer, on avait l'impression que pour lui il ne s'était rien passé, qu'il y a même pas une minute, il était presque mort. Pour lui, tout semblait normal mais maintenant ce qui venait de se passer risquait d'éveiller les soupçons de la fée qui risque certainement de le questionner sur cette miraculeuse guérrison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eragon Roran
Chasseur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 47
Localisation : Alagaësia
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Le retour au village   Mar 11 Mar - 10:11

Le jeune garçon revient de l'une de ses longues périodes de chasse pour trouver de la viande pour nourrir sa famille. Il est un peu fatigué, les quelques jours passer à errer dans les contrées l'ont affaibli.

En vue de la taverne, il lève les yeux entendant le rafu causé et par le nombre des personnes présentes. Il tient à la main une petite bourse de cuir où cliquete quelques pièces. Il se faufile et laisse errer son regard sur les personnes présentes, essayant de comprendre ce qui se passe. Ne sachant pas l'objet de tout ce remue ménage, il décide finalement de se faire dicret et se glisser gentiment à l'intérieur de la taverne pour satisfaire sa soif et peut peut-être manger quelque chose.

Il prend place un peu à l'écart et laisse errer son regard sur la scene tout en écoutant les bribes de conversation faisant en sorte de ne pas être vu. Il ne tenait pas à être vu, ou encore être pris en traind'espionner. Là une voix l'interromp et il lève les yeux vers son interlocuteur. Le tavernier s'était avancé vers lui et le regardait un peu surpris :


- Que viens-tu faire ici, tu n'as donc pas vu ce qu'il se passe ?

- Bien sûr, mais je ne vais tout de même pas mourir de faim ? Et puis ce n'est pas après moi qu'ils en ont !

Il n'y eu aucune réaction dans un premier temps. Puis le tavernier consentit à demander ce que le garçon désirait. Eragon réfléchit un moment puis demanda enfin au tavernier ce qu'il avait préparé qui lui ferait envie, n'ayant aucune idée en tête. Le tavernier annonça le menu. le garçon fit son choix etle tavernier s'éloigna.

Eragon tourna les yeux discrètement vers la scène qui se jouait encore sous ses yeux, continuant de faire en sorte de ne pas être vu. Quand il sentait des yeux s'aventurer vers lui et plongeait son regard vers ses mains croisées devant lui sur la table de chène brut et mal taillée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ed-speleers-france.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après l'effort, le réconfort [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)
» Après l'effort, le réconfort !
» Après l'effort, le réconfort !
» Après l'effort, le réconfort + Cassiopée et Ezreal
» Anim: Après l'effort le réconfort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalaness :: Hors RPG :: Les oubliettes :: RP terminés ou abandonnés-
Sauter vers: