Evalaness

Evalaness... Un nouveau monde magique...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Tétralogie de l'Héritage [Livre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mancinia Berkclay
Voyageur Solitaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Age : 25
Localisation : Quelque part sur les longues routes d'Evalaness...
Date d'inscription : 19/10/2007

Carnet de Voyage
Races: Bohémien
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: La Tétralogie de l'Héritage [Livre]   Sam 14 Juin - 15:27



L'héritage - chapitre 1 - Eragon (Un garçon. Un dragon. Une épopée...)


Histoire : Voilà bien longtemps que le mal règne dans l'Empire de l'Alagaësia...Et puis un jour, le jeune Eragon découvre au coeur de la forêt, une magnifique pierre bleue. Faciné et effrayé, il l'emporte à Carvahall, le village ou il vit avec son oncle, Garrow, et son cousin, Roran. Il n'imagine pas alors qu'il s'agit d'un oeuf de dragon, et qu'une dragonne, portrice d'un héritage ancestral, va en éclore...Très vite, la vie d'Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s'engage dans une quête qui le mènera aux confins de l'Alagaësia. Armé de son épée et guider par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter avec Saphira, sa jeune dragonne, les terribles ennemis envoyer par le Roi Galbatorix, dont la malveillance démonique ne connait aucune limite. Eragon n'as que quinze ans, mais le destin de L'Empire est désormais entre ses mains !

Avis sur le premier livre : Eragon est un livre divertissant, mais sans plus. D'un point de vue du style littéraire, l'auteur n'apporte pas grand chose (il est jeune, je le reconnais). Ensuite, il n'y a aucune originalité. C'est normal d'avoir des influences, mais les bons auteurs arrivent à ajouter leur petite note personnelle, alors que Paolini n'en fait rien. Les Ra'zacs ressemblent à s'y méprendre à des Nazgûls. Un vieux sage magicien qui guide le héros...Ca ne vous rappelle pas Gandalf ? Enfin, les intrigues sont bien trop prévisibles. En conclusion, Eragon est un bon livre, divertissant, d'un jeune auteur qui fait ses premières armes. Cependant, il faut garder une certaine mesure, et ce livre ne peut en aucun cas jouer dans la cour d'auteurs comme Tolkien ou Pullman. J'attire votre attention sur le fait qu'il y a des milliers de jeunes dans le monde qui écrivent aussi bien, voire mieux, que Paolini, mais qui eux n'ont pas la chance d'avoir une maman et un papa éditeurs...La seule chose de positive est la relation entre Saphira et Eragon. L'arrivé de Murtagh dans l'histoire, mais sinon...

Note : 6/10.



L'héritage - chapitre 2 - L'aîné (Un Dragonnier. Un nouveau rebelle. Une princesse. L'épopée continue...)


Histoire : Eragon et Saphira sont à peine sortit vainqueurs de la bataille de Farthen Dûr, que les Urgals attaquent de nouveau et tuent le chef des Vardens...Nasuada, sa fille, est nommée à leur tête. Après lui avoir prête allégeance, Eragon entreprend avec Saphira, un long et périlleux voyage vers Ellesméra, capitale du Royaume des elfes, ou ils recevront les enseignements du fameux Togira Ikonoka, l'estropié qui est tout. Pendant ce temps, Roran, le cousin d'Eragon, organise la défense de Carvahall contre les Raz'acs. Le jeune homme est persuadé qu'ils veulent récupérer la mystérieuse pierre trouvée par Eragon sur la Crête. De son coté, le Royaume du Surda est toujours en lutte contre l'Empire de Galbatorix. Eragon et Roran, les Vardens et les rebelles du Surda, poursuivent désormais un seul et même but : détruire les forces du mal !

Avis sur le second livre : Un peu mieux que le premier même si ont ne voit aucune différence ! Dès le premier chapitre, le ton est donné ! Ajihad meurt et Murtagh "disparaît". Nasuada à la tête des Vardens, Eragon lui prête allégeance et par à Ellesméra pour poursuivre son entraînement de Dragonnier et ce, avec un autre Dragonnier appelé Oromis ! La bataille de fin sur les Plaines Brûlantes est trop bien faite, on est dedans ! Et un comble, le retour inattendu de Murtagh en tant que Dragonnier (son dragon est rouge et s'appelle Thorn, qui veux dire épine.) chez Galbatorix. Il avoue à Eragon qu'il est son frère aîné, donc, Eragon est le fils cadet de Morzan ! Un des trucs inAttendus, sont les pelles que se prend Eragon quand il avoue son amour à Arya sous différentes formes !

Note : 6/10.

_________________

L'avenir n'est pas écrit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Mancinia.skyrock.com
Mancinia Berkclay
Voyageur Solitaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Age : 25
Localisation : Quelque part sur les longues routes d'Evalaness...
Date d'inscription : 19/10/2007

Carnet de Voyage
Races: Bohémien
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: La Tétralogie de l'Héritage [Livre]   Sam 14 Juin - 15:28



L'héritage - chapitre 3 - Brinsigr

Livre à paraître

On connaît désormais la date de sortie - en langue anglaise -, le titre, et la couverture de ce tome 3, avant-dernier volume de "La trilogie de l'Héritage !" Le troisième roman de Christopher Paolini se nommera "Brisingr", un mot tiré d'anciennes langues nordiques voulant dire "le feu". Qui plus est, alors que la sortie était prévue pour le 23 septembre prochain, la voici avancée de trois petits jours, avec une date arrêtée au 20 ! Et, comme pour Harry Potter, l'éditeur compte bien sur des réunions de fans en librairies dès minuit. Le tirage atteindra, tenez -vous bien...Les 2.5 millions d'exemplaires !

"Brisingr est l'un des premiers noms qui m'est venu pour ce roman, et il m'a toujours semblé convenir", a ainsi déclaré Paolini. "En tant que premier mot de langue ancienne appris par Eragon, sa signification est très particulière pour lui en tant que Dragonnier. Dans ce troisième tome, il va se rendre compte que son sens est encore bien plus significatif que tout ce qu'il aurait pu imaginer."

Extrait du tome 3 :

Chapitre 3 : Lumière et ombre

Saphira pétrissait la terre sous ses pattes. Partons. Laissant leurs sacs et des réserves suspendues à la branche d'un genévrier, Eragon et Roran grimpèrent sur le dos de Saphira. Ils ne prirent pas le temps de la seller : elle avait gardé sa selle pendant la nuit. Le cuir façonné sous Eragon était chaud, presque trop. Il se cramponnait au pic de l'encolure devant lui - pour se stabiliser pendant les brusques changements de direction - alors que Roran entourait d'un bras fort la taille d'Eragon et de l'autre brandissait son marteau. Un morceau de schiste argileux céda sous le poids de Saphira, tandis qu'elle se posait dans un long atterrissage et, à ce moment là, d'un seul bond vertigineux, bondit au bord du ravin, où pendant un instant, elle se maintint en équilibre avant de déployer ses ailes immenses. Les fines membranes de Saphira se frottaient, alors qu'elle les levait vers le ciel. Verticales, on aurait dit deux voiles bleues translucides.
- Pas si serré, grogna Eragon.
- Désolé, dit Roran, qui relâcha son étreinte.
D'autres paroles devinrent impossibles, lorsque Saphira fit un autre saut. Au moment où elle atteignait la fin de son bond, elle rabattit ses ailes d'un puissant « Zoom », les emmenant encore plus haut. De chaque battements successifs, ils montaient de plus en plus près des nuages plats et étroits, qui s'étendaient d'ouest en est. Alors que Saphira était tourné en direction de Helgrind, Eragon jeta un coup d'oeil à sa gauche et découvrit qu'avec leur altitude, il pouvait voir le lac Leona à plusieurs miles de là. Dans l'aube rougeoyante, une épaisse couche de brume, grise et spectrale, émanait de l'eau, comme si un feu magique brûlait à la surface du liquide. Malgré sa vision de faucon, Eragon ne parvenait pas à apercevoir le lointain rivage ni au delà de la Crête, qu'il regrettait tant. Il n'avait pas posé les yeux sur les montagnes de son enfance, depuis son départ de la vallée de Palancar. Au nord se trouvait Dras Leona, une immensité, une masse tortueuse qui apparaissait comme une silhouette contre le mur de brume bordant son flanc ouest. La seule construction qu'Eragon identifia, était la cathédrale où les Ra'zacs l'avaient attaqué : sa flèche menaçait tout le reste de la ville, tel une lance de fer. N'importe où dans le paysage, le passé se bousculait, Eragon savait qu'ici se tenaient les restes du campement où les Ra'zacs avaient tué Brom. Il s'empêcha d'éprouver de la peur et du chagrin sur les évènements de ce jour, - aussi bien que sur le meurtre de Garrow et la destruction de leur ferme - pour se donner le courage, non, le désire d'affronter les Ra'zacs.
"Eragon, dit Saphira. Aujourd'hui nous n'avons pas besoin de protéger nos esprits et de garder nos pensées secrètes l'un de l'autre ? A moins qu'un autre magicien apparaisse."
Un éventail de lumière doré s'élargissait dans l'existence : le soleil franchissait l'horizon. En un instant, le spectre de couleurs égaya le monde auparavant terne : la brume brilla de blanc, l'eau devint d'un riche bleu, la muraille qui encerclait le centre de Dras Leona révéla un aspect jaune Sali ; les arbres se revêtaient chacun d'une ombre verte et la terre devenait rouge orangé. Pourtant, Helgrind restait toujours noir. La montagne de pierre devenait de plus en plus large au fur et à mesure qu'ils s'approchaient. Descendant en piqué vers la base de Helgrind, Saphira se penchait tellement à droite, qu'Eragon et Roran seraient tombés, s'ils n'avaient pas accroché leurs jambes à la selle. Puis elle contourna rapidement l'éboulis et survola l'autel où les prêtres de Helgrind célébraient leurs cérémonies. Le vent s'insinua sous la visière du casque d'Eragon et produisit un mugissement qui le rendit presque sourd.
- Alors ? lança Roran qui ne pouvait pas voir devant eux.
- Les esclaves sont partis !
Un poids important sembla enfoncer Eragon dans sa selle au moment où Saphira se redressa et monta en vrille autour de Helgrind à la recherche d'une entrée pour la cachette des Ra'zacs.
"Pas même une brèche assez grande pour un rat, déclara t'elle."
Elle ralentit et s'arrêta devant une crête que liait le troisième et plus bas des quatre pics au sommet. L'appui irrégulier amplifiait le bruit produit pas chaque battement de ses ailes, jusqu'à ce que ce soit aussi fort qu'un coup de tonnerre. L'air qui fouettait la peau d'Eragon, fît larmoyer ses yeux. Une toile de veines blanches ornait l'arrière des rochers et des piliers, où du givre s'était accumulé dans les fissures qui sillonnaient la roche. Rien d'autre ne perturbait l'obscurité de Helgrind, noir comme de l'encre, le vent balayant les remparts. Aucun arbre ne poussait ici parmi les pierres penchées, ni d'arbuste, ni d'herbe, ni de mousse, ni de lichen, aucun aigle n'osait nicher sur les rebords édentés de la tour. Fidèle à son nom, Helgrind était un lieu de mort et se tenait caché dans les plis raides de ses escarpements et crevasses, comme un spectre squelettique ressuscitant pour hanter la terre. Elargissant son esprit à l'extérieur, Eragon confirma la présence d'un des esclaves, aussi bien que des deux personnes qu'il avait découvert emprisonné à l'intérieur de Helgrind le jour d'avant, mais à son mécontentement , il ne pouvait pas localiser les Ra'zacs ou les Lethrblaka. S'ils ne sont pas ici, alors où ? Se demandait - il. Cherchant encore, il nota quelque chose qui lui avait auparavant échappé : une unique fleur, une gentiane fleurie, à même pas 50 pieds devant eux où, selon toutes attentes, devrait être de la roche massive. Où trouve t'elle la lumière suffisante pour survivre ? Saphira répondit à cette question en se perchant sur une roche friable distante de quelques pieds vers la droite. Alors qu'elle était perchée, à un moment, elle perdit son équilibre et élargit ses ailes pour se retenir de tomber. Au lieu de frôler Helgrind, le bout de son aile droite traversa la roche et ressorti.
"Saphira, tu as vu ça ?"
"Oui."
Se penchant en avant, Saphira enfonça le bout de son museau dans la roche abrupte et s'arrêta à un ou deux pouces de distance, comme si elle s'attendait à un piège, puis continua à avancer. Ecaille par écaille, la tête de Saphira glissa à l'intérieur de Helgrind, jusqu'à ce qu'Eragon ne voit d'elle plus que son cou, son torse et ses ailes.
"C'est une illusion !" s'exclama Saphira.
D'un mouvement d'une force considérable, elle laissa l'éperon rocheux et élança le reste de son corps. Cela demandait de la part d'Eragon tout son sang froid pour ne pas couvrir son visage dans une tentative ésespérée de se protéger, alors qu'il se précipitait vers le rocher. Un instant plus tard, il regardait le plafond d'une caverne voûtée où se répandait la chaleur rougeoyante du matin. Les écailles de Saphira reflétaient la lumière, lançant sur la roche des milliers de mouchetures d'un bleu changeant. En se retournant, Eragon ne vit aucun mur derrière eux, seulement l'entrée de la caverne et une large vue du paysage au loin. Eragon grimaça. Il n'avait jamais pensé que Galbatorix pouvait cacher le repaire des Ra'zacs grâce à la magie.
"Quel idiot ! J'ai fait mieux, pensa t'il."
Sous - estimer le roi était le meilleur moyen de les amener à la mort. Roran jura puis dit :
- Préviens moi la prochaine fois que tu refais quelque chose comme ça !
Eragon se pencha et détacha ses jambes de la selle pour étudier les environs et prévenir d'un quelconque danger. L'entrée de la caverne était un ovale irrégulier, d'environ 50 pieds de haut et 60 de large. De là, l'intérieur s'étendait au double de ces dimensions avant de se finir à une portée d'arc dans un tas d'épaisses dalles de pierre qui s'appuyaient les unes contre les autres dans une confusion d'angles incertains. Un tapis de rayures de poudre grise barbouillait le sol, la preuve que les Lethrblaka s'étaient envolés depuis un long moment, avaient atterri et marchaient. Comme de mystérieux trous de serrures, cinq tunnels assez bas transperçaient les façades de la grotte, ainsi qu'un passage assez large pour recevoir Saphira. Eragon examina les tunnels attentivement, mais ils étaient tout noirs ; ils paraissaient libres, un fait qu'il confirma rapidement avec la portée de son esprit. Etrangement, des murmures saccadés se dispersaient à l'intérieur de Helgrind, suggérant des choses inconnues se précipitant dans le noir et ruisselant sans cesse dans l'eau. La respiration régulière de Saphira qui était amplifiée dans les confins de l'espace vide, s'ajoutait au choeur des murmures. Le trait le plus caractéristique de la caverne était le mélange d'odeurs qui l'imprégnait. L'odeur de la pierre froide dominait, mais Eragon arrivait à discerner des odeurs d'humidité, de moisissure et quelque chose au loin encore pire : la douceâtre odeur puante de la viande pourrissant. Défaisant les quelques dernières bandoulières, Eragon balança sa jambe droite pas dessus le dos de Saphira, il s'assit ainsi sur la selle et se prépara à bondir de son dos. Roran dit de même de l'autre côté. Avant qu'il ne relâche sa prise, Eragon entendit, au milieu de nombreux froissements qui taquinaient son oreille, une mélodie de petits claquements simultanés, comme si quelqu'un avait frappé la roche avec une collection de marteaux. Le son se répéta une demi seconde plus tard. Il regarda en direction du bruit, comme le fit Saphira. Une immense silhouette tordue surgit du passage. Des yeux noirs, gonflés, sans bord. Un bec de sept pieds de long. Des ailes de chauve souris. Le torse nu, sans poils, ridé de muscle. Des griffes pareilles à des pointes de fer. Saphira trébucha, alors qu'elle essayait en vain d'échapper au Lethrblaka. La créature s'écrasa sur le côté droit avec, d'après Eragon, la force et la furie d'une avalanche. Ce qui arriva exactement après, il ne le sut pas, l'impact le fit chuter à travers l'espace sans même une pensée à moitié formé dans son cerveau embrouillé. Sa fuite aveugle se finit aussi brusquement qu'elle avait commencé, lorsque quelque chose de dure et de plat lui heurta le dos, et le fit roulé sur le sol, se cognant la tête une seconde fois. Cette dernière collision chassa complètement l'air restant des poumons d'Eragon. Assommé, il était allongé sur le côté, haletant et tentant en vain de reprendre un semblant de contrôle sur ses membres.
- Eragon ! Cria Saphira.


© Traduction du site Eragon-Shur'tugal

Avis sur cet extrait : Le style de C.P semble toujours aussi lourd, une vilaine bestiole avec un bec et des ailes noires...Mais encore ? Je suppose que ce passage était censé captiver le lecteur, mais il m'a ennuyé à mourir....Franchement, ça ne présage rien de bon pour la suite ! De plus, il c'est inspirer de la couverture du tome 2 Japonais...Quel décadence je vous jure ! La couverture n'est pas dans le même esprit des deux autres et c'est dommage. Quand au titre, c'est pas chercher (bah "Eragon" et "L'Aîné" c'est mieux que "Brisingr" je pense). Mais bon, un auteur comme C.P n'a pas vraiment envie de passer du temps sur le titre, ça prouve vraiment qu'il n'est pas doué !

_________________

L'avenir n'est pas écrit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Mancinia.skyrock.com
 
La Tétralogie de l'Héritage [Livre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fête du Livre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» éditeur de livre sur les arcs et autres
» le livre rouge
» Le Livre de Mazarbul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalaness :: Hors RPG :: Les oubliettes-
Sauter vers: