Evalaness

Evalaness... Un nouveau monde magique...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée chez les anges [Krymd + Twilight/Tameo ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Twilight
Assassin Royal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 464
Age : 26
Date d'inscription : 31/03/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Arrivée chez les anges [Krymd + Twilight/Tameo ]   Mer 17 Sep - 15:28

L’ange filait dans la nuit noire a une vitesse extraordinaire. Ses cheveux étaient plaqués en arrière, son beau visage était tordu en une grimace de souffrance, et de ses yeux noirs coulaient un torrent de larmes, non pas de tristesse, mais le vent qui le frappait en pleine figure avec une force inimaginable était très désagréable. N’importe quelle créature, humain, ange, elfe ou sirène, aurait eu la peau du visage écorchée, voir arrachée par la vitesse. Mais il n’entrait dans aucune de ces catégories… Mais malgré sa constitution presque indestructible, ses ailes ne faisaient pas vraiment partie de lui, et n’étaient pas faites pour supporter un telle friction… Les muscles de son dos le tirait douloureusement, et il sentait qu’il devrait bientôt ralentir le rythme pour laisser la magie réparatrice faire son effet. Une fois de plus, il devrait rester en suspens, en battant a peine des ailes, a des centaines de kilomètres du sol. Pourquoi la régénération ne pouvait s’effectuer que lorsqu’il était presque immobile ? Il n’avait pas le contrôle sur ce pouvoir, néanmoins fort utile, qui lui avait sauvé la vie a maintes reprises, bien qu’il n’en conservait aucun souvenirs.

Bientôt neuf jours qu’il volait a ce rythme, se régénérant environ toutes les huit heures, sans s’alimenter ni dormir. Il se savait solide et pouvait rester bien plus longtemps dans cette situation, mais uniquement quand il était a terre, le fait de voler n'étant pas une chose naturelle chez lui et lui demandait beaucoup de forces. Il n’apercevait toujours pas la légendaire cité des anges. Il commençait a douter de son existence. Pourtant, elle existait belle et bien. Des textes anciens en témoignaient, et de longs calculs qu’il avait effectué a terre, en se basant sur les rares écrits qu’il avait pu trouver, lui avait permit de trouver sa position dans le ciel.

Normalement, il lui restait un jour de voyage, mais Abessania aurait du être visible depuis bien longtemps. Il s’inquiétait sérieusement, et commençait a douter. Peut-être qu’il fallait être réellement un ange pour pouvoir la voir. Il avait au début de son voyage choisi d’ignorer cette croyance, pensant que c’était juste une question d’ailes, aucun être excepté les anges étant capable de voler.

Il continua a voler, résistant a la tentation de céder au désespoir et d’arrêter de battre des ailes, pour simplement tomber, que ce trajet d’un ennui mortel s’arrête… Heureusement, quelques heures après, Localya était en vue. Il apercevait les hautes tours noires et majestueuses du château ! Twilight cru que son cœur allait exploser tant il était heureux ! Enfin… Il allait pouvoir s’arrêter ! Et si il y avait des réponses a ce qu’il cherchait, c’était à Localya qu’il les trouverait. Des sirènes lui aurait greffé une queue de poisson, pas des ailes !

Les jardins, calmes, vides à cette heure, s’étalaient devant ses yeux. L’herbe délicieusement verte, sans fleur, sobre mais élégante. Elle s’étalait a perte de vue, et en arrière plan, on apercevait le magnifique château du roi. Il ralentit et se posa avec lourdeur près d’un grand arbre. Enfin s’écrasa était le mot juste… Il avait arrêté de battre des ailes a cinq mètres du sol, et avait fait un chute oblique, légèrement entraîné par sa vitesse, et était atterri en arrachant une longue traînée d’herbe. Il se releva couvert de brins d’herbe, et sourit en apercevant ce qu’il avait fait. Il s’éloigna prudemment, veillant a ne pas être aperçut.

En marchant, il passa devant une petite clairière entourée de hais, avec une petite fontaine au milieu. Le clapotis régulier de l’eau avait quelque chose de rassurant, et se sentant bien, il décida de s’arrêter là. Il se coucha sur le ventre, étendant ses ailes sur toute leur longueur. L’onde régénératrice commença a le parcourir… Chaque fois, c’était un plaisir de sentir son corps retrouver sa vigueur.

Après que la régénération eut prit fin, il alla a la fontaine, enleva ses vêtements fraîchement acquis juste avant le voyage, et les lava. Il en profita pour laver son corps musclé de toute la poussière du voyage, peu présente car l’air était peu pollué. Il se lavait surtout pour sentir la caresse de l’eau contre sa peau. Il renfila juste son pantalon, il voulait rester torse nu car l’air était chaud, et le contact de sa peau et de l’herbe le rafraîchirait. Il se passa une main dans les cheveux pour les égoutter et avoir l’air un minimum présentable si quelqu’un venait. Il miniaturisa ses ailes jusqu'à ce qu’elles soient invisibles, et se coucha sur le dos. Il ferma les yeux et sentit le sommeil venir. Se sachant en sécurité, il le laissa l’emporter complètement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krymd Lebel
Roi des Anges
avatar

Masculin
Nombre de messages : 405
Age : 26
Localisation : Ah, c'est une bonne question...
Date d'inscription : 07/04/2007

Carnet de Voyage
Races: Ange
Niveau RPG:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Arrivée chez les anges [Krymd + Twilight/Tameo ]   Ven 24 Oct - 17:57

Je me réveillai et ouvris les yeux, l'esprit encore brumeux perturbé par mes péripéties oniriques. Un timide rayon de soleil passant par la porte-fenêtre entrouverte me laissa contempler un moment le ballet aérien de mille grains de poussière scintillante, puis s'affirma tout à fait et traversa le fin voile blanc suspendu sur mon lit pour s'étaler sur mon dos. Dans un soupir, je m'appuyai sur les coudes, le dos rond, et étirai mes ailes à l'extrême. Les articulations craquèrent doucement, puis je repliai mes membres à la livrée éclatante et immaculée. Je restai allongé, me délectant de la vie animale qui me faisait entendre son cours par la fenêtre.

Soudain, trois coups animés d'une determination forte ébranlèrent la porte. On n'attendit pas de mot de ma part et on l'ouvrit d'un mouvement vif et silencieux. Une femme au maintien altier et aux traits sévères entra et commença à donner des ordres. Je suivis des yeux la file de servants qui talonnaient la gouvernante à petits pas, portant un large bac, plusieurs seaux fumants et une importante quantité d'arômes distillés dans de petits flacons de verre, jusqu'à l'emplacement indiqué par la femme. Celle-ci laissa le bac se remplir et vint tirer les rideaux autour de mon lit pour les accrocher. Mon regard s'arrêta dans le sien et j'esquissai un petit sourire. Combien de temps exerçait-elle auprès de la famille royale ? Je n'avais jamais osé le lui demander, je savais simplement qu'elle s'était occupé de moi dès la naissance, avait été ma préceptrice et était partie quelque temps pour revenir lorsqu'elle eut appris la mort de mon père. Une femme mystérieuse sur son passé mais dévouée depuis lors à me réveiller chaque matins !

Constatant que j'étais éveillé, elle jeta un coup d'oeil vers l'agitation au fond de ma chambre puis me gratifia d'une signe de tête pour me signifier que tout était prêt. Elle se tourna pudiquement tandis que je me levais et dévoilais mon corps pour percer la surface lisse de l'eau tiède et me plonger entiérement. Lorsque je remontai la tête, elle se trouvait déjà à mes côtés. Je fis la moue et ses lèvres se pincèrent.


« Cessez de vous comporter tel un enfant, » me morigéna-t-elle. Elle était bien l'une des seules à se permettre cela.
« Je n'y peux rien, Elrin, toutes les fois que je vous vois me font tomber en enfance, » répondis-je en souriant.

Elle ne dit rien puis entreprit de m'informer de mes devoirs royaux. L'écoutant à moitié, je me glissai lentement vers le fond du baquet. Non pas que je fus inintéressé par ce qu'elle débitait, mais parce que je connaissais mon emploi du temps sur le bout des doigts, et je soupirai fastidieusement en provoquant des bulles...


« ... puis il vous faudra sceller quelques importantes missives. »

Je levai le menton vers elle et parlai enfin :

« Od est-il ici ? »

Comme à son habitude, ses lèvres se pincèrent et son regard me fixa avec désaprobation. Od était un petit ange orphelin que j'avais recueilli et mis aux soins de la gouvernante, ce qui ne lui plaisait pas particulièrement. Ce garçon espiègle et joueur lui faisait « perdre la tête », comme elle aimait à se plaindre.

« Non, il est sorti. »

Je soupirai à nouveau alors qu'un servant versait de l'eau chaude dans mon bain.


Propre et tout de blanc vêtu, je pris un rapide petit-déjeuner avant de sortir dans les jardins pour sentir les arômes floraux, renforcées par la chaleur du soleil. J'avançai les pieds nus sur l'herbe lorsqu'une silhouette fonça sur moi et s'arrêta en me heurtant faiblement.


« Oups ! » fit Od en battant frénétiquement des bras.

Je l'attrapai fermement par l'épaule pour l'empêcher de tomber et souris.


« Bonjour... euh... Votre Altesse Seigneuriale... »

Je le coupai par un rire franc et gai. C'était sa préceptrice qui lui avait recommandé de m'affubler d'un titre, et à vrai dire c'était plutôt comique. Il me regarda d'un air dépité et je lui enjoignis de poursuivre.

« En revenant au château, j'ai vu quelque chose... » Il s'arrêta, regarda à gauche et à droite puis reprit dans un chuchotis : « Un ange se lavait dans la fontaine alors que je survolais les jardins, tôt dans la matinée. » Il se rapprocha un peu et je me baissai pour qu'il puisse atteindre mon oreille. « Il avait l'air bizarre, et en plus ses ailes étaient noires... »

Accroupi, je le pris par les épaules et le regardai dans les yeux. Je percevais effectivement à travers son esprit le souvenir de cet inconnu. Je fermai les yeux pour rompre le lien qui s'était créé puis le rassurai :

« Allons, ne t'inquiète pas. S'il est venu jusqu'ici pour prendre un bain et s'endormir, je suppose qu'il ne veut aucun mal à quiconque ! » Od se rasséréna et sourit. « Maintenant, va poursuivre tes occupations, et n'y pense plus.
« Merci ! s'exprima-t-il en déployant ses ailes.
« Et ne parle à personne de cet ange. »

Il me fixa longuement de ses yeux d'enfant. Je pensais bien qu'il savait ce que j'avais l'intention de faire, mais il n'objecta pas en voyant mon éternel sourire. Il s'envola et lorsque je me retournai, mon sourire avait disparu.

Qui était-il ? Pour quelles raisons était-il parvenu jusqu'à la capitale ? Que voulait-il ? Un questionnement continu se déroula dans mon esprit et me préoccupait. Le seul moyen que j'avais et qu'Od avait deviné était de me rendre sur le lieu, pour me conforter sur ses intentions. Je ne songeais pas le moins du monde que le vent l'avait porté ici pour de mauvais desseins, autrement il ne se serait pas endormi à la vue de n'importe qui, omettant toute prudence. Cependant, l'image de cet ange m'amenait un certain doute.

J'ouvris mes ailes et m'élevai dans les airs par d'amples battements. Parvenu à une certaine hauteur, je décrivis une courbe et me propulsai rapidement vers l'immense étendue verte que constituaient les jardins. Je devais vite le retrouver pour ne pas qu'il éveillât la moindre crainte parmi le peuple, en dépit de la persuasion que j'avais qu'on avait du d'ores et déjà l'appercevoir.

La fontaine en vue, je m'approchai prestement en scrutant le lieu. Quelques habitants étaient de sorti et je m'inquiétait de leur réaction s'ils venaient à voir l'étranger. Heureusement, celui-ci, allongé, était caché par la construction de pierre et ses ailes n'étaient guère visibles. Je me posai à plusieurs mètres de lui et m'avançai. Mon ombre lui cacha le soleil et il bougea imperceptiblement la tête. Je parcourus du regard ses habits sombres et son visage étonnement basané. Ses traits adoucis par le sommeil se crispèrent faiblement. Je supposai qu'il s'était réveillé et qu'il feignait l'endormissement. Certains signes ne trompaient pas. Avait-il une quelconque crainte pour attendre de voir ce que je lui voulais ? Je décidais d'éprouver sa réaction :


« Avez-vous conscience qu'une fontaine n'est pas une baignoire ? » Je pris volontairement un ton outré. « Il est une loi, chez nous, de priver de sa liberté l'homme qui souillera la pureté de cette eau. »

Légérement en retrait, je patientai, attendant comme toujours que se révélât la bonne foi des hommes.


[HRPG : Une envie subite d'écrire m'est venue ce matin, et comme je n'ai cours que de 13h à 14h, j'ai eu le temps de rédiger ça ^^ C'est étrange, comme l'inspiration arrive à tel moment et s'échappe lorsque nous la cherchons...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Arrivée chez les anges [Krymd + Twilight/Tameo ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle arrivée chez les gryffondor [libre]
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evalaness :: Hors RPG :: Les oubliettes :: RP terminés ou abandonnés-
Sauter vers: