Evalaness

Evalaness... Un nouveau monde magique...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 *En route pour la capitale°

Aller en bas 
AuteurMessage
Ashanta Eltren
Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18
Localisation : En ce moment, sur les chemins de Feilobiel.
Date d'inscription : 27/12/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: *En route pour la capitale°   Jeu 27 Déc - 16:45

Rien ne troublait le calme de la forêt en ce doux matin dans le royaume des elfes. Les seuls bruits qui perçaient le silence étaient ceux des oiseaux et animaux normaux et magiques qui faisaient leur vie dans l'insouciance de la nature sauvage. En y regardant de plus près, on s'apercevait d'ailleurs que la forêt grouillait de toutes sortes d'animaux grands et petits, qui s'approchaient plus ou moins farouchement des visiteurs, selon la nature de ces derniers. Ce calme apparent avait même l'air de cacher une vie hyper active, qui jamais ne s'arrêtait.

Au milieu de cette agitation tranquille et silencieuse, une grande forme noire étendue par terre contrastait avec le vert de la prairie où elle se trouvait. Entourée par cette forme, une autre forme dormait en boule dans des vêtements noirs aux broderies dorées. Ashanta, la jeune elfe, profitait d'un repos mérité, installée sous les grandes ailes noires de sa jument ailée. Le visage calme dans son sommeil, la grande silhouette féminine semblait resplendir, malgré sa couleur de peau, sa main gauche pour le moins inhabituelle, et l'épée qui dormait aussi à côté d'elle. Elle aurait presque paru inoffensive, cet elfe là.

Soudain, un bruit sourd retentit. Un sanglier tombé dans un trou, ou une pierre qui avait roulé au fond d'un ravin empli de buissons, qui sait, il n'empêche qu'Ashanta fit un bond prodigieux et se retrouva sur pieds, les sens en alerte, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Le sommeil se lisait encore dans ses yeux vifs, mais elle était en pleine possession de ses moyens. Le pégase se releva aussi, suivant le mouvement de sa maîtresse, qui tenait nerveusement le pommeau de son épée, craignant une embuscade de voleurs, comme il y en avait parfois. Il fallut quelques secondes à la combattante pour s'assurer qu'il n'y avait aucun danger. Ce bruit là n'aurait d'ailleurs même pas du la réveiller, tant il était lointain. Mais c'est le don dont elle avait hérité, cette ouïe hors du commun qui lui donnait tant de possibilités.

Rassurée, Ashanta commença enfin à réfléchir, et à repasser dans sa tête les raisons de sa présence ici. Elle avait décidé quelques jours plus tôt de se rendre à la capitale, pour y trouver un équipement correcte pour Evamoon, le pégase femelle qui était sa meilleure amie et compagnon en toute circonstance. Après s'être assise quelques minutes pour s'étirer et se réveiller complètement, l'elfe à la peau sombre chercha des baies qu'elle mangea en guise de petit déjeuner, puis elle plia la couverture sur laquelle elle avait dormi et l'attacha sur le dos d'Evamoon, puis elle monta sur le dos de la magnifique bête noire et serra légèrement les jambes. Sous cette pression l'animal partit au pas, et elles rejoignirent ensemble un des chemains de la forêt de Feilobiel. Ashanta arrêta la jument un instant, puis se concentra profondément. Les bruits très lointains de l'agitation de la ville parvinrent à ses oreilles, et elle orienta son voyage vers cette direction. Après quelques minutes d'échauffement au pas et au trot pour sa monture, elle la lança vivement au galop, mais sans voler pour l'instant, elle souhaitait profiter un peu du magnifique paysage qui s'offrait à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cobaltcity.hightoxic.com
Eäródia Glil-Galad
Princesse Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 222
Age : 28
Localisation : Dans la lumière du Soleil...
Date d'inscription : 07/04/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Jeu 27 Déc - 18:39

[Allez, je m'y colle :p ya longtemps que j'ai pas rencontré de compatriote ^^]

Il était très tôt ce matin lorsque je sortis de la capitale emmitouflée dans ma chaude cape kaki. Sauf que ce matin, je n'étais pas toute seule comme lorsque je prennais la poudre d'escampette.
Non, ce matin, j'étais entourée d'une dizaine d'elfes, que j'avais sélectionné après une épreuve de compétence. Etonnant de ma part n'est ce pas ?! Eh oui, j'avais décidé de prendre certaines choses en main. Notemment la sauvegarde et la tenue de la forêt qui nous avait tous vu naître.
C'est donc pour ce but que j'avais engagé le temps d'une journée les meilleurs elfes rodeurs de tout Evalaness. Pour quoi faire me demanderez vous ? Eh bien, j'avais repéré des traces inquiétantes et étranges près du point d'eau des cerfs et autres herbivores forestiers. Quelques temps plus tard, du sang m'avait conduit à une tanière où visiblement une bête qui n'aurait jamais du mettre les pieds dans cette forêt avait décidée de s'installer tranquillement ici, avec sa nombreuse famille. Malheureusement, seule, aussi douée que j'étais, je ne pouvais pas y venir à bout. J'en avais dénombré six ou sept, et parmi eux un "chef de meute" particulièrement impressionnant. Après quelques recherches dans ma bibliothèque préfèrée, j'en avais déduit que c'était des griffons, bêtes particulièrement désastreuses qui pouvaient décimer le biotope et la biocénose naturelle de cette forêt. Or, cela ne se pouvait pas, cela ne devait pas arriver. Ces griffons vivaient habituellement sur les flancs des montagnes abruptes, et n'étaient pas fait pour la vie en forêt. Comment étaient-ils arrivés ici, je ne le savais pas. Peut être quelques uns des nombreux braconniers mal intentionnés, ou tout simplement une migration exceptionnelle. Quoiqu'il en soit, il fallait nous en débarrasser sur le champ.
Attention, n'allez pas croire que nous préparions un véritable massacre ! Bien au contraire, tout était prévu pour leur capture la plus douce possible, et leur rapatriement dans un milieu leur correspondant plus. Et bien sûr, un couple d'entre eux irait grossir notre observatoire de la faune sauvage au sein de la capitale. C'était une idée que les hommes avaient eu un jour, mais qu'eux ils appellaient zoo. Nous ne faisions pas payer les gens pour venir les voir, non, mais nous les étudions simplement.
Bref, nous étions donc tous armés et prets pour cette opération. Je ne comprennais pas comment nous tous elfes chargés de cette forêt n'avions pu nous appercevoir plus tôt de ce mouvement... Il faut dire aussi que ces derniers temps, je n'avais pas été présente pour ma forêt, trop occupée à courir par monts et par vaux...
C'était aussi un moyen de me faire oublier - un court instant - le feu qui me dévorait les entrailles, son fantôme, les sensations de notre dernière nuit... Un moyen de me faire oublier l'espace de quelques minutes, Lui, Lui qui me manquait tant...

Nous nous hissames à cheval, souplement, prestement, et nous partimes bien vite au galop, après une courte mise en jambe pour nos compagnons si précieux. MaO Boy était véritablement ravi de se défouler dans une aube telle qu'aujourd'hui, et je sentais son esprit rebondir sur le mien, rebondir de joie. Comment pouvais je être triste avec un ami tel que lui ? Sa robe pie alezan étincelait déjà sous les premiers rayons du soleil, et je parvins à sourire, comme avant, avant sa rencontre, comme si aucun poids ne pesait sur mon coeur. La vie était belle après tout...
Lorsque nous arrivames près du repaire, nous installames en silence les divers pièges, et cela nous prit tout de même une bonne heure. Nous en profitions pour les observer se lever, et pratiquer leurs rituels quotidiens. Je ne pouvais cacher mon ébahissement : ils étaient impressionnants tout de même. Dangereux, mais grandioses. Mes compagnons étaient eux aussi plongés dans une observation profonde et silencieuse.
Enfin, nous entrames en action. Tout se passa proprement, nettement, parfaitement. Nous nous séparames, et 6 d'entre nous prirent en charge ceux que nous allions relacher. Nous les observames partir avec les six bêtes, puis nous firent de même avec le couple restant que nous gardions.
Seulement, un accident technique arriva. L'une des nasses dans lequel était la femelle cassa, provoquant un vacarme effroyable, nous obligeant à nous boucher les oreilles pour éviter d'un le cri perçant de la griffonne, et deux, le bruit des rondins de bois chuttant brutalement. Des oiseaux s'envolèrent au loin. Nul doute que ce vacarme s'était entendu jusqu'à la capitale.
Très vite, nous reprîmes nos esprits, nous empressant d'immobiliser la femelle, tandis que certains d'entre nous tachaient de réparer cette nasse, et que les autres surveillaient le mâle. Malheureusement, la femelle s'échappa.
Réagissant très vite, je sauta sur MaO Boy, et je me lança à sa poursuite, seule puisque les autres s'occupaient du reste. Elle courrait vite, mais MaO était vaillant, et surtout très habitué à ce genre d'exercice.
Seulement, je n'avais pas vraiment prévu la suite. Lancés à toute vitesse, la bête et moi, nous ne vimes qu'au dernier moment les voyageurs présent sur la route (oui, car on se poursuivait dans les sous bois). Nous déboulames donc d'un coup au mileu du chemin, percuttant un cavalier et son cheval (ailé !).
MaO chutta, pour une des premières fois de sa vie, s'étant empétré les membres dans ceux de l'autre équidé. Je tomba donc à mon tour, sur la bête qui elle aussi était à terre. Malgré le choc, je pus m'appercevoir que la griffonne s'était assomée sur le coup. C au moins, c'était réglé.
Je me releva, voyant plusieurs chandelles devant mes yeux, et je m'empressa d'aller voir les dégats pour MaO.
Il s'était ouvert un postérieur et un antérieur. Je jura (oui, ça m'arrivait parfois xD mais rarement Cool ). Bien. Il me fallait aller chercher mes compagnons, et qu'on se rappatrie immédiatement au coeur de la capitale. Les blessures de MaO étaient assez supperficielles, et ne poseraient guère de problèmes à la guérison, quant à ma bosse et mes genoux ouverts, ce n'était pas vraiment important. De toute façon, je les avais déjà oubliés.
Par contre, ce que je réalisa soudainement, c'était ce que nous avions percutés. Je me retourna vivement vers le cavalier - qui s'avéra être une cavalière - et je restais ébahie, à la fois sous le choc de ce coup brutal, et confuse de la situation que j'avais provoquée.
Moi qui d'habitude paradait sans cesse, eh bien plus aucun mot ne voulut franchir mes lèvres. Il faut tout de même avouer que c'était une entrée assez... particulière !
Je resta donc la, une main posée sur l'encolure de MaO, une main immédiatement portée sous ma cape, à l'emplacement de ma lame, et surtout, le regard droit, fier, plongé dans le sien...
Certes, j'y avais été un peu fort pour cette entrée, mais ce n'était pas pour autant que je perdais mon assurance habituelle et ma prudence...
Dans tous les cas, j'étais bien consciente de l'embarras dans lequel je m'étais fourrée, et j'étais déjà toute prète à l'assumer. Nul doute que ma chère reine de mère allait encore me faire la morale... Toujours aussi casse cou hein ^^"
Quoiqu'il en soit, cet échange de regard serait sans doute beaucoup plus parlant que bien de mots inutiles... La valeur d'une personne se voit dans son oeil, dans son attitude...
Que me réservait encore cette nouvelle rencontre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashanta Eltren
Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18
Localisation : En ce moment, sur les chemins de Feilobiel.
Date d'inscription : 27/12/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Jeu 27 Déc - 21:19

[lol^^ je suis désolée y aura peut-être pas autant de lignes que toi XD, j'ai du niveau quand je veux mais pas à ce point ^_^']

Ashanta savourait la caresse du vent dans ses cheveux. Les sabots d'Evamoon heurtaient le sol à un ruthme rapide régulier, faisant s'envoler les oiseaux dans les arbres par le bruit qu'ils causaient. Les cheveux au vent et la crinière noire de la jument qui lui battait la figure réjouissaient profondément la jeune elfe. Elle adorait vraiment le sentiment de liberté qu'apportaient de telles galopades en forêt. La forêt semblait d'ailleurs beaucoup moins calme quand une telle flèche la traversait à une vitesse impressionnante... En effet, certains chevaux étaient très rapide, mais les pégases disposaient d'une très impressionnante musculature qui leur permettait d'atteindre des vitesse inimaginables sur une autre monture. La seule chose avec les pégases, c'est qu'ils étaient plutôt farouches et difficiles à apprivoiser, et le cas d'Evamoon était une véritable exception, bien qu'elle ne soit ni vraiment dressée, ni vraiment domestiquée. En fait, elle n'écoutait et n'obéissait qu'à Ashanta, son unique maîtresse.

Soudain, un énorme bruit se fit entendre, suivit d'un cri strident qui provoqua l'arrêt du pégase lancé à toute allure. La pauvre bête, désorientée par le son insupportable, trépigna sur place pendant quelques secondes sans que sa cavalière ne puisse rien y faire. Il faut préciser que la cavalière en question était au moins aussi désorientée que sa monture, étant donné qu'un son aussi perçant ne tombait pas dans une oreille hyper sensible sans y causer d'énormes dégâts... Notamment un mal de crâne écrasant et une profonde envie de tomber à terre. Car voilà bien le seul point faible remarquable chez Ashanta, un son trop puissant et trop strident la désarçonne complètement, l'empêchant d'agir tant la douleur provoquée est grande. Le son cessa enfin, laissant une jument noire agitée et une cavalière elfique complètement sonnée.

C'est sûrement à cause de l'état dans lequel avait plongé Ashanta ne serait-ce qu'une minute qu'elle n'entendit même pas arriver l'hippogriffe et le cheval, qui fonçaient droit sur elle sans même qu'elle ne puisse s'en apercevoir. La tête entre les mains, perchée sur le dos d'Evamoon, la jeune guerrière reprenait peu à peu ses esprits, quand elle réalisa au dernier moment ce qui fonçait sur elle. La jument fut plus rapide à réagir que la cavalière, mais elle ne le fut tout de même pas assez, et les deux s'écroulèrent à terre, se prenant de plein fouet les animaux lancés à pleine vitesse. L'elfe se retrouva à terre en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, et poussa un grand cri quand son pégase tomba sur sa jambe. Pas vraiment consciente de ce qu'il se passait autour d'elle pendant les premières secondes, Ashanta comprit ensuite ce qu'il s'était sûrement passé. Une elfe était en train de lutter contre un hyppogriffe, qui ne semblait pas vouloir se laisser faire. Quand ce dernier fut attrappé, l'elfe retourna auprès de son cheval, à terre lui aussi, et blessé.

Ashanta ne l'avait pas quittée des yeux, tout en se dégageant de sous sa jument étendue à terre et sonnée à priori. Inquiète pour cet animal auquel elle tenait tant, mais toujours sans quitter des yeux l'autre elfe, elle se dirigea à genoux vers Evamoon et prit son poul, s'assurant qu'elle respirait. Une grande blessure était visible sur sa croupe, et saignait abondamment, mais ça n'avait pas l'air trop profond. Les yeux dans les yeux avec la cavalière anonyme en face d'elle, Ashanta serrait nerveusement l'un des poignards dissimulés sous sa tenue, prête à riposter. Même si l'autre en face d'elle n'avait pas l'air dangereuse, elle venait tout de même de maîtriser un hyppogriffe, ce qui n'est pas donné à tout le monde! Le regard de la femme était sûr et ne cédait pas devant celui de la guerrière. Après un bref coup d'oeil sur l'armure, il devint évident qu'elle était loin d'être pauvre, mais, Ashanta n'ayant jamais vu la princesse de son royaume à cause de sa vie dans les bois, ne fut pas en mesure de la reconnaître. Ne faiblissant pas devant le regard perçant et insistant de l'autre cavalière, la guerrière à la peau sombre jugea qu'elle ne l'attaquerait sûrement pas, vu la manière qu'elle avait de ne pas bouger de derrière son cheval. Incapable d'ammener seule la bête ailée jusqu'à la ville, Ashanta se résigna à demander l'aide de son interlocutrice muette, qui ne devait sûrement pas être venue seule, vu le vacarme de tout à l'heure. L'elfe avala durement sa salive avant de se décider à prendre la parole, mâchant ses mots, et ne sachant pas trop par où commencer. Cependant elle se força à afficher un masque d'assurance sans faille, peut-être pas spécialement crédible sur l'instant...

-Je ne te connais pas, mais en ce moment, je n'ai pas vraiment le temps de te faire subir un interrogatoire. Je dois juste savoir, si tu acceptes, nous pourrions nous aider mutuellement pour ramener nos montures en ville. Je sais que nous ne sommes plus loin, mais malgré mes forces, je ne me sens pas capable de porter ma jument jusque là bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cobaltcity.hightoxic.com
Eäródia Glil-Galad
Princesse Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 222
Age : 28
Localisation : Dans la lumière du Soleil...
Date d'inscription : 07/04/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Ven 28 Déc - 19:37

[Edit : J'avais tout tapé, et par faute de frappe tout s'est effacé T_T voici donc la new version qui est beaucoup moins bien et allégée x) Et T'inquiètes pas pour les lignes ok ?! ]

Cette personne était sans nul doute particulière. Elle ne faiblissait pas devant mon regard perçant, que j'avais affûté durant de longues heures sur les domestiques du palais, lors de mes nombreuses "bouderies". Autant dire qu'elle marquait un point dans mon estime. J'avais le chic pour apprécier des personnes que ma chère mère aurait jugée "trop caractérielles". Il faut dire aussi que je la comprenais parfaitement. Après avoir tenté de m'élever, il est normal qu'elle ne veuille avoir affaire qu'à des chiffes moles... J'étais dure, complètement sauvage pour le rang que j'occupais malgré moi, et surtout, je n'en faisais qu'à ma tête. Le protocole me sortait par les yeux, et tout ce que je pouvais faire pour contrarier ma mère, je sautais dessus à pieds joints. Cependant, je considérais ceci comme ma force. Au moins, on me fichait la paix, j'étais à peu près libre, on me respectait et certaines personnes me craignaient carrément. Pourtant, les rares personnes qui avaient brisé ma carapace avaient découvert une générosité et une loyauté sans limite...
Durant ce mutisme involontaire, j’observa attentivement mon interlocutrice, et je souris presque malgré moi. Elle était à première vue sensée puisque je devinais sa main sur une arme quelconque, prête à riposter. Si je l’avais croisée à un autre moment, je lui aurais sûrement demandé un duel - amical hein – juste pour le plaisir de combattre, et pour voir sa valeur. Mais bon, apparemment, je pouvais faire une croix dessus. Mais… Etais ce une elfe ? A priori oui, au vu de son allure élancée. Et si c’était un elfe noir ? A cette pensée, je ne pus réprimer un frisson de dégoût. Dieu seul savait comme je pouvais les haïr ces êtres répugnants qui salissaient l’honneur des véritables elfes ! Mais quelque chose me disait que ce n’était pas le cas. Et je ne me trompais que rarement…. De plus, cela aurait été plus qu’étonnant ! En effet, les elfes noirs ne pouvaient passer notre frontière, à moins d’être franchement inconscient. Eh oui, ici, la chasse des elfes noirs était le sport national (sic). Nous pouvions être cruels, parfois…
Bref, c’est durant cette observation minutieuse que je posa enfin mon regard sur son compagnon, un équidé. Et quel équidé ! Je fus ébahie. Jamais je n’avais vu un tel pégase ! Ou du moins, ceux que j’avais rencontré étaient loin d’être aussi impressionnants. A sa couleur d’ébène, j’aurais pu trouver une raison de soutenir la thèse « elfe noir », pourtant, cela ne me vint même pas à l’esprit. Subjuguée par sa beauté, c’est la que je réalisa aussi ce que j’avais fait. Presque malgré moi, je me déplaça, et je finis par m’accroupir au dessus de sa blessure à la croupe, qui saignait abondamment. Sans le toucher – cela ne se faisait pas, c’est une marque de politesse, du moins pas sans l’accord de son maître – je passa mes mains au dessus, cherchant à capter un signe, ou une chaleur particulière… Je pouvais « guérir » certaines blessures ou certains maux grâce à ma chaleur mais pas dans le cas d’une blessure ouverte. Non, la c’était du domaine des plantes et de la chirurgie. Or, les plantes, j’aurais pu, mais je n’en avais pas, et puis le mieux était quand même la chirurgie. Or le seul lieu où cela se pratiquait, c’était aux écuries royales.
Je me releva, honteuse, soucieuse et tout ce que vous voulez, et je me tourna vers l’inconnue, qui venait de finir de parler. Alors je pris la parole, posément, mais sûrement, la mine contrite :


- Je suis sincèrement désolée de ce que j’ai provoqué. Par conséquence, il est de mon devoir de vous aider.

Je marqua une pause, réfléchissant. Les écuries royales étaient au cœur de la cité, à côté du palais. Or, et c’est la que je tourna la tête vers la griffonne toujours assommée, je devais aussi ramener cette bête à l’observatoire, qui lui était situé à l’extrémité sud de la capitale. Et la porte principale était à l’ouest, à environ trois kilomètres d’ici. Je me tourna alors vers MaO Boy, et je compris de suite à son regard que lui aussi cherchait une solution. C’est la que je lui dit donc en souriant doucement :

- Non mon cher, tu es blessé toi aussi, et il est hors de question que tu le porte sur toi, aussi courageux et fort sois tu.

Je me tourna à présent vers les bois. Même si j’appelais mes compagnons, ils ne nous seraient d’aucune utilité puisqu’ils devaient maîtriser l’autre griffon, et le ramener également à l’observatoire. C’est pourquoi il ne restait qu’une seule solution. Lorsque je me retourna vers l’inconnue, je lui proposa :

- Eh bien voilà, nous pourrions fabriquer un brancard pour votre compagnon, et avec l’aide de MaO je le tirerais jusqu’à la capitale, aux écuries royales précisément. C’est là qu’ils seront à même de la soigner parfaitement. Et il m’en faudrait aussi un autre pour la griffonne, mais de cela je m’en occupe, je ne voudrais pas que vous soyez blessé gravement. J’ai déjà fait assez de dégâts comme ça.

Restait plus qu’à voir si l’inconnue accepterait. Je ne pus cependant m’empêcher de déclarer à nouveau, reprenant mon insouciance habituelle mais cependant sincère :

- De ma vie je n’ai jamais vu une telle beauté. Alors si les dégâts ne pouvaient être réparables, je m’en voudrais toute ma vie. Faire ce que j’ai fait, c’est un crime d’état à mes yeux ! Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que vous soyez dédommagé au maximum, et puis vous trouverez au sein de la capitale tout le repos et les fournitures dont vous aurez besoin. Je m’occuperais de tous les détails relatifs à votre séjour parmi nous, soyez sans crainte.

Dis je en m’inclinant légèrement. C’est que je devenais polie ! Peut être que le protocole finissait par rentrer finalement… Une chose était sûre j’allais à la fois me faire sermonner par ma mère pour mon irresponsabilité et en même temps remerciée pour avoir débarrassée la forêt de ses vilains parasites. Ah, la politique !
Je réalisa aussitôt que pour mieux collaborer, il fallait peut être que je cesse de la considérer comme une inconnue. C’est pour cela que je décida de me présenter, laissant volontairement de côté « qui j’étais ». Je m’inclina donc à nouveau tout en prononçant d’une voix enjouée :


- Puisque nous allons devoir coopérer suite à cet incident, sachez que je me nomme Eäródia (dite Eä xDD), pour vous servir.

Le décor ainsi planté, il nous fallait agir. Espérons que cet incident n’allait pas avoir de trop grandes conséquences…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashanta Eltren
Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18
Localisation : En ce moment, sur les chemins de Feilobiel.
Date d'inscription : 27/12/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Ven 28 Déc - 21:15

[no problem'! Mis je doit avouer que j'hallucine sur la taille de la versoin allégée! Qu'est-ce que ça aurait été si tu avais posté ton texte entier XD]

Ashanta, même après ses paroles, n'avait pas cillé un instant devant le regard de l'étrangère. Les deux s'étaient observées longuement, et l'elfe à la peau sombre avait toujours gardé une main sur le poignard dissimulé, une autre sur la tête d'Evamoon. La pauvre perdait beaucoup de sang, et la guerrière s'inquiétait beaucoup pour son état. Après les premières paroles de l'inconnue, Ashanta se décida enfin à lâcher complètement son arme. Désormais, c'était plus le griffon assomé qu'elle surveillait du coin de l'oeil, de peur qu'il ne se réveille. La nature elfique de l'inconnue semblait bien plus logique et évidente que celle de la guerrière à la tenue noire et dorée.
Cette dernière sentit d'ailleurs ses muscles se raidir quand elle s'approcha de la bête ailée étendue à terre. Mais elle s'abstint de la toucher, montrant ainsi sa bonne éducation. Rien qu'en suivant le regard de cette mystérieuse elfe, Ashanta se détendit, comprenant qu'elle était loin de vouloir du mal à sa précieuse amie.
Le cheval pie, quelques mètres plus loin, semblait plus vaillant que tout à l'heure, et il s'adressa à sa cavalière, sûrement pour proposer une idée, à en juger par la réponse que cette dernière lui donna. La combattante, elle, resta silencieuse durant le temps où parlait l'étrangère. Un léger sourire vint cependant illuminer son visage à l'entente du compliment concernant le pégase. Ashanta laissa descendre un regard tendre sur l'équidé noir, consciente de ce que disait l'inconnue. Ses yeux retournèrent peu de temps après se planter dans ceux de celle qui venait de se présenter comme s'appelant Eäródia. Elle avait parlé très poliment, et Ashanta s'était même demandé si sa façon de parler tout à l'heure n'avait pas été trop... directe et frontale. Mais il ne faut pas lui en vouloir, elle est comme ça, et disons que l'isolement dans la forêt avec pour seul compagnon Evamoon ne lui avait pas vraiment fourni une connaissance sans faille au niveau du relationnel. Cependant, la nouvelle venue lui semblait très amicale.
Toujours accroupie à côté de la jument ailée, Ashanta inclina la tête en signe de salut, puisqu'elle n'était pas vraiment dans une position pour faire plus...
(XD) Puis elle répondit calmement.

-Enchantée, Eärodia. Mon nom est Ashanta. Quant à votre idée, elle me semble bonne, et je n'en ai pas d'autre. Ne vous inquiètez pas trop pour l'accident, j'en ai connu de plus grave. Ne vous sentez pas obligée de me fournir autant, je ne demande rien d'autre que des soins pour Evamoon...

En effet, il n'y avait rien d'autre à faire que de fabriquer des brancards. Mais, aux yeux d'Ashanta, le plus urgent était de stopper le sang qui s'écoulait beaucoup trop vite par la blessure du pégase. La déchuirure sur sa croupe avait sûrement été causée par les griffes de la bête sauvage, toujours assommée quelques mètres plus loin, et que l'elfe guerrière surveillait toujours aussi attentivement du coin de l'oeil. Après un regard circulaite autour d'elle, constatant qu'il n'y avait rien de convenable alentour pour une telle utilisation, se résigna à utiliser la couverture sur laquelle elle avait dormi la nuit précédente. Ce maigre morceaux de laine était son seul bagage, mis à part ses armes et ses vêtements. Elle se nourrissait des ressources de la forêt, et, après tout, si elle se rendait en ville, s'était pour acheter un matériel qu'elle n'avait pas pour chevaucher plus confortablement. Extirpant un des fameux poignards dissimulés dans un pan de sa tenue, elle déchira la couverture et en fit un bandeau qu'elle passa comme elle le put autour du corps d'Evamoon, le serrant tant bien que mal pour stopper l'hémorragie.
Puis elle se releva, consciente qu'elle ne pouvait plus rien faire d'autre que d'aller chercher de quoi fabriquer les fameux brancards. Alors qu'elle allait s'éloigner avec Eäródia, le pégase reprit conscience, et laissa échapper un long hennissement de douleur. Ashanta réagit au quart de tour et se précipita vers sa jument. Elle tomba à genoux devant elle et prit sa tête entre ses mains, lui murmurant des mots d'apaisement inaudibles. Vaillante, et consciente de la difficulté qu'elle donnait à sa cavalière, la pauvre bête blessée tenta de se relever tant bien que mal, défaisant son bandage et tirant sur sa plaie. La guerrière ne dissimulait plus son inquiétude, et elle était ouvertement lisible sur son visage. Se rappelant avoir perçu quelques relents de magie autour de l'elfe qui l'accompagnait, se tourna vers elle, capitulant après s'être rendue compte qu'elle n'arrivait pas à calmer l'animal.


-Sauriez-vous vous y prendre pour l'endormir, ne serait-ce que le temps que je remette en place le bandage?

Evamoon abandonna l'idée de se relever, mais elle éait toujours agitée par la douleur. Ashanta tenait sa tête entre ses mains et était penchée à son oreille, lui expliquant qu'elle n'avait rien à craindre d'Eäródia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cobaltcity.hightoxic.com
Eäródia Glil-Galad
Princesse Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 222
Age : 28
Localisation : Dans la lumière du Soleil...
Date d'inscription : 07/04/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Sam 29 Déc - 18:11



J'avais fait quelques pas de côté afin de commencer à préparer notre construction. Pour ce faire, il nous fallait environ six jeunes ormes encore assez souples pour pouvoir en faire ce que nous désirions, une sorte de bambou sauvage qui nous permettrait de faire la toile, et des lianes, pour pouvoir faire des sortes de liens. Au loin, un bosquet de jeunes plantes apparaissait à mon regard. C'était donc parfait, et cela ne serait qu'une simple formalité. J'allais donc me diriger vers ce bosquet lorsque Ashanta, puisque c'était ainsi qu'elle se nommait se jeta au cou de sa jument. En effet, celle-ci venait de se réveiller, hénissant de douleur. Je me retourna, alertée, et prète à intervenir d'une quelconque façon.
Je pus par cette occasion constater l'attachement profond que ma nouvelle compagne portait au somptueux pégase. En fait, cela me toucha particulièrement, sans doute parce que je vivais la même chose - même si c'était différent - avec mon MaO Boy.
Dans tous les cas, je n'aurais jamais pensé qu'elle me demanderait une telle chose... C'était bien rare les fois où je faisais cela, et puis c'était soit sur MaO, soit sur quelques êtres humains bien précis... Mais pourquoi pas après tout. Je ne doutais pas de la réussite de cette entreprise, seulement c'était plus une question de pudeur. Je m'avança donc, assez gauchement à vrai dire, comme si j'avais perdu mon assurance habituelle, légèrement soucieuse. Se pourrait-il que cette jeune personne ait finalement décidé de m'accorder un soupçon de confiance ? C'était étonnant de la part d'une personne qui semblait aussi fière (remarquez, je pouvais parler, j'étais au moins autant aussi fière qu'elle !), mais tout à fait possible. De toute façon, il est clair que je n'avais aucune intention malveillante, bien au contraire. Lorsque j'étais sur les terres de ma mère, je changeais quelque peu. Je me montrais serviable et aimable envers les gens, et j'avais un peu l'impression de servir de guide personnalisé parfois ! x)
M'enfin, tout cela n'avait guère d'importance en cet instant. Je m'accroupis près de la jument, et je pris la parole, d'une voix légèrement voilée :


- Il y a un moyen... seulement avant de le mettre en oeuvre je voudrais juste vous mettre au courant de ce que je vais faire.

Je ne savais pas vraiment comment expliquer "mon don". Et je ne voulais pas perdre trop de temps par dessus le marché. C'est pour ça que je choisis l'option de facilité : je ne rentrerais pas dans les détails, du moins pas en cet instant. Je repris donc, levant les yeux sur Ashanta :

- J'ai la particularité de recevoir et de donner énormément de chaleur. En fait, je suis comme une sorte de pompe à chaleur (xD), le feu et moi ne faisons qu'un... Je vais donc lui "donner" de la fièvre, en élevant la température de son corps tellement haute qu'elle finira par s'endormir d'elle même. Bien dosée, cette action ne peut avoir de conséquences pour elle. Par contre, il faudra me prévenir lorsque ce sera bon, pour que je puisse diminuer la chaleur progressivement. Et aussi, j'ai besoin de concentration. Par contre, je ne pense pas avoir besoin de la toucher, pas pour ce petit acte. Si ça avait été plus grâve, ça aurait été différent... mais la, ça ira comme ça.

Finis je par conclure avec un petit sourire confiant. Une fois ce préambule effectué, je plaça mes mains au dessus de la jument, une au dessus de sa tête, et l'autre au niveau du flanc. Je ferma un instant les yeux, le temps de rassembler la chaleur que mon sang bouillonnant contenait, et lorsque je sentis que tout était prêt, je les ouvris à nouveau, mais tout en restant lointaine... Le flot continu chaud et rassurant commença à monter en moi, pour arriver lentement et progressivement à l'extrémité de mes mains. Je ne pense pas qu'il était visible pour une personne extérieure à la scène, mais je savais que la jument et moi même pouvait voir les petites lueurs dorées qui s'élevaient de nous deux en cet instant.
C'était tellement relaxant... J'adorais faire ça, mais je savais aussi qu'il me fallait faire attention à ne pas trop forcer... Je n'aurais pas toujours la chance de tomber avec des personnes qui pourraient me protéger le temps que je récupère, comme Mik par exemple...
Non seulement ça endormait peu à peu la jument, mais ça la calmait considérablement. Et puis c'était assez étrange. Lorsque je faisais ce genre de chose, il y avait toujours un moment où les pensées de l'autre rejoignaient les miennes et vice-versa. C'est le genre de truc à ne pas faire lorsque l'on a des choses à cacher. Ainsi, j'effleurais sans le vouloir les pensées de cette pégase, et cela me troubla quelque peu. D'un parce que j'avais horreur de violer l'intimité des animaux, et même si je pouvais communiquer avec eux je ne le faisais pas, même avec MaO Boy.
Enfin, tout ça pour dire que je pris conscience de certaines choses - contre ma volonté - comme par exemple l'attachement sans faille que vouait cette jument à Ashanta, jusqu'à la mort, mais aussi de longues périodes de souffrance et de solitude... Ainsi leur vie n'avait pas été joyeuse... Chaque personne possèdait ses blessures, cela n'en était que la confirmation malheureusement.
Cette "transe" dura au moins cinq minutes, mais lorsque j'en sortis, la jument était profondément et durablement endormie. Ainsi on avait pas mal de temps devant nous. Lorsque je leva les yeux sur Ashanta, mon regard était sans doute un peu particulier. Plus himble, plus doux...
Prendre conscience de certaines choses en ayant l'impression de violer l'intimité des personnes, cela m'affligeait beaucoup. Mais je n'avais pas eu le choix.
Je me recula, pour finir par m'assoir en face d'elles, afin de récupérer mes forces. J'étais quelque peu secouée. Un pégase, c'est grand et long à réchauffer (xD).
Et puis surtout, je voulais rester un peu au calme. Ainsi, j'aurais tout le loisir d'observer Ashanta soigner sa compagne.
C'est aussi en cet instant que je réalisa qu'Ashanta m'avait répondu aimablement. Oh, la première réplique ne m'avait pas perturbé (vu que c'était comme ça et même pire quand je parlais à ma mère) mais tout de même, c'était bien la preuve qu'à partir du moment où l'on fait preuve d'un peu de sociabilité, nos rapports sociaux s'en ressentent immédiatement.
Lorsqu'enfin je me releva, j'alla voir si tout allait bien pour MaO, pour finir par me diriger vers le jeune orme. C'est là que je réalisa que je n'avais pas de scie. N'ayant pas le choix, je sortis ma lame si précieuse à mes yeux, et entrepris de tailler l'écorce avec. Si ma mère voyait ça ! Une épée longue de cette valeur, condamnée à couper du bois grossièrement... M'enfin, elle était pas là, et puis fallait bien que je me débrouille avec ce que j'avais !
Mais m'arrétant tout d'un coup, je me tourna vers Ashanta et dit suite à sa réponse d'il y a un petit moment maintenant :


- Au fait, je ne me sens obligée de rien du tout. Ca me parait juste normal, et puis, ça me fait plaisir... Et en toute objectivité, vous ne pourrez pas repartir comme si de rien n'était. Il vous faudra plusieurs jours de repos. De plus, la capitale est une très belle ville, et ce serait un affront pour nous si vous n'acceptiez pas de la visiter, même rapidement.

Je finis par sourire, avant de reprendre ma coupe, comme si de rien n'était. J'étais comme ça, franche, impulsive. Que voulez vous, on ne me changerait pas comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashanta Eltren
Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18
Localisation : En ce moment, sur les chemins de Feilobiel.
Date d'inscription : 27/12/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Dim 30 Déc - 0:46

Ashanta avait prit le parti de faire confiance à Eärodia. Après tout, si mauvaise intention il y avait eu, les conséquences se seraient senties depuis longtemps. Mais, inutile de chercher, aucun vice caché ne perçait à travers ses yeux d'un bleu océan intense, plutôt étonnant pour une brune... Ses yeux étaient d'ailleurs particulièrement pétillants, pleins de vie, et un peu farouches... C'est incroyable comme on peut en deviner sur une personne en la regardant dans les yeux. Il y avait aussi quelque chose d'altier dans le regard de cette elfe là.

Quand elle s'approcha d'Ashanta et Evamoon, la guerrière à la tenue noire et dorée se sentit soudain mal. Elle détestait avouer ainsi son impuissance, et en être réduite à demander de l'aide. "Demander de l'aide". C'est quelque chose qu'elle refusait catégoriquement de faire d'habitude. Question de fierté. Elle préférait mourrir. Mais là, ça ne la concernait pas, c'est sa jument qui avait besoin d'aide. Et la vie de cette magnifique bête valait bien plus cher aux yeux d'Ashanta que sa propre vie.
D'abord intimidée par la démarche qu'allait entreprendre Eärodia, elle se résigna, consciente qu'il n'y avait pas d'autre moyen potable dans l'absolu. Mais l'action qui se préparait impressionnait tout de même la jeune elfe, qui s'inquiétait pour son amie. Mais, elle était partie pour faire confiance, alors autant aller jusqu'au bout. L'elfe magicienne positionna ses mains dans l'air au dessus de la jument étendue, et Ashanta posa délicatement ses lèvres contre les naseaux d'Evamoon. La peau de ses lèvres était en fait particulièrement sensible, et lui permettrait d'évaluer le moment où il faudrait s'arrêter. Tout en murmurant doucement des paroles apaisantes à la jument qui s'endormait, la main gauche de la combattante se balladait en caresse sur le chanfrein de cette dernière. Quand tout fut terminé, Ashanta se redressa, décidant de resserrer le bandage de fortune, puis elle se redressa, constatant qu'Eärodia était toujours à terre. Elle semblait un peu vidée, et elle resta ainsi quelques secondes, semblant reprendre ses forces.


Peu de temps plus tard, elle se releva, alors qu'Ashanta finissait avec précaution le pansage superficiel des blessures du pégase endormi, et des siennes... Elles les avaient complètement oubliées, mais à présent qu'elle n'avait plus de cas d'urgence pour l'occupper, elle sentait à nouveau sa jambe douloureuse, conséquences de la chute de tout à l'heure, quand Evamoon était retombée sur la jambe en question... L'elfe massa une seconde sa cheville endolorie à travers les épaisses bottes de cuir qui protégeaient ses mollets. En fait, sa cheville était sûrement foulée et aurait nécessité des soins mais, par habitude, elle décida de l'ignorer et de marcher et faire son devoir malgré tout. Quelque part, c'était positif de fonctionner comme ça, parce que, si elle avait dû s'arrêter de vivre à chaque blessure qu'elle recevait, elle aurait passé sa vie à geindre. Et ce n'était vraiment pas son genre. D'une autre part, c'était beaucoup moins bien, parce qu'elle se fragilisait, à ne jamais se soigner.
Résignée à oublier ses soucis, elle rejoignit Eärodia, et sortit elle aussi son épée pour couper le bois. Le pégase était endormi pour un certain temps, et sa blessure était stabilisée. Là n'était pas le problème. Ce qui inquiétait Ashanta, c'était l'hyppogriffe. La guerrière, aussi robuste soit-elle, était parfaitement consciente du fait que ses oreilles sensibles avaient déjà été heurtées par le cri strident de l'animal, qui avait pourtant retentit très loin. Si il lui prenait l'envie de crier maintenant, à quelques mètres d'Ashanta, elle en serait sûrement assommée sur le coup. Et oui, tout le monde a un point faible... Voilà celui de cet elfe à la peau sombre. Cette dernière recula d'un pas par rapport à l'arbre maigrichon que tentait d'abattre Eärodia, et, faisant signe à l'interressée de reculer, elle passa son épée dans sa main droite, et envoya un coup magistral qui eu raison de ce pauvre petit arbre. Sans avoir eu l'air de fournir un effort exceptionnel, elle venait de faire preuve d'une force peu commune... Suite à la déclaration de sa compagne de sciage (xD), elle répondit.

-Merci beaucoup pour tout ça... Mais... Je venais simplement ici pour acheter un équipement de monte correct pour Evamoon. Et peut-être quelques extensions pour ma garde robe... Mais je n'ai que peu de moyens, alors je me serais accomodée de la paille d'un paysan charitable dans telle ou telle ferme pour mes nuits. Quant à la nourriture, je n'ai pas de problèmes pour le trouver seule... Ma manière de vivre peut paraître simple, mais la compagnie des elfes ne m'est pas toujours sympathique. Pour être franche, à part Evamoon, vous êtes la seule personne qui ne m'ai pas jugé selon l'apparence depuis bien longtemps... Je suis malheureusement souvent prise pour une elfe noire, malgré ma haine envers ses renégats. Même eux, se sont déjà pris au piège de ma main droite... Peu commune.

Ashanta grimaça légèrement en regardant sa main droite... gantée. Elle se rendit compte qu'elle venait de faire une gaffe. L'elfe à côté d'elle n'avait pas eu le loisir d'admirer sa main droite. Et elle aurait mieux fait de s'abstenir de lui en parler... Les griffes et les écailles qui la faisaient grandement ressembler à une patte de dragon ne manquaient pas de complexer l'elfe, même si elles lui faisaient bénéficier d'une force incroyable de ce côté, qu'elle venait d'ailleurs de démontrer. Elle laissa échapper un soupir. Si sa compagne voulait voir sa main, elle lui montrerait. Elle n'avait pas l'air stupide, et il n'y avait aucune raison pour que la vue d'une main de dragon lui donne des envies de meurtre... Enfin, Ashanta l'espérait...

-Même les elfes noirs eux mêmes se laissent prendre au piège de mon apparence. Ce qui m'a donné le loisir d'en éliminer quelques uns.

La mine de la guerrière resta sobre. En bonne combattante, elle ne cillait pas en parlant de la mort. La mort... Elle n'en était même qu'à moitié effrayée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cobaltcity.hightoxic.com
Eäródia Glil-Galad
Princesse Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 222
Age : 28
Localisation : Dans la lumière du Soleil...
Date d'inscription : 07/04/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Ven 4 Jan - 15:10



Du coin de l'oeil, j'avais apperçu Ashanta qui soignait ses blessures. A n'en point douter, elle faisait partie de la même catégorie dans laquelle je me trouvais, comme de nombreux autres personnes. La douleur, il fallait l'accepter, l'oublier, passer outre. Ca ne faisait que nous endurcir davantage, et ce n'en était que mieux. Un bon guerrier ne craint pas un coup d'épée, et c'est donc encore un point qui sans conteste augmenta un peu l'estime naissante que j'avais pour cette jeune personne. Ah les personnes qui possèdent de la trempe, voilà la meilleure compagnie du monde !
Cependant, j'acceptais tout de même de recevoir des soins lorsque cela était nécessaire. Je nota dans un coin de ma tête qu'il me faudrait lui indiquer un bon guerrisseur, qui ne demanderait rien en échange bien sûr. Je savais d'avance qu'elle n'accepterait pas, mais qui ne tente rien n'a rien.
Je vis cependant ses regards inquiets envers la griffonne. M'arrètant un instant, je souris, et tournant mon regard vers la bête, des dizaines de solutions se présentaient déjà à mon esprit. C'est pour cela que je me dirigea vers MaO, farfouillant dans les poches de mon tapis de selle, à la recherche d'une corde. Lorsqu'enfin je la trouva, je m'empressa d'aller attacher les pattes de la bête, profitant de son sommeil forcé. Je n'avais aucune inquiétude à son sujet, le coup l'ayant profondément assomé, mais c'était pour rassurer Ashanta. Il est vrai que peu de gens ont l'habitude d'avoir à faire à ce genre d'animaux... Lorsque j'eus fini, je me retourna vers elle et souriant toujours, je dis :


- Voilà, ainsi elle est complètement inoffensive... pour le moment ^^

Je retourna donc auprès du bosquet, et c'est là qu'elle me rejoignit vers mon petit arbre, afin de m'aider. Qu'elle ne fut pas ma surprise cependant lorsqu'elle me fit signe de reculer, avant d'exterminer ce pauvre arbre comme si c'était une simple herbe ! J'avoue, je resta bouche bée l'espace d'un instant. Quel prodigieux pouvoir possèdait-elle ? Une force hors du commum semblait-il...
Quel avantage pour un guerrier ! Habituellement, je n'avais pas à me plaindre. J'étais une des meilleures guerrières elfiques, et ma force n'avait pas à rougir de celle des plus puissants hommes. Mais là, elle était incomparable ! Et complètement ridicule. Je m'appuya sur ma lame, pensive, encore sous le choc de la révélation. Etais ce du à un entrainement spécial ? Ou bien à un don ?
Sans doute la deuxième possibilité était la bonne...
Mais c'est alors qu'elle prit la parole, répondant à certaines interrogations, et en n'en amenant d'autres. C'est aussi la que je réalisa qu'en effet, sa main droite était gantée. Comment se faisait-il que je ne l'avais pas vu avant ? M'enfin, toujours est-il que je le vis dicrètement hein, pas comme un gros lourd xD
Quel mystère renfermait-elle ? Je me sentis obligée de lui révéler mes premières pensées, tout en établissant la vérité. Son commentaire sur la compagnie des elfes ne me choqua pas, bien au contraire, et je n'étais qu'attristée du comportement de mon peuple envers les autres. C'est pour cela que toujours posée sur ma lame, je leva les yeux sur elle, non sans avoir soupiré d'affliction juste avant. Je pris la parole posément, comme dans le ton de la confidence, et pour une fois sérieuse, je commença :


- Pour être moi aussi franche, j'ai un instant pensé tout à l'heure à l'éventualité que vous soyez un elfe noir. Cependant, cette idée fut bien vite chassée, entre autre à cause de mon instinct... Je lui fais énormément confiance, et il ne me trompe jamais. Et puis, ces pouritures savent pertinemment que si elles franchissent nos frontières, nous les exterminerons.

Terminais je avec un éclat de fureur et de sang dans les yeux. Ah la sensation du sang coulant le long du fil aiguisé de ma lame... La course poursuite effrenée avec un de ces malfrats...L'exaltation qui s'emparait de moi à chaque combat... Comment pouvais je ne pas aimer cela ?
Je reporta mon attention sur la discussion, éteignant la soudaine lueur de mes yeux, et souriant à nouveau, je repris, tristement :


- Sachez que je ne suis pas tout à fait un elfe normal... du moins un elfe répondant aux critères demandés. Les elfes sont des êtres merveilleux, mais tellement renfermés sur eux-mêmes... Ils n'acceptent pas les différences, ils se prennent pour les meilleurs en tout, et surtout, ils refusent de s'ouvir aux autres... Moi j'aime voyager, et rencontrer de nouveaux peuples, de nouveaux modes de vie. J'aime apprendre, toujours plus, toujours davantage. Et même si je suis consciente de ma valeur et de mes compétences, je ne dénigre jamais les autres. Je lutte pour instaurer une plus grande ouverture d'esprit au sein de la capitale, mais des siècles de croyance me font obstacle.

Je soupira à nouveau, regardant le paysage alentour, admirant la simple beauté des arbres et de leurs feuilles brillant sous le soleil, écoutant le chant des oiseaux... Je ferma un instant les yeux. Pour rien au monde je ne changerais de vie... Sauf pour Lui, bien sûr.
Je sortis de ma rêverie et finis par conlure, tout d'un coup décidée :


- Quoiqu'il en soit, ne faites pas attention à leurs critiques ou leur regard. Peu importe les différences, seul compte la valeur d'une personne. Alors, bien que ce soit dur à porter, avancez fièrement, faites fi de leurs moqueries. Vous êtes la bienvenue dans la capitale, qui malgré ses défauts sait être accueillante pour les visiteurs. Je vous donne ma parole qu'on ne vous embètera pas. Le premier qui essaye, il aura affaire à moi.

Dis je à nouveau férocement. Il faudrait que j'apprenne à canaliser quelque peu ma fougue parfois, ça pourrait être utile x)
M'enfin, toujours est-il que ma curiosité était titillée. Mais par politesse, je ne pouvais me résoudre à poser trop de questions (c'est moi qui dit ça O_o ). Alors je n'y tins pas xD
Inclinant la tête sur le côté, je demanda, timidement :


- Comment se fait-il que ayez une telle force ? Je n'ai jamais rien vu de pareil ! Nul doute que vous devez être une combattante redoutable avec un tel atout !

Je réfréna un peu mon enthousiasme. Si sa main était gantée, peut être étais ce du à une souffrance habilement dissimulée... Je ne voulais pas la blesser, sachant pertinement que les blessures secrètes étaient abondantes chez tout le monde, moi la première...
Mais la compréhension était une vertue pour celui qui la possèdait...
Je souris à sa remarque sur les elfes noirs, et je répondis donc exaltée :


- Oui, très bien, ils ne méritent pas de vivre... Ici, la chasse à l'elfe noir est un sport national, donc si vous avez l'occasion d'y participer, je vous le conseille fortement.

Répliquais avec un sourire carnassier. Eh oui, je vous avais prévenu que les elfes étaient parfois féroces et cruels ! Mieux ne valait pas être leurs ennemis...
Parler de la mort comme nous le faisions était un des nombreus signes que nous appartenions à la caste des guerriers... Parler d'une telle chose aussi anodinement était peu banal, mais certainement à cause du fait que voir la mort droit dans les yeux plusieurs fois la banalisait quelque peu...
M'enfin, moi qui aimait tant la vie, je préfèrais tout de même envisager la vie autrement.
Prenant donc l'arbre, jentraina celui ci et Ashanta vers nos montures, afin de commencer à préparer nos brancards.
L'heure tournait malgré tout !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashanta Eltren
Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18
Localisation : En ce moment, sur les chemins de Feilobiel.
Date d'inscription : 27/12/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Ven 4 Jan - 19:33

L'idée d'Eärodia fit sourire Ashanta. Il était logique que la bête assommée était inoffensive, mais, la guerrière elfique qu'elle était avait toujours une forte tendance à se méfier. Surtout quand un de ses rares, très rares mais néanmoins présents points faibles étaient percés à jour... Disons qu'elle avait plusieurs fois regretté amèrement un manque de méfiance, alors maintenant elle était vaccinée...

Affairée à débarrasser l'arbre maigrichon des quelques petites branches qui gênaient, cette dernière écouta attentivement parler celle qui l'accompagnait. Elle ne la regardait pas, mais ce n'est pas pour autant qu'elle n'entendait pas ses paroles... Un léger sourire éclaira ses traits quand elle comprit que la jeune elfe et elle étaient sans aucun doute sur la même longueur d'ondes au niveau de plusieurs idées. Notamment celles des combats et de la tolérance. Ashanta était consciente de la nature des elfes, pour en avoir souvent fait les frais. Elle même s'efforçait donc de ne pas faire preuve de comportements de ce genre. Et elle faisait également son possible pour ne pas cautionner des actes qui touchaient de plus ou moins près des personnages de ce genre. Pour en revenir aux paroles d'Eärodia, même si elle s'abstint de répondre, il est claire qu'on prêchait une convertie. Passer son chemin? Ca, Ashanta avait l'habitude... Elle avait toujours montré une mine indifférente aux réactions des autres, et n'était qu'à peine consciente de la douleur qui s'accumulait pourtant en silence au fond d'elle. Ce qui était le plus à craindre, c'est le jour où elle écralterait... La combattante se surprit alors à apprécier, et à se sentir appréciée, par quelqu'un d'autre que sa jument.

Quand arriva la question à propos de sa main, sa mine s'assombrit très légèrement. Plus à cause de la nature de la main en question que de la fameuse question. Elle n'en tint pas rigueur à Eärodia, car même si cette question pouvait sembler indiscrète, elle avait été provoquée par Ashanta elle même, qui appréciait d'ailleurs que sa nouvelle compagne de route ne soit pas hypocrite. La plupart des personnes qu'elle avait croisé n'avaient rien dit, si ils avaient vu la main, mais leur regard avait changé sur elle, et ils regardaient tous sans exception - plus ou mois discrètement d'ailleurs - la main, ainsi que toutes les autres caractéristiques de son physique peu commun. La plupart de ces personnes, elle les avait croisées dans la forêt au cours de chasses ou tout simplement de promenades, et s'était retrouvée, sans vraiment avoir donné son avis, à chevaucher en leur compagnie. Beaucoup étaient des elfes qui ne connaissaient rien à la forêt et avaient fait des gaffes immenses qui les avaot fait se retrouver dans de sales postures. Cette pensée désolait d'ailleurs Ashanta. Le peuple des elfes était réputé pour connaître la nature par coeur, mais on réussissait maintenant à en trouver qui ne savaient même pas qu'une plante pouvait être dangereuse pour leur cheval, ou autre... Quel ironie... Bien sûr, la combattante avait déjà croisé deux ou trois fois des gens qui ne lui voulaient aucun mal, mais elle était jeune, et très peu loquace, ce qui n'en faisait pas une compagne idéale. Et de fil en aiguille elle s'est retrouvée à vivre seule dans la forêt, jusqu'à rencontrer cet homme qui l'avait formée au combat, et permit de découvrir sa passion pour les armes. Depuis elle se battait pour les causes qui lui semblaient juste. Mais son contact avec les autres ne s'était jamais vraiment amélioré. Sortant de ses pensées, Ashanta se concentra sur les paroles d'Eärodia.

Lentement, elle tira avec elle l'arbre vers les chevaux. Un rire lui échappa en entendant l'expression "sport national" utilisée par Eärodia. Il est vrai qu'elle ne manquait jamais une occasion de régler son compte à un de ses ennemis. Combien de chasses elle avait donné à des elfes noirs ou à des brigands, et elle avait un atout indéniable, sa jument ailée, Evamoon. Son vol était très rapide, et elle était capable d'atteindre une grande vitesse même en sous bois, où elle pouvait éviter les arbres assez aisément. Ceci combiné à l'ouïe incroyable d'Ashanta, les ennemis étaient très vite localisés, rattrappés, et abattus à grand renfort d'épée tenue dans la main droite. Mais il n'était pas toujours nécessaire de passer par toutes ces étapes, en particulier avec les elfes noirs. La plupart du temps, Ashanta profitait de son physique pour se faire passer pour l'une des leurs, et les tuer une fois qu'ils l'avaient menée vers d'autres, qu'elle liquidait aussi. Mais elle ne les tuait jamais d'un coup dans le dos, considérant cette technique comme particulièrement lâche, et elle ne supportait pas les comportements lâches.

N'oubliant pas la question posée tout à l'heure, la combattante se décida à ôter son gant, dévoilant sa main écaillée et griffue, ressemblant plus à une patte de dragon à cinq doigts qu'à une main humaine. Un peu inquiète sur la réaction qu'allait avoir Eärodia, elle guetta son expression en tentant de masquer sa nervosité.


-Voilà donc la fameuse main droite peu commune, qui me vaut une certaine puissance, mais aussi quelques remarques acidulées, auxquelles je réponds la plupart du temps par un test de sa puissance offert gratuitement au parleur trop bavard à mon goût... Enfin. Maintenant, vous comprenez pourquoi est-ce je montrais quelques réticences à retirer ce gant...

Le plus souvent, pour se soustraire aux questions des curieux qui s'étonnaient de ne la voir porter qu'un seul gant, elle répondait qu'elle était droitière, et qu'il portégeait sa main lorsequ'elle utilisait son épée. Et quand c'est de son arc qu'elle était accompagnée, elle portait tout simplement un deuxième gant, qui cette fois était vraiment nécessaire... Sa main droite n'était en fait presque jamais découverte. Les seuls moments où elle voyait la lumière du jour étaient ceux où la combattante abrégeait la vie de ses ennemis, ou bien quand elle dormait en forêt, et qu'elle était seule avec Evamoon. Dans ces situations, il est clair et logique qu'elle n'avait rien à cacher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cobaltcity.hightoxic.com
Eäródia Glil-Galad
Princesse Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 222
Age : 28
Localisation : Dans la lumière du Soleil...
Date d'inscription : 07/04/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Sam 5 Jan - 20:57



Bien que la jeune guerrière ne parlait pas beaucoup, j'avais la sensation que nous n'avions pas vraiment besoin de trop de mots pour nous comprendre. A croire qu'en ce moment, j'ouvrais tellement mon esprit aux autres que j'entrais systématiquement en comunion avec eux. Je fronça un instant les sourcils. Il faudrait peut être que je fasse attention à cela. Imaginez qu'un des sbires de Milo en prenne conscience, et tente de me pervertir par cela ! C'était un jeu dangereux... mais assez excitant en fait. Et tout ça depuis Lui... Il avait véritablement changé ma vie ce fameux jour...
Je sortis de ma seconde de divagation de pensée pour me reconcentrer sur le sujet en cours.
Je souris à ces éclats de rire fugaces : au moins, elle ne broyait pas trop de noir en ma compagnie. Il faut dire aussi que ça devait être naturel chez moi que de faire rire les gens. A croire que je ne grandirais jamais... Après tout, de par mon physique et certains de mes comportements, on pourrait me prendre pour une jeune fille à peine sortie de l'oeuf ! Et pourtant, je n'étais pas vraiment comme l'apparence que je montrais. Mais bon ça, ce n'était pas ma chère mère qui allait s'en rendre compte...
A sa soudaine mine sombre, je compris que je venais de faire une boulette. Heh, quand je vous le dit que je suis trop impulsive, il faut me croire ! Je chercha l'espace d'un instant un moyen de sortir de cette mauvaise passe, mais il semblerait que l'interessée ait décidé d'affronter cette souffrance intime. Cela était courageux, et montrait encore une fois le genre de personnage que c'était. Ainsi, j'étais on ne peut plus attentive. Mais je ne m'attendais pas à la façon dont elle aborda la chose. Habituellement, la plupart des gens passent dix minutes à vous raconter en détail (mais en enjolivant toujours la plupart du temps) la petite anecdote de leur vie pour finir par vous lacher comme ça la seule et unique information. Les êtres humains étaient parfois désespérants.
Non, Ashanta choisit la solution la plus rapide et la plus efficace, enlever son gant. Certes, je ne m'y attendais pas, mais je fis preuve d'impassibilité. Je n'étais pas vraiment du genre à me moquer ou à être facilement choquée. A la limite, on aurait pu considérer mon regard comme curieux de la chose, mais c'est tout. Après tout, j'étais initiée à quelques notions de magie, et je n'étais pas stupide pour pouvoir croire que c'était "naturel". Non, à vrai dire je cherchais plutôt quel genre de sort pouvait être à l'origine de cet "artifice". Après quelques secondes d'analyse et de remémoration de mes nombreuses lecture, je pris partis pour de la magie noire. C'était logique, quel magie blanche aurait pu faire cela ?!
Dans tous les cas, je compris - même si je n'étais pas dans sa situation et que par conséquent je ne pouvais vraiment imaginer la souffrance intérieure- quelque peu sa douleur personelle. Je leva les yeux sur elle, gravement, mais en aucun cas compatissant, et je pris la parole, sur un ton quelque peu amusé :


- Au moins, nous pouvons toutes les deux appartenir au clan des "guerrières à la main droite gantée" !

Dis je un petit sourire aux lèvres tandis que je montrais mon bras droit. Mais reprenant un peu de mon sérieux, je complèta :

- Mais pour ma part il s'agit seulement de protéger ma main droite des brûlures que provoque mon scêptre lorsque je l'utilise, et la plupart du temps, pour manipuler sans douleur ma lame.

Finis je par conclure tout en regardant mon gant rouge et or, assortit à mon armure. Mon scêptre... Je n'en parlais que rarement, et l'utilisait encore moins, aussi décidais je de revenir au sujet principal.
Je ne pus laisser échapper un petit sourire en l'entendant parler du sort des bavards.


- Je n'aimerais pas être à leur place. Pour ma part, un test amical me suffit amplement !

Reprenant à nouveau mon sérieux, je lança donc, tout en reprenant "l'épluchage" de l'arbre :

- Il faut considérer cela comme une force, ou un don, même si ce n'est pas forcément évident. Au moins, vous êtes unique.

Terminais je en levant les yeux sur elle, le visage illuminé par je ne sais quelle lueur. Et puis, fronçant quelque peu les sourcils, je déclara :

- Peut être en faisant quelques recherches pourrions nous trouver un sort capable de désenvouter votre main... Car ce n'est pas naturel n'est ce pas ?

Oh bien sûr, n'allez pas croire que je cherchais à régenter sa vie (erf oui, il est vrai que c'était une tendance naturelle chez moi), non bien au contraire, mais c'était plus une proposition qui était plus ou moins envisageable. Même si ces derniers temps je me trouvais des comportements et des actes de "Je sauve tout le monde", je n'en étais pas encore à ce stade. J'avais des choses importantes à réaliser, et c'était ma priorité. Bien sûr, j'aidais en chemin nombre de personnes qui acceptaient, ou non. Donc, si la personne en face de moi était décidée à changer ou je ne sais quoi, j'aidais bien volontiers. Sinon, je continuais ma route. Il ne fallait pas oublier les relations humaines, comme dirait le protocole. Je soupira rien que d'y penser. Décidément, il me sortait vraiment par les yeux celui-ci. Je me demandais sans cesse quel était l'idiot qui avait inventé une telle chose. Un intendant comme celui de ma mère sans doute... Ils n'avaient vraiment aucune idée de la vie ceux la.
M'enfin, maintenant que l'arbre était effeuillé, nous pouvions commencer à l'entailler de manière à créer les interstices nécessaire à l'emboitement des diverses parties. Changeant donc "d'outil", je saisis le poignard qu'Il m'avait offerte, non sans un regard doux envers le manche et la lame. Ca devait être ma première arme non ouvragée et richement décorée, mais à mes yeux, c'était la plus belle, (à part mon épée longue qui rentre dans un cas à part également), et elle était inestimable. De plus, elle était très efficace, alors, que demande le peuple ?!
Occupée donc à entailler le bois, je plongea dans mes pensées, laissant la conversation au repos l'espace de quelques minutes. Après tout, cela ne faisait jamais de mal que de se ressourcer. Et puis, Ashanta avait peut être elle aussi envie ou besoin de faire de même... J'étais une incorrigible bavarde après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashanta Eltren
Guerrier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18
Localisation : En ce moment, sur les chemins de Feilobiel.
Date d'inscription : 27/12/2007

Carnet de Voyage
Races: Elfe
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   Lun 3 Mar - 14:52

Ashanta considéra avec attention les propos et idées d'Eärodia. Cette jeune elfe avait l'air vraiment spontanée, une fille vraiment bien. Elle ne cherchait pas à tout ramener à elle, ou à s'inventer des souffrances terribles pour rabaisser les plaintes de l'autre en face. Pourtant, plus on l'écoutait, plus on se rendait compte qu'elle en avait sûrement, des souffrances, mais qu'elle était comme Ashanta, elle ne tenait pas spécialement à les montrer au grand jour.

Lorse qu'elle annonça qu'elle pouvait peut-être faire quelque chose pour la main "dragonesque" de la guerrière envoûtée, le sang de cette dernière ne fit qu'un tour, et elle produit un efort surhumain pour que ça ne se voit pas. Mais malgré tout, elle se sentit profondément partagée. Toute sa vie durant, elle avait désiré plus que tout de se débarasser de ce qu'elle considérait comme une tare. En faisant le tour, ça lui avait apporté beaucoup de malheurs, mais est-ce que les déboires avaient vraiment été plus nombreux que les avantages? Maintenant qu'une sortie tait envisageable, la question s'imposait à son esprit. Elle se demandait également si, en perdant sa main envoûtée, elle perdrait aussi son ouïe surdéveloppée, qui, elle, ne lui avait offert que des avantages.
L'elfe se sentit contrainte de se poser des questions avant de donner une réponse. Mais il fallait qu'elle aille remuer des souvenirs plus ou moins agréables, et elle décida sans avoir besoin d'y réfléchir que la priorité restait Evamoon, qui gisait toujours dans un très mauvais état. Aussi se contenta-t-elle d'un léger hochement de tête, perdue dans ses pensées. Elle ne se rendit même pas compte qu'elle avait eu de la chance si Eärodia avait perçut sa réponse.


Reprenant silencieusement son travail, Ashanta rendit cependant grâce à Eärodia de laisser le silence planer quelques minutes. Ca lui éviterait de laisser filtrer une quelquonque émotion dans sa voix. Et oui, on ne la changerait pas, elle restait terriblement fière, et détestait de montrer une faiblesse. Et afficher une émotion telle que le doute était pour elle une faiblesse. Et il est aussi utile de préciser qu'il ne faisait pas partie des habitudes de la combattante noire et dorée de parler aussi longtemps avce un autre elfe... A vrai dire, elle ne se souvenait même plus de la dernière fois où elle avait eu une conversation aussi longue et diversifiée. Elle s'étonnait elle-même de ne pas paraître totalement associale.

Elle avait cependant remarqué le poignard sortit par son interlocutrice. C'était un poignard on ne peut plus banal, et, bien qu'elle ne sache toujours pas qu'elle avait affaire à la princesse de son peuple, Ashanta avait bien remarqué que toutes les armes, l'armure, et le harnachement du cheval d'Eärodia étaient richement décorés... Il devint ensuite évident que c'était un cadeau quand la détentrice de l'arme la regarda de cet air tendre. Discrètement, mais Ashanta avait passé sa vie à observer attentivement, et ce genre de détails ne lui échappaient pas. Mais elle garda le silence à ce propos, de peur d'être indiscrète.

Rapidement, la construction du brancard fut achevée. Il est vrai qu'à deux, et avec la force et les armes tranchantes de deux combattantes, ce n'était pas le genre de travaux qui pouvait prendre des heures de temps... Il fallut maintenant tracter l'ouvrage jusqu'aux montures, restées sur le sentier. Ashanta s'en chargea, puisqu'elle n'était maintenant plus obligée de ne pas faire preuve d'une force trop hors du comun en ce qui concernait sa main droite. Evamoon était toujours profondément endormie grâce au sortilège d'Eärodia, et il fut aisé aux jeunes femmes de l'installer correctement. L'elfe s'inquiéta cependant un peu.

-Etes-vous sûre que votre cheval n'aura pas de problème jusqu'à la ville? Il n'est pas indemne non plus...

Il est vrai qu'elle n'avait aucune idée de la distance exacte qu'il restait jusqu'à la ville, les bruits d'activité humaine qu'elle percevait ne lui donnant qu'une vague idée de ce qu'il restait à vol d'oiseau. Mais en tenant compte des chemins impraticables, ça risquait de changer la donne... L'autre problème à considérer était celui du griffon, qui gisait lui aussi, toujours assommé. Il faudrait bien quelqu'un pour le transporter aussi... Ashanta verrait bien si sa main lui permettait de le tracter. Elle fit rapidement quelques pas jusqu'à la carcasse, et la relia au deuxième brancard - un peu plus sommaire - que les deux elfes avaient consruit. Il semblait qu'en utilisant les poignées, elle pourrait tracter la bête sans trop de soucis, même si ce n'était pas une tâche particulièrement aisée. Cependant, après une réflexion de quelques secondes, il parut logique à Ashanta qu'Eärodia avait sûrement une équipe pour chasser le griffon, ou alors, elle était complètement folle...

-Auriez-vous des hommes plus loin? Ils ont dû être largués par votre course à travers les arbres...

Ashanta faillit lui proposer de les trouver rapidement, mais d'habitude, quand elle cherchait quelque chose, c'est avec Evamoon qu'elle le trouvait, en survolant la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cobaltcity.hightoxic.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: *En route pour la capitale°   

Revenir en haut Aller en bas
 
*En route pour la capitale°
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» Le 09 juin... En route pour les plaquettes...
» En route pour les havres gris ...
» En route pour la gloire (sujet fini)
» [98/99] En Route pour le Loch Ness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalaness :: Hors RPG :: Les oubliettes :: RP terminés ou abandonnés-
Sauter vers: